Kabila ou le Nkuruziza Congolais ?

Au lendemain des festivités liées au 55 ème anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo, Le Président Joseph Kabila a convoqué les deux Chambres (Assemblée Nationale et Sénat) en session extraordinaire pour voter la loi sur la répartition des sièges afin de pouvoir lancer les opérations des élections locales tant décriées et par l’opposition Congolaise et par la Communauté Internationale.

Sans le dire ouvertement, il veut contraindre les deux chambres à revenir sur le schéma qui lui permettra d’obtenir un prolongement de son mandat. C’est ici l’occasion de rappeler que la fameuse loi venait d’être rejetée par sa propre majorité au cours de la cession écoulée. La population Congolaise dans sa majorité s’était opposée à tout schéma menant vers un prolongement de son Mandant au-delà du terme constitutionnel en cours. Non-comptant, il a lancé les « fameuses concertations » avec quelques groupements politiques de moindre importance, car, la vraie opposition ayant refusé toute compromission à travers ses conciliabules au contour flou et aux objectifs néfastes pour l’avenir de notre Pays.

Puissions nous rappeler aux Élus de tout bord qui s’apprêtent à siéger en cette session, qu’ils ont eu le courage, pour une fois, de représenter dignement le peuple en renvoyant cette proposition de loi, de refuser de siéger ou toute au moins de rééditer leurs prouesses en renvoyant sine die cette proposition de Loi.

Tout vote de celle-ci laissera libre cours au schéma menant au glissement, car, Kabila compte utiliser les « conclusions des ses concertations en disant que la majorité des Congolais s’est prononcée sur la non-faisabilité du programme électoral tel que présenté par la CENI. Ainsi, le processus étant lancé avec cette adoption de la fameuse loi, nous serions en pleins pieds dans le processus électoral donc, ne pouvant plus faire marche arrière, il faudra chercher de l’argent qu’on a pas pour respecter le calendrier électoral. Le mal aura été ainsi fait et consommé. Les Membres de ces deux Chambres auront consacré le glissement du Mandat.

Ne réanimez pas un pouvoir décadent et en plein soubresaut! C’est parier sur un mauvais cheval au lieu de s’aligner avec vos familles et la majorité du peuple Congolais. Kabila se croit en mesure de dribler l’administration américaine, en espérant un bon meilleur rapport avec le prochain(e) résident(e) de 1600 Pensylvania avenue. Mais il se trompe, car les présidents américains ne laissent jamais — à part Jimmy Carter et les otages en Iran — à leur successeur les dossiers brulants. Le Congo est l’un de ces cas.

Il faut en plus, rappeler aux Élus que le Peuple Congolais connaît avec parfaite minutie les adresses principales et secondaires de chaque Député et Sénateur. On ne le dira pas assez, un homme averti en vaut deux. Ce peuple a déjà appris à mourir à travers un taux de mortalité journalière qui dépasse  toute imagination lui imposé directement ou indirectement par la mauvaise gestion du pouvoir actuel.

Il suffit de sillonner  chaque  jour les morgues et cimetières de toutes nos villes pour s’en rendre compte. Pour ce faire, nous défions le Ministre de la Santé Publique et les Hôpitaux et Morgues pour qu’ils publient les statistiques liées au taux  de mortalité journalière pour que le Peuple Congolais se rende compte du génocide quotidien qui se perpétue dans notre pays. Des morts supplémentaires par balles à la suite de la furie d’un pouvoir décadent n’auront pas ému outre mesure l’opinion nationale et internationale.

Nous savons depuis des lustres que le rôle du politicien est de faire rêver une population à travers un programme de développement de son mieux-être pour continuer à jouir de sa confiance. Il devient gravissime de promettre l’émergence de notre pays à l’orée des années 2030 (dixit le discours du Président Kabila du 29 juin 2015) quant il y a à peine plus d’un mois qu’il venait d’être rappelé qu’en rapport avec l’indice de développement humain des Nations Unies, notre Pays était placé en avant-dernière position devant la Somalie.

Soyons sérieux, de qui se moque-t-on ?  Avec un taux de croissance minimum  soutenu de 7 %, selon notre Timonier, pouvions-nous occuper une telle place  ? Cet entêtement  de s’accrocher au pouvoir du Président Kabila qui s’apparente à l’entêtement de son ami, le Président Nkuruziza du Burundi établi en fin de compte la similitude entre les Deux Présidents dont le pouvoir semble être lié à leurs ADN.

Par ailleurs, n’arrivant pas à réussir à ramener autour d’une table, les derniers des Mohicans de l’opposition qui refusent tout dialogue avec le Président Kabila, estimant qu’il faille lui laisser le loisir de finir calmement son mandat sans interférence au mois de décembre 2016, celui-ci et ses “penseurs” ont opté, après la stratégie de débauchage au sein de l’opposition, qui n’a pas produit les résultats escomptés, pour la stratégie de l’implosion de l’opposition à travers des rumeurs folles et insensées. C’est ainsi, par exemple qu’ils disent que durant son séjour à l’étranger, l’enfant terrible de l’opposition, Vital Kamehere aurait rencontré Madame Olive Lembe, épouse du Président Kabila, etc.. Mensonge et Intoxication ! Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose.

Cela traduit la débandade qui sévit actuellement dans le camp du pouvoir de Kinshasa. Heureusement, le Peuple congolais n’est pas dupe et sait faire la part des choses. Il ne saura tenir compte de ces persifleurs et affabulateurs qui jonchent la majorité.

Nous avons entendu de la part du Peuple Congolais des cris du genre, ils — le pouvoir et ses sbires — nous tuent tous les jours et ils continueront à le faire. Cependant, le compte à rebours continue à tiquer et la flamme de la résistance ne saura s’éteindre, elle finira par les brûler et nous aurons recouvré notre dignité.

A bon entendeur salut 

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment