La MONUSCO condamne fermement les violences récurrentes dans les provinces du Kasaï

Maman Sambo Sidikou

Kinshasa, 11 février 2017 La MONUSCO est préoccupée par le conflit récurrent dans les Kasaï, marqué par de violentes atrocités commises par la milice Kamwina Nsapu, le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, l’attaque de cibles représentant les symboles et institutions de I'autorité de l’Etat, ainsi que l’utilisation disproportionnée de la force par les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans leur réaction. Particulièrement, depuis le 9 février 2017, les affrontements entre la milice Kamuina Nsapu et les forces de sécurité dans la région de Tshimbulu (à 160 km au sud-est de Kananga) auraient fait selon des rapports confirmés entre 30 et 50 morts, tous non encore victimes des affrontements.

Maman S. Sidikou, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MONUSCO, condamne fermement les violences de la milice Kwamina Nsapu pour le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, et les actions de violence contre l’Etat. Maman Sidikou est très préoccupé par les rapports récurrents faisant cas d’utilisation de force disproportionnée par les FARDC, et offre l’appui de la Mission pour appuyer des investigations crédibles dans cette regrettable situation. Il exprime sa compassion pour les personnes décédées ou blessées et lance un appel à toutes les forces de sécurité congolaises à agir en respectant les normes établies sur le plan national et international dans l’utilisation de la force en pareille circonstance.

Depuis le déclenchement de cette crise il y a de cela 6 mois, la MONUSCO s’est efforcée à soutenir les autorités investigations crédibles dans cette regrettable situation. Il exprime sa compassion pour les personnes décédées ou blessées et lance un appel à toutes les forces de sécurité congolaises à agir en respectant les normes établies sur le plan national et international dans l’utilisation de la force en pareille circonstance. Depuis le déclenchement de cette crise il y a de cela 6 mois, la MONUSCO s’est efforcée à soutenir les autorités congolaises et a fait face efficacement à la situation en agissant à différents niveaux. En plus de mobiliser les autorités congolaises au plus haut niveau politique et sécuritaire, la Mission a renforcé la présence de son personnel civil et en uniforme dans la région. Elle a appuyé plusieurs missions de l’Équipe mobile d’évaluation dans la région (Tshikapa, Dibaya, Bunkode, Tshimbulu, Luiza) pour prévenir dans la mesure du possible les violations des droits de l’Homme, mener des enquêtes sur ce sujet et rassembler des preuves de ces violations, conformément à son mandat.

Note aux Editeurs : 
Conformément au mandat que lui a confié le Conseil de sécurité, la MONUSCO a redéployé la plupart de ses ressources vers l’Est de la RDC en 2014, un processus qui s’est également accompagné d’une réduction drastique de ses effectifs militaire et civil à tous les niveaux. Sa présence Kananga a été considérablement réduite en raison de I « amélioration de la situation sécuritaire enregistrée l’époque. La Force a déployé une compagnie de Casques bleus à Kananga (Kasaï Central) depuis le 22 décembre 2016. Leur mandat est de protéger le personnel et les locaux des Nations Unies, ainsi que d’assurer la protection des civils. 
Charles Bambara, Porte-parole
 

Comments (0)

Leave a comment