Polarisation Bakongo-Baluba: Fiasco d'Une Randonnée Politique de Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à Kinshasa

Polarisation Bakongo-Baluba: Fiasco d'Une Randonnée Politique de Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à Kinshasa

« E plu·ri·bus unum », traduit comme « De plusieurs, Un », nous apprends le latin. Le maréchal Mobutu avait œuvré pour faire de plus de 400 tributs qui composent la RDC une nation. De Boma a Kasumbalesa, en passant par Uvira, Beni, Lisala et Kinshasa, les congolais se sont toujours sentis comme un seul peuple.

Cependant, ce qui s’est passé à Kinshasa au Camp Luka avec une population forte de 300 000 habitants, nous montre comment Joseph Kabila est en train d’exploiter nos différences ethnico-tribales pour semer la discorde en espérant créer suffisamment de trouble pour déclarer un Etat d’Urgence qu’il va exploiter pour prolonger son règne.

Est-ce que les acteurs politiques en sont-ils conscients ? Savent-ils qu’ils sont manipulés ? Visiblement, l’atmosphère était chargé et le clivage ethnique est plus réel : Les Bakongos contre les Balubas.

« Biso to yebi kaka toko vote Fayulu » déclare un de manifestants, traduction,  « nous savons que nous allons voter Fayulu ». A quoi ça sert de battre campagne si les votes sont centrés sur les lignes tribalo-ethnique ? Sans trop condamner les Bakongos, nous savons que Martin-Fayulu perdra le temps de battre campagne à Mbuji-Mayi ou Kananga.  De la même façon, Felix Tshisekedi ne va convertir personne dans le Kwilu.

« Soki olingi omona pasi ya Congo, yaka na Camp Luka », traduction, « Si vous voulez voir la soufrance du Congo, venez au Camp Luka ». Ce mépris est attribué à Vital Kamerhe. A part ce mépris, on lui reproche d’avoir retiré sa signature de l’accord de Genève et qu’il faudra faire marche en arrière pour revalider sa signature.

En bref, les Bakongo et le Balubas vont se neutraliser et les Bangalas et les Baswahili deviendront les faiseurs de Roi. Remarquez que nous ne parlons pas d’Emmanuel Shadary.

En effet, l’erreur stratégique de la Kabilie, aura été de choisir un dauphin non markétable même dans son terroir de l’Est. Par contre, un technocrate comme Matata Mpoyo, aurait pu donner du fil à retordre à Felix et Fayulu.

Dans l’entretemps, quand on sème le tribalisme, on récolte le tribalisme.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment