LA MAMAN DE LA NATION CENTRE-AFRICAINE – Mots d'allocution de madame Catherine Samba-Panza, Présidente de République Centre Africaine à Washington DC

Madame Catherine Samba-Panza, Présidente de République Centre Africaine  et John kerry

SECRETAIRE KERRY: Alors, bienvenue, tout le monde. Je suis vraiment heureux d'être en mesure d'accueillir la présidente de la République centrafricaine, la présidente Samba-Panza. Elle est l'une des trois femmes présidentes sur le continent africain et a présidé une transition remarquable pendant les périodes très, très difficiles dans la République centrafricaine. Elle est connue comme la mère de la République centrafricaine parce qu'elle a vraiment présidé un processus très complexe et important.

Avec son leadership, les Accords de Brazzaville ont été atteints en 2014. Ils ont aidé à amener les parties belligérantes ensemble afin d'essayer de mettre le pays à la fin du conflit, et plus tard avec le Forum de Bangui en 2015, où il y avait de nouvelles discussions sur la façon d’aller en avant, puis un processus constitutionnel et maintenant une élection. Et le président Touadera – le Président élu Touadera prendra ses fonctions à la fin de Mars, et nous avons voulu vraiment  souligner l'importance aux États-Unis de notre relation et en particulier notre admiration pour les efforts de la Présidente Samba-Panza, qui a vraiment donné un exemple pour la gestion et pour une passation responsable du pouvoir, pour la tenue de bonnes élections, pour fournir un exemple qui fait vraiment écho, bien au-delà de la République centrafricaine et à tout le reste du continent.

Les États-Unis ont été profondément impliqués pour essayer d'aider dans cette transition. Nous avons fourni plus de 800 millions $ combinée à l'appui, certaines d'entre elles à MINUSCA, qui est l'effort de soutien des Nations Unies pour cela, mais aussi l'aide humanitaire, l'assistance électorale et le soutien au développement à long terme. Et nous sommes maintenant très attachés à l'avenir pour aider à soutenir le nouveau président de la transition, mais il est très clair que l'héritage de la présidente Samba-Panza est très important pour le monde entier, et nous sommes ravis de l'avoir ici aujourd'hui pour parler de l'engagement en cours  des Etats-Unis pour la République centrafricaine.

Donc, Madame la Présidente, soyez la bienvenue. Merci d'être venu nous dire bonjour, et je vais me réjouir de vos commentaires.

PRÉSIDENT SAMBA-Panza: (Via interprète) Monsieur le Secrétaire d'État, tout d'abord, je voudrais exprimer ma profonde émotion, après avoir écouté les mots que vous avez parlé de moi. Par-dessus tout, je voudrais exprimer [la gratitude] pour  vous et au gouvernement des États-Unis pour l'ensemble de support, l'ensemble de l'aide que j'ai personnellement bénéficié au cours de la transition. Et grâce à cela, je fus en mesure de terminer ma mission, même si elle était très difficile. Je me suis senti entouré par des amis, entouré par des gens qui voulaient vraiment soutenir le peuple de mon pays, les gens qui voulaient aider le pays à se redresser, et parmi ces amis il y avait, d'abord et avant tout, les États-Unis d'Amérique. Et pour cela, je voudrais réitérer au nom du peuple de l'Afrique centrale et répéter ma profonde gratitude.

Vous connaissez mon pays très bien et vous avez donné un résumé très éloquent du parcours de cette transition. Tout d'abord, vous avez dit quelque chose qui m'a toujours touché assez profondément. Quand nous - je fus appelé la mère de la nation - et c’ est cette position, cette posture, que je me suis toujours positionné - quand j'ai accepté, agréé de gérer la transition à un moment très difficile dans le temps, c’était parce que je savais qu'en tant que mère, qu'en tant que femme, j'avais une grande opportunité de réconcilier les fils et filles de l'Afrique centrale qui avait été divisé artificiellement en raison de région, religion et pour des raisons politiques. Et comme une mère, comme la mère de la nation et comme la mère de tous les Centrafricains, j'ai toujours combattu pour apporter autour de moi tous mes citoyens et tous les hommes et les femmes qui avaient été divises au cours de plusieurs années de conflit. Je pense que c’est grâce à cette posture que j'ai été capable d’aider.

A côté de cette posture, j'avais une vision, une vision que je devais projeter en avant. J’avais compris que par la force, nous ne pouvions pas résoudre les problèmes de mon pays. Donc, j’avais mis l'accent sur le dialogue, la réconciliation, le consensus, la cohésion sociale, et tous les efforts ont été orientés vers cette vision. Et nous devrions aussi assurer la sécurité dans tout le pays, et à cet égard, encore une fois, les États-Unis étaient d'une grande aide par le biais du soutien qui a été fourni aux forces de maintien de la paix des Nations Unies et par la présence de l'armée américaine dans la zone d’Obo pour lutter contre la LRA. Ce fut un soutien très important.

Et ma principale mission au cours de la transition était d'organiser des élections en vue de ramener le pays à un nouvel ordre constitutionnel, et qui était un défi que je devais relever. Aujourd'hui, je suis fière de vous dire que je suis en mesure d’aller à la rencontre de ce défi. Nous avons eu des élections pacifiques. Nous avons un nouveau président qui a été bien élu avec un - plus de 62 pour cent. Et maintenant, c’est à nous tous d’aider à reconstruire le pays. Et l’objectif de mes voyages est d'être l'avocat et de veiller à ce que le nouveau gouvernement continue à bénéficier du soutien de nos amis, de la communauté internationale et des États-Unis d'Amérique pour nous aider à surmonter vraiment ce cycle de violence.

Comments (0)

Leave a comment