L'incertitude a un prix et la RDC doit cesser de le payer.

Joseph Kabila

La semaine dernière, le président Ramaphosa avait désigné l'ancien président Thabo Mbeki comme envoyé spécial de la République démocratique du Congo (RDC).

Sa tâche était de contribuer à résoudre tous les problèmes que le président Joseph Kabila, ou les candidats aux élections, pourraient avoir avant l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.

Cependant, la RDC a rejeté cette nomination, indiquant qu'elle craignait une ingérence étrangère dans son processus électoral. Plus tôt cette année, le gouvernement de la RDC a rejeté l’aide étrangère pour financer ses élections, invoquant la même raison.

Tandis que les récents développements ont suscité un optimisme prudent à propos du processus électoral, la nomination d'un représentant de haut niveau par la SA et le rejet de la RDC montrent clairement que d'autres obstacles peuvent être attendus.

Le 8 août, la fenêtre a été officiellement fermée pour ceux qui ont l'intention de se présenter à l'élection présidentielle en RDC pour soumettre leur candidature à la commission électorale de la RDC.

Cela fait suite à des semaines de spéculations sur les noms des candidats à la succession de Kabila - et si Kabila, après deux mandats au pouvoir, se proposerait lui-même. Son nom n'apparaît pas sur la liste des candidats finalisés.

Cela pourrait être célébré comme une victoire de l’état de droit car, à première vue, il est conforme à la disposition constitutionnelle interdisant plus de deux mandats présidentiels consécutifs. Cependant, le fait que cela arrive deux ans et demi après l’expiration de facto du deuxième mandat de M. Kabila ne peut être négligé. De plus, bien que Kabila lui-même n'ait jamais publiquement déclaré son intention de briguer un troisième mandat, les spéculations sur ses intentions ont persisté jusqu'à la dernière minute. Même avec une liste de candidats maintenant finalisée, les spéculations peuvent continuer jusqu'à ce que Kabila se retire.

Ceci est révélateur de l'état d'incertitude qui caractérise la RDC, politiquement et juridiquement.

Le débat sur la succession présidentielle avait débuté tôt dans le deuxième mandat de cinq ans de Kabila, qui avait débuté en 2011, après une élection très controversée.

Le débat avait été initié par la publication d'un livre en 2013 par l'un des proches alliés du président, dans lequel le caractère sacré de certaines dispositions constitutionnelles avait été remis en question.

Les leaders de l'opposition et les observateurs avaient perçu ce livre comme l'instrument permettant de tester les conditions d'un amendement constitutionnel supprimant les limites du mandat présidentiel.

Plus tard, le débat était passé d'une intention alléguée de briguer un troisième mandat à une prétendue intention de prolonger le deuxième mandat au-delà de sa date d'expiration constitutionnelle, un scénario qui n'était pas explicitement prévu dans la constitution.

Une étape importante avait été franchie en avril 2016, lorsque 276 membres du parlement avaient pris contact avec la Cour constitutionnelle de la RDC pour savoir si le président en exercice resterait en fonction et si aucune élection présidentielle n'avait lieu avant l'expiration du mandat présidentiel.

En l'absence de dispositions constitutionnelles traitant explicitement d'un tel scénario, le Cour constitutionnelle a statué que le président en exercice resterait au pouvoir jusqu'à ce qu'un nouveau président élu puisse être investi. Au deuxième semestre de 2016, le chèque en blanc de la Cour constitutionnelle avait entraîné une montée des tensions politiques, atteignant son point culminant en décembre 2016 à l'expiration officielle de Deuxième mandat présidentiel de Kabila.

Pendant un court instant, la tension s’était apaisée lorsque, le 31 décembre 2016, un accord de partage du pouvoir avait été signé entre la plate-forme politique présidentielle et les principaux partis d’opposition.

L'accord prévoyait que des élections présidentielles auraient lieu avant la fin de 2017 et que Kabila ne serait pas candidat à ces élections.

Cependant, une mise en œuvre incomplète de cet accord, combinée à un environnement juridique où la certitude et la stabilité demeurent des concepts ambitieux, avait suscité le scepticisme et la spéculation et, finalement, cet accord n’avait pas été respecté.

Si les élections présidentielles avaient effectivement lieu en décembre et que le pouvoir était remis pacifiquement au cinquième président de l'histoire du pays, un retour à un certain niveau de stabilité serait possible. Cette stabilité est indispensable au développement économique de la RDC.

L’instabilité politique de ces dernières années, conjuguée à la promulgation d’une législation rendant les activités plus lourdes, a dissuadé de nouveaux investisseurs et des sociétés frustrées par des projets à long terme.

Une loi sur la sous-traitance adoptée en 2017 et un code minier révisé adopté en 2018 avaient des objectifs politiques louables, notamment l’autonomisation des petites entreprises locales, l’augmentation des recettes minières et l’amélioration des moyens de subsistance des communautés minières.

Cependant, le contenu de cette législation ne correspond pas à l’importance de ses objectifs. Au lieu de renforcer la sécurité juridique, la nouvelle législation a été source d’insécurité juridique à la fois sur la manière dont elle doit être interprétée et sur la capacité du secteur privé à s’appuyer sur des garanties de stabilité inscrites dans la législation.

Un argument populiste serait que les entreprises les plus touchées par les changements juridiques sont les investisseurs internationaux qui peuvent facilement se permettre de payer les coûts supplémentaires liés à ces changements.

Le problème est que cet argument ne tient pas compte de l’investissement auquel le pays manque en raison de l’incertitude juridique, de l’effet des restructurations pour faire face à une législation peu pratique et des majorations de prix appliquées pour les événements imprévisibles.

En fin de compte, l'incertitude a son prix. Si la RDC veut améliorer ses cotes de risque pays, elle devra fournir plus de certitude, tant sur le plan politique que juridique. La liste finale [inclusive] des candidats officiels aux prochaines élections présidentielles pourrait mettre le pays sur la voie de plus de certitude politique. Travailler sur la sécurité juridique devrait être à l’ordre du jour.

• Binyingo est directeur du cabinet d’avocats Herbert Smith Freehills à Johannesburg

 

SOURCE:

Comments (0)

Leave a comment