Flash, Flash, Flash : 3eme Messe Noire Sous le Patronage de Néhémie Mwilanya et Aubain Minaku

Après la deuxième messe noire, dont la publication de l’enregistrement sonore sur la fraude et tricherie électorale planifiées par la « Bande à Quatre » à savoir Cornel Nangaa, Aubin Minaku, Henri Mova et Ramazani Shadari fut un embrassement total, Joseph Kabila n’a pas reculé.

En effet, il n’a pas fallu attendre trop longtemps pour qu’il déploie une plus grosse calibre pour ramener un peu d’ordre dans son camp et faire passer une loi électorale qui permet à la Majorité présidentielle de frauder et se partager le « gâteau » du pouvoir.

Ainsi donc, de 9:00 h à 13 h 30 à Show Biz Kinshasa Gombe, s’est tenue une autre réunion secrète sous le patronage cette fois-ci du Directeur de Cabinet de Joseph Kabila, assisté par l’inamovible Aubain Minaku qui devrait déposer la loi électorale aujourd’hui au Parlement.

Sous prétexte qu’on ne peut pas décevoir l’autorité morale — entendez Joseph Kabila , Néhémie Mwilanya exigea la modification de la loi électorale selon les lignes déjà étalées par Aubain Minaku.

Un témoin oculaire — dont nous allons taire le nom pour qu'il ne subisse pas le même sort (se faire tuer) comme le policier qui avait enregistré la deuxième messe noire — qui a assisté à cette messe noire nous dira pince sans rire que « le débat se transforma en une vente aux enchères ». A quel moment sommes-nous arrivés à donner notre avenir à une bande de politiciens si pourris ? Depuis quand l'avenir du peuple Congolais se négocie comme une vente aux enchères des esclaves ?

Les députés demandaient chacun 100.000 US $ (oui, vous avez bien lu, cent mille dollars américains). La contre-proposition du gouvernement était restée à 50,000 $ par député. Vont-ils trouver un agrément à 60.000, 70.000, 80.000 US ou les députés vont rester fermes et empocher chacun un butin de 100.000 US $ cash ?

Quel que soit le montant final, c’est le people qui encore une fois est dérobé des élections libres et équitables tant attendues.

Ainsi donc, il n’ya plus de doute possible. Nous sommes dirigés par une bande de malfrats, pire que la mafia sicilienne. Comment éradiquer ce cancer de corruption en pleine métastase dans la classe dirigeante ?

Le peuple congolais dit NON et promet de balayer tous les députés corrompus qui auront cautionné son asservissement à Joseph Kabila.

 

 

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment