Flash, Flash, Flash !!! Interview de l'Ambassadeur Herman Cohen — Est-ce que Kabila Peut-il S'Accrocher au Pouvoir ?, par Folly Bah Thibault

Al Jazeera : Quel est votre pressentiment, faites-vous la même idée, comme l’opposition que le Président Kabila est en train de manœuvrer pour essayer de se maintenir au pouvoir ?

HERMAN COHEN : Absolument, vous savez, au début de l’année, Kabila avait suggéré qu’il y aurait un référendum pour rédiger une nouvelle constitution, ce qui aurait éliminé la limite de terme à deux mandats. Il est clair qu’il veut rester [au pouvoir]. Donc, comme cela avait provoqué des manifestations violentes dans la rue, il a arrêté l’idée d’un référendum. Maintenant, ce qu’ils font est de créer toutes sortes de nouvelles élections ; disant qu’ils n’ont plus d’argent dans le but de retarder les élections. Ceci est connu comme le « glissement ». En d’autres termes, on ne va pas se faire élire, mais nous allons juste retarder notre règne aussi longtemps que possible.

Al Jazeera : Mais ils ont dit cependant que les élections auront lieu à la fin de 2016, cela est quelque chose a laquelle ils sont catégoriques aujourd’hui.
 
HERMAN COHEN : Ils le disent, mais ils ne seront pas en mesure d’y parvenir s’ils n’arrivent pas à financer les élections locales. Ils ne seront pas en mesure d’avoir des élections.
Ce qu’ils doivent faire maintenant, c’est se préparer pour les élections présidentielles. Ils doivent enregistrer de nouveaux électeurs comme M. Ngombo l’a dit. Ils doivent distribuer toutes les cartes d’électeurs. Il n’est pas trop tard maintenant. Il n’est pas trop tôt maintenant pour commencer pour préparer les élections de novembre. Mais ils mettent tous ces autres obstacles. Tels que [les élections] locales. Vous savez qu’il ya des milliers de juridictions au Congo. S’ils ont des élections locales au Congo, il faudrait trois ans pour terminer ceux-ci. Donc, tout est orienté dans la direction de retardé, retarder et retarder.

Al Jazeera : Theo Ngombo, Ambassadeur Cohen, a dit que le peuple congolais ne veut pas de Kabila, est-ce vrai ? N’est-ce pas qu’il avait eu beaucoup de soutien en 2006 et 2011, même si les élections de 2011 ont été controversées...?

HERMAN COHEN :... 2011

 

Al Jazeera : C’est vrai, 2011, fut une élection controversée. Le leader de l’opposition Etienne Tshisekedi pensait qu’il avait gagné. Est-ce que l’opinion publique est contre lui aujourd’hui comme le prétend l’opposition ? A-t-il encore beaucoup de soutien dans diverses parties du pays ?

HERMAN COHEN : Non, je pense qu’il a perdu le soutien. Son principal soutien était venu de la province du Katanga d’où il est originaire et aussi de la province du Kivu. Tout ce soutien a disparu. Et comme preuve pour cela, il y avait 7 partis qui faisaient partie de son groupe au Parlement pour le soutenir. Tous ces 7 partis ont maintenant décidé d’abandonner Kabila.
Il n’y a plus de coalition présidentielle au parlement. Et rappelez-vous, en 2011, qui était une élection frauduleuse, Kabila avait gagné avec seulement 36 %. Et tout cela représente le soutien qu’il avait dans les provinces swahili phone du Kivu et du Katanga, tout ce qui cela a fondu. Il n’a vraiment plus, aucun soutien en ce moment.

Al Jazeera : Dans quelle mesure sa position politique interne affecte ce que vous dites maintenant ? Comment sa situation politique interne a changé depuis 2 006 lorsque Kabila avait d’abord gagné les élections ?

HERMAN COHEN : Eh bien, je vais vous expliquer cela. Vous savez, la production du cuivre a été le plus élevée dans l’histoire. Un million de tonnes par an au prix de 10.000 $ la tonne.
Soit l’équivalent de 500.000 barils de pétrole par jour. Et où sont passées toutes ces recettes ? Les revenues ont disparu. Seulement 20 % du chiffre d’affaires se retrouve dans le budget.
Kabila ne peut pas pointer de doigt sur une amélioration du niveau de vie de la population. La seule amélioration est venue de bâtiment chinois et d’autres infrastructures.
Mais il n’y a pas une chose qui a été faite pour le peuple congolais. Les gens disent, où est mon électricité, où est mon eau ?

Al Jazeera : Il ya un certain accomplissement monsieur l’Ambassadeur, vous devrez en convenir. Sous sa direction, le Congo... la RDC a émergé de certaines des plus sombres guerres. La situation est encore instable dans l’Est. Je veux dire qu’il a apporté les premières élections démocratiques en 2006. Il pourrait avoir un record mixte, mais vous pourriez dire qu’il a accompli quelques choses. N’a-t-il pas ?

HERMAN COHEN : Eh bien, la fin de la guerre c’était bien. Mais vous savez l’instabilité dans l’Est continue, les femmes continuent à être violées, les milices patrouille partout dans le Nord-Kivu, et à Bunia. Et il n’y a pas de paix à l’Est. Les minerais sont volés, trafiquer à travers le Rwanda et l’Ouganda. Les gens ne voient aucune amélioration de leur niveau de vie. Le gouvernement ne dépense pas l’argent pour le bienêtre des gens. Pas étonnant qu’ils veulent changer.

Al Jazeera : Ambassadeur Cohen, à Washington, pensez-vous que l’opposition aujourd’hui, l’UDPS en particulier a de bonnes chances d’être au pouvoir.

HERMAN COHEN : Je suis sûr que s’ils tiennent des élections libres et équitables, je crois qu’ils placer mettre de très bonnes personnes au pouvoir. Le parti de M. Tshisekedi est très bien organisé et ils ont de très bonnes personnes. Mais il ya d’autres partis politiques, il ya Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur du Katanga. Il est très populaire et il est très bon et il ya aussi Vital Kamerhe, qui vient du Kivu, il est l’ancien président de l’Assemblée nationale. Il y a beaucoup de talent au Congo. Bien éduqués et de gens dévoués.
Ils ont besoin d’un gouvernement honnête qui va utiliser les recettes des prix élevés du cuivre pour obtenir de l’électricité, pour obtenir de l’eau, pour construire les routes et de barrages et créer des emplois, y compris la manufacture. En outre, ils doivent relancer l’agriculture. Le Congo était une puissance agricole. Tout cela est en plein déclin. Aucun sou n’a été alloué aux entretiens et l’amélioration. Tout cela a été volé.

Al Jazeera :... Aidez-moi à comprendre ici, Ambassadeur, au-delà des avantages du pouvoir aujourd’hui, pourquoi Kabila veut-il rester dans le bureau

HERMAN COHEN : Eh bien, il ya question de ce qui se passe quand il quitte le pouvoir. Vous savez, il pourrait être accusé de crimes de guerre. En 1996, il faisait partie de l’armée rebelle qui a renversé le président Mobutu. Et à Kisangani, comme ils venaient du Rwanda, ils rattrapèrent certains Hutus, qui, probablement, avait participé au génocide et environ 80.000 d’entre eux fut massacré, juste à l’extérieur de Kisangani, dans la ville de Tingi Tingi. Et il était un officier, il était officier de haut rang dans l’armée rebelle de son père. Et il pourrait être accusé de crimes de guerre juste pour cà et il ya d’autres choses qui ont eu lieu. Ce qui doit arriver est que le Parlement adopte une loi d’amnistie qui lui donnera l’immunité après la fin de ses fonctions. Je pense que cela est un point très important.

Al Jazeera : En regardant le tableau Reuters, Ambassadeur Cohen, il devient de plus en plus difficile pour les autocrates africaines à s’accrocher au pouvoir et à étendre leur mandat au pouvoir, nous avons vu cela au Burkina Faso, bien sûr quand, Blaise Kompaore avait essayé de changer la Constitution. Pensez-vous que Kabila va prendre ce risque aujourd’hui ? De finir comme Blaise Kompaore ?

HERMAN COHEN : Il pourrait le faire, il pourrait le faire. Mais je pense qu’il a déjà renoncé à l’idée de changer la constitution. Ils n’en parlent plus. Ce qu’ils font est appelé le « slippage ». Terme français est le « glissement ». Ce qui signifie que retarder, rester au pouvoir, et peut-être quelque chose va marcher. L’entretien secret avec l’UDPS, je crois qu’ils voulaient offrir la vice-présidence à l’UDPS si elle était d’accord de lui permettre de rester au pouvoir pendant encore deux ans. Bien entendu, l’UDPS a décliné l’offre. Donc il va essayer de soudoyer divers partis d’opposition pour se mettre d’accord » d’étendre les conditions en échange de certains avantages.

Le fait que les partis qui le soutenaient au parlement, ce que l’on appelle G7, l’ont abandonné aujourd’hui, pour suivre la Constitution, il n’a plus de soutien soit parmi les partis politiques ou au sein de la population. Donc, je pense que la seule chose qu’il peut faire maintenant, c’est remplir le calendrier électoral avec les élections dénuées de toute importance : élections locales, provinciales... et prétend qu’il n’y a pas d’argent, et d’essayer de s’en sortir avec cela. Mais, cela ne va pas marche. Vous avez eu une manifestation aujourd’hui et qui va se poursuivre,

Le gouvernement américain et les gouvernements européens envisagent des sanctions contre Kabila et sa famille, s’il n’y a pas de progrès avant la fin de cette année.

Ils veulent voir les préparatifs des élections cette année, ou ils vont couper les visas, gel de leurs comptes bancaires. Ceci est une affaire internationale, non seulement une affaire congolaise.

Al Jazeera : C’est une affaire internationale en effet, et je voudrais vous entendre quelle sera la conséquence dans la région.

HERMAN COHEN,
Al Jazeera : La paix entre la RDC et le Rwanda restent fragiles aujourd’hui. Comment voyez-vous un troisième mandat Kabila affectant les politiques régionales ?

HERMAN COHEN : Je pense qu’un troisième mandat de Kabila sera un désastre. La sécurité intérieure va s’effronder. Je crois que même sa propre garde présidentielle ne va pas l’accepter. Ils sont sous-payés.

Donc, je ne le vois pas être en mesure de rester au pouvoir. La communauté internationale ne va pas tolérer cela. Les Etats-Unis ont nommé un envoyé spécial pour le Congo, le Rwanda et le Burundi, et c’est M. Perriello. Je lui ai parlé et il a dit que nous ne sommes pas prêts à tolérer la prolongation de son mandat au pouvoir.

Il doit y avoir des progrès d’ici la fin de cette année. Donc ce que vous allez voir sera une action combinée des États-Unis et l’Union européenne, en mettant les sanctions contre la famille présidentielle d’abord, puis son entourage. Il dispose des groupes de gens très sombres comme son chef de police, chef de l’armée, et le chef de l’ANR qui font tout pour l’entêté de faire tout ce qui est nécessaire pour rester au pouvoir. Ces gens seront sanctionnés. Ils ne peuvent pas se cacher et ça sera difficile pour eux. Rappelez-vous que les Etats-Unis ont également dit au président Kagame de ne pas briguer un troisième mandat et Kagame est leur chouchou. Ils aiment Kagame. Donc, si les Etats-Unis lui disent de ne pas briguer un troisième mandat, Kabila ne peut pas à mesure d’y postuler non plus.

Al Jazeera : D’accord, il sera intéressant de voir ce qui se passe dans les prochains mois. Merci beaucoup pour une discussion très instructive. Ambassadeur Cohen à Washington DC
Theo Ngombo à Londres. Merci à vous deux.
Merci aussi de regarder.

 

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment