Flash Flash — Une Démarche infructueuse des Evêques Catholiques auprès du Président Joseph Kabila

La CENCO devant Joseph Kabila - Dialogue et Elections

Ce 30 décembre 2015 aurait pu être une date historique dans les annales politiques de notre Pays. Mais hélas, il fallait compter avec l’intransigeance de Joseph Kabila. Il faut se référer dans les passages Bibliques de l’Ancien Testament pour vivre une histoire similaire.

Il est écrit dans Exode 5.1-13 que Moïse et Aaron vont trouver le roi d’Égypte. Ils lui disent : « Le SEIGNEUR, Dieu d’Israël, te donne cet ordre : <laisse partir mon peuple dans le désert. Là, il doit célébrer une fête en mon honneur.> » Le roi répond : « Quoi ? Laisser partir les Israélites ? Mais qui est ce SEIGNEUR ? Est-ce que je dois l’écouter, moi ? Non ! Je ne connais pas le SEIGNEUR. Alors je ne vous laisserai pas partir ! »

Nous sommes au 21eme siècle en République Démocratique du Congo, où poursuivant leurs rencontres en vue de rapprocher les points des vues des Hommes politiques, la Délégation de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale Congolaise) a rencontré le Président de la République Joseph Kabila  dans ses bureaux.

De même que Moise l’avait fait devant le Tout Puissant Pharaon de l’Egypte, les Evêques et le Cardinal ne sont pas allés par quatre chemins en demandant à leur Interlocuteur, de surcroît celui qui a convoqué le « Dialogue » de décrisper la situation en déclarant clairement dans son message à la Nation du 31 décembre 2015 qu’il ne briguera pas un troisième mandat au terme de la fin du mandat constitutionnel en cours.

Ainsi, la démarche serait facilitée pour réunir toute la classe politique autour d’une table et dégager des voies de sortie de cette crise artificiellement créée par Joseph Kabila avec son refus de respecter la Constitution et d’organiser les élections dans le délai prévu par la constitution. Quels en sont les enjeux ? Avec une passation pacifique du pouvoir tel que prescrit par la Constitution, la République du Congo sera attestée comme un pays démocratique et connaitre un essor extraordinaire. Le contraire sera un retour au point zéro : LE CHAOS.

L’hôte des Evêques et du Cardinal a réservé une fin de non-recevoir à la demande de ses visiteurs. Ainsi il est clairement établi que Joseph Kabila est le seul Responsable du refus d’obéissance à la Constitution. Il s’est officiellement délié du serment qu’il avait prêté.

Contrairement à ses déclarations prononcées à  Kingakati quand il recevait les Cadres de la Majorité Présidentielle, selon lesquelles, il n’avait jamais demandé à un seul de ceux-ci  de tripatouiller la Constitution, il vient de se dévoiler. Il est bel et bien l'auteur de ce brouillamini  (entendez le désordre) et pour être franc, responsable du chaos, violations de libertés civiles et violations de droit de l’homme qui s’en suivront.

En dévoilant le plan de Kagamé sur la conquête de la RDC et du Burundi, nous avions clairement rappelé que Joseph Kabila n’était pas le maître du Jeu.

Donc les Evêques et le Cardinal n’ont rencontré qu’une coquille vide sans pouvoir de décision  sur le cours des événements dans notre Pays. La CENCO aurait mieux fait de by passer Kabila et négocier directement avec Ruberwa. Ce dernier a une ligne directe à Kagamé.

Les Conclusions d’hier restent valables. Le Peuple doit se préparer à faire usage de l’article 64 de la Constitution. Rien à faire. C’est le seul langage qu’il comprendra ainsi, nous verrons comment Joseph Kabila tuera 75 000 000 des Congolais.

Sa réaction confirme l’arrogance affichée par Aubin Minaku le 29 décembre lors de l’audience qu’il avait accordée à cette délégation des Evêques et Cardinal. Ironiquement, ce sont les religieux qui l’avaient éduqué comme on l’a détaillé dans un autre article.

Un des collaborateurs de Joseph Kabila qui a assisté à cette audience,  sidéré par la réponse et surtout la manière avec laquelle son Chef l’a communiquée à cette délégation des Princes de l’Eglise Catholique ne s’est pas retenue pour communiquer à nos fins limiers ces informations de première main que Congovox.com publie.

De même pour le Pharaon en Egypte, notre bon Seigneur aura le dernier mot.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment