Skip to main content
Les soldats maliens

Coup d’Etat Au Mali : Quelle Leçon Pour la RD Congo — Un Exemple à Suivre ?

L’Article ici-bas nous provient de nos confrères d’Aljazerra. La leçon que donne le Mali est profonde quand on regarde le mariage contre nature qui mette la RD Congo dans une situation similaire. Il est peut-être temps de penser à une table ronde pour remettre le pays sur les rails. Ça ne va pas en RD Congo et le régime Felix Tshisekedi piétine : crise économique, crises politiques, crises sécuritaires, forces inflationnistes, crise de la pandémie COVID-19 etc. En plus, cette situation ou les Joseph Kabila et son prédécesseur de font de croc en jambes derrière les rideaux doit se terminer. Il est temps de mettre tous les politiciens sur une table et de commencer les pourparlers d’un gouvernement d’Union Nationale. Rien n’empêche ce qui s’est passe près de Bamako de se passer à Kinshasa, absolument rien ! Et a cette allure, ça serait souhaitable !

 

Le président malien démissionne après une mutinerie militaire : mises à jour en direct

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a annoncé tôt mercredi qu’il démissionnait de son poste en disant qu’il ne souhaitait pas que le sang soit versé à la suite d’une mutinerie militaire qui a plongé le pays dans une crise politique.

«
Aujourd’hui, certaines parties de l’armée ont décidé qu’une intervention était nécessaire. Ai-je vraiment le choix? Parce que je ne souhaite pas que le sang soit versé», a déclaré Keita dans un bref communiqué diffusé à la télévision nationale.

Keita a déclaré qu’il avait décidé «
de renoncer à mon devoir à partir de maintenant».

On ne sait pas si l’armée est désormais officiellement responsable du pays.

Auparavant, Keita et le Premier ministre Boubou Cissé ont été arrêtés par des soldats dans une escalade dramatique d’une crise de plusieurs mois dans le pays.

Le développement est intervenu des heures après que les soldats ont pris les armes et organisé une mutinerie dans une base clé à Kati, une ville proche de Bamako.

Les soldats devaient faire une déclaration plus tard, tandis que les pays d’Afrique de l’Ouest, ainsi que l’ancienne puissance coloniale, la France, l’Union européenne et l’Union africaine, dénonçaient les actions des soldats et mettaient en garde contre tout changement anticonstitutionnel de pouvoir.

Les événements sont survenus au milieu d’une crise politique de plusieurs semaines au cours de laquelle des manifestants de l’opposition sont descendus dans la rue pour exiger le départ de Keita, l’accusant d’avoir permis à l’économie du pays de s’effondrer et de mal gérer une situation sécuritaire qui empire.

Le conflit qui dure depuis des années au Mali, dans lequel des groupes armés à motivation idéologique ont attisé les tensions ethniques tout en cherchant le pouvoir, s’est répandu dans les pays voisins du Niger et du Burkina Faso, déstabilisant l’ensemble de la région du Sahel et créant une crise humanitaire massive.

Plus tôt mardi, des manifestants de l’opposition se sont rassemblés sur une place de Bamako pour manifester leur soutien aux soldats, tandis que les ambassades étrangères ont conseillé à leurs citoyens de rester à l’intérieur.

Voici les dernières mises à jour :
Mercredi 19 août
00h15 GMT — Keita du Mali démissionne de ses fonctions de président

Mali President Ibrahim Boubacar Keita resigned on Wednesday

 

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a démissionné mercredi
Ayant l’air fatigué et portant un masque chirurgical, Keita a annoncé sa démission dans un bref discours diffusé à la télévision d’État [Capture d’écran Al Jazeera]

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a démissionné mercredi et dissous le parlement quelques heures après que des soldats mutinés l’avaient détenu sous la menace d’une arme, plongeant un pays déjà confronté à une insurrection et à des manifestations de masse plus profondes dans la crise.

Ayant l’air fatigué et portant un masque chirurgical, Keita a démissionné lors d’un bref discours diffusé à la télévision d’État après que les troupes l’aient saisi avec le Premier ministre Boubou Cissé et d’autres hauts responsables.

«
Aujourd’hui, certaines parties de l’armée ont décidé qu’une intervention était nécessaire. Ai-je vraiment le choix? Parce que je ne souhaite pas que le sang soit versé», a-t-il déclaré depuis une base militaire de Kati à l’extérieur de la capitale Bamako où il avait été détenu tôt dans la journée.


Mardi 18 août
23h15 GMT —Le bloc de la CEDEAO condamne la tentative de coup d’État au Mali.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a condamné la tentative de coup d’État au Mali et a décidé de suspendre le pays de son organe décisionnel, selon Ahmed Idris d’Al Jazeera, qui rapporte depuis Abuja au Nigeria.

Dans une annonce, l’alliance régionale a également déclaré que les pays voisins de l’État ouest-africain fermaient leurs frontières et imposeraient des sanctions alors que la crise se poursuivait.


21h18 GMT —De l’élection contestée à la détention du président
20h30 GMT — Armes, rumeurs et célébrations : la tourmente malienne en images