LOKUA KANZA (NAKOZONGA) —GAGNANT DU CONGO PARMIS LES MEILLEURS MUSICIENS AFRICAINS ET DU MONDE, par Muse Scherzo

Le musicien Pascal Lokua Kanza

Lokua Kanza, est avant tout, un natif de Bukavu à l’Est de la RD Congo dans le Kivu. Il est l'aîné de huit enfants et porte en lui une riche culture mixte entre un père Congolais de l’ethnie Mongo et d'une mère .

En 1964, sa famille est allée vivre à Kinshasa mais aujourd’hui, il est citoyen du Monde, naviguant entre Paris et Kinshasa et d’autre contrée lointaine du monde. Il affirme avoir touché la guitare pour la toute première fois entre 11 et 12 ans. Il retrace ses racines et se réclame être de Bukavu dans le Sud Kivu, Kauka, Matonge et Ngaba à Kinshasa. Le père de Pascal était un capitaine d'un navire, mais il mourut quand il était encore jeune.

Très vite, le jeune Pascal profite d’une occasion pour débuter dans les chorales chrétiennes mais aussi de se laisser gagner par l'ambiance musicale de l'époque, dominée par des « monstres sacrés » comme ou Makiadi.

«On a parlé de moi à Rey, comme quoi j’étais un bon guitariste et que je jouais avec Abeti. On m’a finalement emmené le voir. Pendant qu’il s’occupait d’autres choses, il m’a laissé sa guitare. J’ai joué un moment. Il a été tellement impressionné que le même jour il m’a offert un voyage aux Etats-Unis que j’ai décliné. Je lui ai expliqué que j’avais deux enfants à charge et je n’envisageais pas de voyager à ce moment-là. Il n’en croyait pas ses oreilles. A la fin, il m’a offert sa guitare », raconte-t-il dans cette interview.

Initié à la musique par , avec lequel il collaborera, il s'inscrit au Conservatoire de avant de prendre la tête, à 19 ans seulement, du Ballet national de Kinshasa. Cette opportunité lui permet de joindre la formation d', auprès de laquelle il acquiert une expérience sans précédent.

Il vit en France depuis 1984, année durant laquelle il suit un temps les cours de jazz de à Paris. Il retrouve ensuite Ray Lema et participe à l'album Bwana Zoulou Gang. Il devient l'arrangeur de la star , notamment sur l'album Le Voyageur.

En 1991, il joue avec , qui l'aide à lancer sa carrière solo. En octobre 1992, il fait la première partie de la béninoise à l'Olympia. C'est à cette époque qu'il rencontre sa choriste, la sénégalaise , et son percussionniste, , auxquels il reste depuis indéfectiblement lié.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment