Conseil de sécurité demande la libération des prisonniers politiques, la fin des « procès injustifiés » en RD Congo

Conseil de Securite de l'ONU

Communiqué de presse sur le processus électoral en RDC

Les membres du Conseil de sécurité ont pris note de la publication par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la République démocratique du Congo du calendrier électoral pour les élections présidentielles, législatives et provinciales du 23 décembre 2018. Ils ont rappelé que le Conseil de Sécurité, avec l’Union africaine, a appelé à plusieurs reprises à la publication en temps utile du calendrier électoral consensuel, conformément à l’accord politique du 31 décembre 2016. Maintenant que le 23 décembre 2018 a été fixé comme date des élections, les membres du Conseil de sécurité soulignent l’importance critique de veiller à ce que les élections ne soient pas reportées davantage.

Les membres du Conseil de sécurité ont souligné qu’un cycle électoral pacifique et crédible,conformément à la résolution 2348 (2017) du Conseil de sécurité et à la Constitution congolaise, ainsi la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance est cruciale pour une paix et une stabilité durables en RDC. Ils ont appelé les autorités congolaises et toutes les institutions concernées à prendre toutes les mesures nécessaires sans tarder pour que ce nouveau calendrier soit scrupuleusement respecté, notamment la publication d’un budget crédible pour les élections combinées et l’adoption d’une loi électorale requise. Ils ont également souligné la nécessité de tout faire pour que les élections prévues soient organisées dans les conditions requises de transparence, de crédibilité et d’exclusivité, et conduisent à un transfert pacifique du pouvoir, conformément à la Constitution et l’Accord [de la Sainte Sylvestre], y compris les dispositions de son chapitre II.

Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé que la mise en œuvre efficace, rapide et sans délai de l’accord du 31 décembre 2016 est essentiel pour un processus électoral crédible, la paix et la stabilité de la RDC, ainsi qu’à soutenir la légitimité des institutions de la transition. Ils ont rappelé l’importance de prendre des mesures urgentes pour rétablir la confiance entre les principaux acteurs et désamorcer la tension politique, dans l’esprit de l’accord politique du 31 décembre 2016, notamment la mise en œuvre intégrale des mesures de confiance adoptées au chapitre V de l’Accord [de la Sainte Sylvestre], dont certains [alinéas] doivent encore être mis en œuvre. Ils notent en particulier la nécessité de

progrès immédiats sur la libération des prisonniers politiques, la fin des « procès injustifiés », tels qu’ils mentionné dans l’accord, et le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Les membres du Conseil de sécurité se sont félicités de l’offre de l’Union africaine, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, la Communauté de développement de l’Afrique australe, l’Union Européenne, avec les Nations Unies, pour créer une équipe coordonnée d’experts pour la préparation des élections, y compris pour assurer la participation pleine et égale des femmes. Ils ont appelé les autorités de la RDC à décaisser les fonds promis pour le cycle électoral comme prévu, malgré les difficultés budgétaires, pour faire en sorte que le processus électoral se déroule dans les délais. Ils appellent en outre les partenaires bilatéraux et multilatéraux, une fois le budget établi, à fournir un soutien financier, logistique et technique afin d’assurer une organisation des élections réussie et aux autorités congolaises de favoriser l’octroi d’un support adéquat et opportun.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur appel à tous les Congolais pour qu’ils préservent les acquis encore fragiles sur la voie de la paix et de la stabilité en République démocratique du Congo. Ils ont souligné la responsabilité de tous les acteurs politiques congolais, en surmontant leurs différences pour parvenir à un consensus et défendre les intérêts de leur peuple au-dessus de toutes les autres considérations, et exhortent avec force, a toutes les parties prenantes à redoubler leurs efforts pour assurer l’inclusion de tous les signataires de l’Accord dans sa mise en œuvre.

Les membres du Conseil de sécurité ont en outre appelé tous les partis politiques, leurs partisans et d’autres acteurs politiques de rester calme et à s’abstenir de toute forme de violence. Ils ont réitéré leur engagement de prendre les mesures qui s’imposent à l’égard de tous les acteurs congolais dont les actions et déclarations entravent la mise en œuvre de l’accord et l’organisation dans les délais des élections.





 

Comments (0)

Leave a comment