Le duo Kabila-Matata — Une gestion calamiteuse camouflée dans les chiffres et la propagande

by Jean-Marie Mutu / Jul 31, 2015 / 0 comments

Que ne fut le choc de nos chercheurs quand ils tombèrent sur l’article de World Finance, intitulé « Democratic Republic of Congo becomes Africa’s unexpected success story », traduction, la « République démocratique du Congo devient un succès inattendu de l’Afrique. »
A voir les données, la réputation de la source — la Banque Mondiale — utilisée dans les graphiques on serait enclin, sans le sens critique, d’approuver l’analyse de l’auteur et de tomber dans l’attrape-nigaud. On aurait pu croire que le duo Kabila-Matata est en train d’opérer un miracle économique. Jugez de vous-même le graphique (Fig1) ci-après :

Sur base de la courbe du PIB (Produit Intérieur Brut ), qui a une forte corrélation avec la flambée de prix de matières premières (cuivre, cobalt, or ) et l’apport d’aides importantes des pays et organismes donateurs, le régime Kabila voudrait utiliser ces chiffres pour justifier « qu’on ne remplace pas une équipe qui gagne », et se pérenniser au pouvoir.

 Il était facile de croire à un prétendu succès économique jusqu’à ce que, hélas, nos propres chercheurs se mirent au travail pour revisiter et analyser les chiffres de la Banque mondiale ainsi que bien d’autres index très peu flatteurs pour la RD du Congo. D’entre de jeu, l’auteur a oublié que, le régime de Kabila a reçu de 2001 à 2013, d’après la Banque Mondiale $29,6 milliards de dollars. Qu' ont-ils fait de tout cet argent ? En tout cas les images que nous allons montrer ici-bas sont troublantes et ne reflètent pas un bon usage de cette aide. Cliquez l'image pour agrandir

Le peuple croupisse toujours dans la misère et la prestation de Matata quand il était à la BCECO était truffée de beaucoup d’irrégularités. Kinshasa ne représente pas le Congo en entier et comme nous les verrons dans les photos ici-bas, c’est très catastrophique !

L’économie étant une branche très complexe, nous avions voulu présenter les chiffres qui représentent ce que la population ressente réellement et quelques photos venant fraichement du terrain pour illustrer la situation économique d’un Congolais normal et ne pas, le succès économique de la personne de Kabila et de la personne de Matata, qui peuvent pousser une grande revue à, de conclusions hâtives, sans visiter l’arrière-pays ou se trouve le deux tiers de la population. Aussi, nous allons illustrer les choses en langage de base pour expliquer la situation du Congo dans leur contexte réel. Prenons donc un exemple.

Il y a deux gros camions-citernes à remplir avec de l’eau (ou de l’essence). Le premier camion utilise un tout petit tuyau de 2 centimètres de diamètre et le deuxième camion-citerne utilise un tuyau de 50 centimètres de diamètre. La question est donc la suivante. Quel est le camion-citerne qui sera vite rempli ?

Naturellement, le camion qui a le plus gros — 25  fois plus gros — tuyau a la potentialité de se remplir plus vite, n’est-ce pas ? Et si après cinq heures de remplissage, le niveau rempli dans les deux camions est presque le même, que faut-il conclure, même si le deuxième camion dépasse un peu ?  Il y a deux possibilités :

1.  Soit le chauffeur du deuxième camion-citerne avait oublié d’ouvrir la vanne de remplissage. Mais si on écartait cette prémisse dans les données du départ, alors ;

2. Le deuxième camion-citerne a beaucoup de fuites dans sa citerne. L’eau (ou l’essence) qui est versée dans la citerne fuite tout de suite. Conclusion logique qui expliquerait le retard ou le même niveau de remplissage. Et si on transposait cette question à l’économie ?  Les portefeuilles du peuple dont le potentiel économique est énorme devraient vite s'enrichir. Le graphique ici-bas nous montre que le PIB par habitant du Congolais est de 475.2 $. L’Ouganda et le Rwanda sont respectivement à 677,4 $ et 652,1 $ par habitant. Remarquez la faible variation du PIB par habitant du Congo dans cette graphique comparativement à la graphique du PNB plus haut.

Comme nous l’avons dit, l’économie est un sujet beaucoup très complexe, mais un pays avec un potentiel de 24 trillions de dollars, comme le souligne l’article de Paul Trustfull, ne devrait pas trainer dans la liste de petites économies ou être à égalité avec des pays qui n’ont très peu de potentialité humaine et ressource naturelle.

Et soit dit en passant que le rapport entre le potentiel du Congo et l’Uganda, ou le Congo et le Rwanda est dans les milliers ! Mais le PIB du Congo traine celle de l’Ouganda et du Rwanda. Est-ce bien cela que Kabila et Matata appellent succes ?

Il faut juste gratter ces chiffres à la surface pour voir la vraie vérité et, dommage à monsieur Paul Trustfull — il n’en est pas à son premier article qui célèbre le succès du duo Kabila-Matata et minimise la misère que continue à subir le peuple congolais — éditeur de Forbes Afrique pour n’avoir pas fait ses recherches sur le terrain et monsieur Matata à vouloir prendre crédit des prétendus exploits qui ne sont pas ressentis par le petit peuple.

Comme on le dit souvent, il faut comparer les oranges avec les oranges et les pommes avec les pommes. Quand on compare les exploits du duo Kabila-Mata avec les pays de la région, sur le plan du PIB par habitant, on voit tout de suite la faille dans le raisonnement de M. Trusfull. On voit que cette fameuse croissance n’a absolument aucun impact sur la population. Cliquez l'image pour agrandir

En fait, parmi les pays examinés par nos chercheurs, le PIB du DR Congo ne dépasse que celui du Burundi (voir le graphique ici-bas). Si vous ne croyez toujours pas les chiffres, voici un pont sur la RN (02), qui reflète réellement les tourments économiques que la population de la RD du Congo ressente. Oubliez le confort dans les chiffres de GDP que se réclame le duo Kabila-Matata, mais regardez plutôt le PIB par habitant ! Cliquez l'image pour agrandir.