DANS LES COULISSES DE WASHINGTON — braquant les yeux sur un Tyrant, par John Burnett

Dans le meilleur des cas, il est difficile pour un problème obscur d’attirer l’attention des dirigeants politiques de Washington, peu importe, serait l’importance de ce problème. C’est encore plus difficile avec le bruit d’une année électorale.

Voilà pourquoi il était frappant la semaine dernière de voir qu’une conversation sérieuse pourrait être de prendre forme au Congrès sur un sujet qui a reçu relativement trop peu d’attention : la crise politique en République démocratique du Congo (RDC), un pays riche en minéraux qui sont essentiels aux économies avancées comme la nôtre.

Dans  qui a bénéficié de trop peu de couverture de presse, le sénateur Edward Markey, un membre éminent de la Commission des relations étrangères, a exhorté l’administration Obama à envisager d’imposer des sanctions au régime brutalement répressive de Joseph Kabila, le président de la RDC.

Les préoccupations que soulève [Senateur Edward] Markey dans la lettre — sont centres autour du refus de Kabila d’accepter de quitter son poste lorsque son dernier mandat se termine cette année — ne sont pas nouvelles à Kerry ou au président Obama.

Comme Kabila a maintes fois signalé son intention de retarder les élections présidentielles de 2016, à la fois à Kerry et Obama l’ont publiquement poussé à se conformer à la limite des mandats constitutionnels de son pays pour le bien de la démocratie dans un pays, une fois déchiré par la guerre sectaire. À la fin de 2014, par exemple, Kerry avait utilisé une visite en RDC pour déclarer que Kabila, qui a pris ses fonctions en 2001, « a une occasion, qu’il comprend, d’être à mesure de mettre le pays sur une voie continue de la démocratie. »

En envoyant la lettre, Markey, un membre de haut rang du Sous-comité sur l’Afrique et la santé mondiale, est effectivement en train de stimuler ses compagnons démocrates Kerry et Obama pour mettre l’action derrière leurs mots.

En fait, Markey va même jusqu’à suggérer que ce dirigeant voyou est ouvertement en train de défier le président américain et son secrétaire d’État.

« Au cours de la dernière année, vous et le président Obama avez personnellement livré des messages forts exhortant Kabila à se conformer à la Constitution de la RDC, » le sénateur écrit. « Il apparait maintenant que Kabila n’a pas l’intention d’organiser les élections à moins qu’il ne réalise que le manque de le faire aura des répercussions graves sur lui et son entourage. »

 

Pendant plus d’un an, M. Kabila a fait des efforts considérables pour faire en sorte qu’il maintienne son emprise sur le pouvoir. Et les nouvelles qui sont sorties de ce pays devraient troubler toute personne qui défend la cause de la dignité humaine et de la liberté contre la tyrannie et l’oppression.

En Mars 2015, dans une partie rurale du pays appelé Maluku. Humant Rights Watch avait suggéré que certains des corps étaient ceux des individus qui étaient morts dans les manifestations antigouvernementales sur une proposition visant à retarder l’élection présidentielle 2016 et laisser Kabila au pouvoir.

Plus récemment, selon la lettre Markey, le ministère de la Communication de la RDC a fermé deux chaînes de télévision appartenant à Moise Katumbi, un ancien gouverneur d’une province connue sous Katanga qui a une forte politique et qui est considéré comme un des principaux candidats à la présidence.

Pour sa part, Markey a averti que si Kabila refuse de permettre un transfert démocratique du pouvoir en RDC, le pays pourrait éclater dans la guerre qui pourrait facilement se propager à d’autres pays de la région.

« Depuis quinze ans, le président Kabila a contribué à la trajectoire de la RDC de la guerre vers une stabilité relative, mais que cette même stabilité est aujourd’hui menacée par son intention apparente de défier le fondement constitutionnel de son pays », écrit Markey. « Il est impératif de le persuader que la stabilité de la RDC, ainsi que son propre héritage, dépend du transfert démocratique du pouvoir cette année ».

Alors, comment est-ce que Markey propose aux États-Unis de persuader Kabila à démissionner ? Eh bien, son plan comprendrait le déni de visas (impliquant vraisemblablement les parents et les acolytes Kabila) ciblé ; le gel des avoirs (à nouveau, impliquant probablement les parents et les acolytes Kabila) ; réduction de l’aide économique et de sécurité qui est canalisée vers la RDC via le gouvernement de Kabila ; et le découragement de l’investissement privé.

Le sénateur Markey mérite beaucoup de crédit pour s’en prendre sur cette question complexe, mais d’une importance cruciale. L’approche qu’il propose est non seulement attendue depuis longtemps, c’est assez musclé que ça devrait attirer l’attention de Kabila et ses acolytes. Maintenant, espérons que la secrétaire d’État Kerry et le président Obama vont faire la bonne chose et d’agir sur ce plan.

Comments (0)

Leave a comment