« Nous voulons une Afrique » — Des manifestants en Zambie, au Nigeria et en RDC réagissent à la xénophobie en Afrique du Sud

Au Nigeria, en Zambie et en RDC, des incidents et des manifestations ont éclaté en réaction aux violences xénophobes en Afrique du Sud. Afrique du Sud / Nigéria - 09/05/2019

Les représailles contre des cibles sud-africaines se sont étendues à la République démocratique du Congo (RDC) jeudi, à la suite d'une vague de violence en Afrique du Sud à l'encontre des étrangers qui y vivent et y travaillent. Des représailles similaires ont visé mardi les entreprises sud-africaines au Nigeria et mercredi en Zambie.

Des manifestations et des pillages ont été signalés dans la deuxième ville de la RDC, Lubumbashi. Les manifestants ont jeté des pierres sur le consulat sud-africain et la police a dispersé des foules dans des entreprises appartenant à ce pays.

Les manifestations ont fait suite à des attaques à Johannesburg plus tôt dans la semaine, qui ont fait au moins sept morts et des dizaines de magasins détruits appartenant à des étrangers. C'était la dernière manifestation de ressentiment envers les étrangers d'autres pays africains qui venaient travailler et ouvrir des entreprises en Afrique du Sud.

Violence au consulat d'Afrique du Sud à Lubumbashi

Plusieurs observateurs basés à Lubumbashi, en RDC, ont attiré notre attention sur des représailles violentes le 5 octobre. La police congolaise a fermé à clef les magasins sud-africains, y compris M. Price et le restaurant rapide Chicken Inn.



 

Un de nos observateurs, qui souhaite rester anonyme, explique: « Les manifestations de ce matin étaient plutôt spontanées [Note de la rédaction: plusieurs organisations avaient prévu une marche pacifique]. Je pense que la décision du président Tshisekedi de se retirer du Forum économique mondial en Afrique du Sud a encouragé certains manifestants [note de la rédaction: le Rwanda et le Malawi se sont également retirés du forum] ».

Les manifestants scandaient: «C’est trop, il faut réagir». La police a rapidement bouclé des zones et tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule autour du magasin de M. Price. L’atmosphère était très hostile: les manifestants ne voulaient pas être filmés en train d’attaquer des magasins et menaçaient ceux qui voulaient les filmer.



D'autres photos et vidéos montrent des manifestants qui organisent un sit-in devant le consulat d'Afrique du Sud. certains d'entre eux ont jeté des pierres sur elle.