Deuxième Soliloque : Et si le vent de la mort balayait soudainement le Palais de la Nation ?

Joseph Kabila

Nous avons ergoté sur le soliloque en espérant que nos lecteurs comprendront le message que nous voulions passer. Selon certaines sources généralement bien informées, ce posting continue à faire réfléchir une partie de l'entourage du Dictateur du GLM. Comme la video ci-contre le montre, c’est ne que de la vanité.

« Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité. » (Ecclésiaste 1,2)

Personne n'a le courage d’approcher Joseph Kabila pour lui en souffler un mot, et pourtant salutaire pour lui et sa famille biologique et politique. Il nous revient que cet intrépide Gourou aurait opté pour un suicide collectif.

Le Ciel ne disposant pas de place pour ces genres de pécheurs attitrés, seul l'enfer serait disponible de le recevoir avec sa cohorte de lèches bottes.

Une simulation du dernier jour de cet iconoclaste politique donnerait une idée aux thuriféraires qui l'entourent, qui croyaient, que le sol congolais ne pourrait point se retourner contre eux.

Il ne s'agit pas pour congovox.com d'être le prophète de malheur mais, à cette, étape cruciale il est recommandé aux stratèges politiques de tout bord de projeter la fin de cette tyrannie du siècle en vue d'en atténuer les conséquences et au besoin amortir le choc car, choc violent il y en aura.

Quelque chose de dramatique vient de se passer et laisse tout le monde perplexe à l'instar de la fin de Mzée Laurent Désiré Kabila. A la différence que la fin de ce dernier a correspondu à une époque où la côte de popularité du défunt était encore au firmament. Ainsi, la désolation était à son comble au niveau de la Population qui avait placé son espoir dans un renouveau certain du Pays sous les commandes du Défunt.

La succession s'est passée au sein de la famille entre les membres de la Famille. Ainsi s'est installé à la tête de ce Pays quelqu'un qui s'était enveloppé d'un manteau d’agneau pour se dévoiler après quelques années dans son vrai joug dictatorial. Soit, considérons qu'il s'agissait d'un accident d'histoire quoique les conséquences soient des plus dramatiques que ne pouvait l'imaginer ce Peuple.

Ce qui vient de se passer se situe dans un autre contexte diamétralement opposé à l'autre. Le Satrape de Kinshasa vient de disparaitre dans un désintérêt total de sa personne. Même au sein de ce qui paraît être sa famille, personne ne le pifait. Enveloppé dans sa bulle, rares sont les personnes qui pouvaient lui parler sur la vérité réelle de la situation de peur de se faire fusiller sur place pour calmer les nerfs du dictateur.

Personne n'en croit et même le dispositif répressif qu'il avait implanté autour des quatre coins de ce pays ne se met pas en route. Tous les mercenaires dissimilés à travers le pays n'entrent pas en action au regard de la ferveur populaire que l'annonce de la mort de Joseph Kabila provoque au niveau de la Population.

Au sein de sa famille biologique, c'est le sauve qui peut. Entre leurs résidences et les premiers points d'embarquement pour se dégager, il faut traverser des agglomérations humaines misérables. Les Kinois n'ont qu'un seul reflexe, celui de s'attaquer aux symboles du Pouvoir et aux barons.

Les membres de sa famille biologique et politique réalisent à quel point se situait le déphasage entre la population et eux.

Comme il y a des épaves de pneus qui jonchent nos rues et routes, vite la population passe aux supplices du collier. Une odeur ocre monte dans le ciel de Kinshasa et d'un peu partout à travers le Pays.

La Monusco est dépassée quoiqu'approuvant ce qui se passe. Les Papy Tamba, Mova Sakanya, Kalev Mutond, Néhémy Mwilanya, Kengo wa Dondo, Minaku, Lambert Mende, Albert Yuma, KinKye Mulumba, Alain Atundu, Koko Nyangi et consorts ne savent plus à qui recourir pour assurer leurs protections car, même les éléments des Forces Armées, de la Garde Présidentielle, de la Police et des Services Spécialisés se rappellent tous, qu'ils étaient logés au même enseigne.

La Communauté Internationale est entrée en dance dès les premières heures de cet incident pour démobiliser toute velléité interventionniste de la part des hauts.

Il ne reste qu'à la population de cueillir allégrement les dignitaires de la Kabilie.

Certains parmi eux tentent de recourir aux vielles amitiés longtemps ignorées quand le miel coulait à flot pour obtenir protection mais celles-ci ne veulent pas prendre le risque de subir la furie de la population déchainée à travers les rues du Pays.

Moralité, éradication de quatre-vingt pourcent de la crasse politique signataire de la Charte de Front Commun du Congo (FCC).

Est-ce une fin que ceux-ci auront choisie ou le contraire ? Ou sont nos héros qui ont accompli cette tâche noble. Combien la nation leur doivent-ils ? 5 millions USD, 10 millions USD ou 20 millions USD ? Qu’importe ! Les nouveaux dirigeants payeront la facture de ces nouveaux héros. Ils marcheront sur les pagnes de femmes et leurs noms seront honnorés en RD Congo jusqu'a la fin de temps.

Il est grand temps que chacun réfléchisse, soit dit en passant, le Vieux Yarodia Abdoulaye Ndombasi n'a pas su se faufiler dans la tombe de Mzee Laurent Désiré Kabila pour passer le reste de sa vie en sa compagnie. Mzée est parti seul dans sa tombe et les autres ont continué à se la couler douce.

Opinion ou excès d’imagination ?

JM

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment