Lukoki est fixé pour un retour émotionnel en RD Congo son berceau, par Mark Gleeson BBC Sport

Jody Lukoki était seulement âgé de 12 mois lorsque sa famille fuyait la République démocratique du Congo.

Maintenant, l’ailier du club néerlandais PEC Zwolle retourne pour la première fois pour jouer pour les qualificatifs du pays dans la Coupe d’Afrique des nations ce week-end.

Le dimanche, il est aligné pour faire ses débuts dans la compétition pour les Léopards contre le Madagascar à Kinshasa.

Ce fut pendant la guerre civile dans l’ancien Zaïre que les parents de LUKOKI fuirent, en prenant leurs garçons jumeaux Jody et Madjer et s’installèrent dans Amsterdam, la capitale néerlandaise.

Leur départ précipité n’était pas une expérience dont ses parents parlaient souvent, dit le Lukoki, âgé de 22 ans et qui est originaire de Kindu, capitale de la province du Maniema.

Et même si ses parents s’étaient ensuite réconciliés avec leur pays et étaient retournés dans les années après, Lukoki grandissait néerlandais et avec seulement un intérêt passager pour son patrimoine.

« Mes parents disent que c’est un grand pays, et combien ça a changé pour le mieux, » a-t-il déclaré à BBC Sport.

Lukoki a été découvert par l’entraîneur national Florent Ibengé, qui a pris les Congolais à une surprise troisième place à la Coupe des Nations de cette année en Guinée équatoriale.

Depuis lors, Ibenge est en train de fouiller autour de la Belgique et les Pays-Bas pour renforcer son côté.

« Mon frère m’a dit « fais-le ! » et mes parents me disent que je dois être en mesure de prendre librement mes décisions », dit Lukoki quand il a appris l’intérêt de Ibenge.

« Ils me soutiennent dans tout ce que je fais. Le coach m’a dit qu’il voulait vraiment m’avoir dans son équipe.

« Son ambition est d’arriver à la Coupe du Monde en Russie en 2018 et il veut utiliser un grand nombre de jeunes joueurs (du patrimoine congolais) en Europe. »

Lukoki, qui est venu à travers le système d’Ajax Amsterdam avant de rejoindre PEC Zwolle l’an dernier, dit que l’approche a été un choc énorme.

« Ce n’était certainement pas quelque chose que j’avais prévu, surtout parce que j’avais joué dans certaines des équipes juniors, pour les Pays-Bas », a-t-il expliqué.

« Mais ça sent vraiment bien (à jouer pour la RD Congo). C’est le pays de ma naissance. »

Lukoki a fait ses débuts dans le Léopard en Mars quand ils ont joué contre l’Irak à Dubaï dans un jeu amical, mais c’est le premier voyage à la RD Congo qui l’enflamme « absolument », dit-il.

Les Congolais ont une foule de nouveaux acteurs issus de la diaspora pour leur match du groupe B contre le Madagascar, y compris Abel Tamata de PSV Eindhoven les champions néerlandais, Fabrice Nsakala d’Anderlecht en Belgique et Jacques Maghoma de Sheffield Wednesday.

L’histoire de Lukoki suit l’histoire de Lomana LuaLua et Shabani Nonda, qui ont tous deux joué pour la RD Congo en Coupe des Nations.

Nonda est né au Burundi après que sa famille ait échappé de la RD Congo et il grandit dans un camp de réfugiés en Tanzanie, en jouant d’abord pour les jeunes Africains avant d’aller jouer à Rennes, Monaco et Blackburn Rovers.

LuaLua est né à Kinshasa avant de déménager avec sa famille comme un jeune garçon en Angleterre, où il prit les premières étapes de sa carrière professionnelle.

Fabrice Muamba est sans doute le plus célèbre des footballeurs qui étaient à l’origine des réfugiés de la RD Congo tandis que Saido Berahino l’international anglais a une histoire poignante d’avoir échappé à la violence ethnique au Burundi au cours de laquelle son père fut mort.

Il était séparé de sa mère et ne la retrouva que des années après en Grande-Bretagne.

 

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment