Quand la malédiction de la Monuc frappe de plein fouet l’Est de la RD Congo

La RD Congo était sous protectorat des Nations Unies juste après son accession à l’Independence et suite à l’ingérence étrangère, surtout Belge, dans la sécession Katangaise et la mort d’Émery Patrice Lumumba. En plus, le l18 septembre 1961, un avion-charter DC-6 transportant le secrétaire général des Nations unies, Dag Hammarskjöld, en mission de maintien de la paix dans la nouvelle nation indépendante du Congo, s’était écrasé dans une forêt près de Ndola, dans le protectorat britannique de la Rhodésie du Nord, la Zambie actuelle.

De prime abord, on croirait a une fausse légende urbaine qui attribue un imbroglio total sur les interventions de la Monuc en Afrique, mais quand on examine sur les dix interventions, on ne peut compter que trois réussites, soit 30 %. Les quelques réussites de la mission de Nations étaient mises en opération pendant une courte durée comme c’est fut les rares cas en Mozambique, Ouganda et le Liberia de 1992 – 1997 sous l’égide de l’Égyptien Boutros Boutros-Ghali. Comme l’indique le tableau ici-bas, à part cette période, les Nations unies n’ont jamais plus réussi une autre militaire opération en Afrique et chose grave, les pays hôte sont souvent laissés dans un état d’imbroglio total. Une malédiction ?

BULLETIN DES OPÉRATIONS MILITAIRES DE L’ONU EN AFRIQUE

Pays

Années et Durée

Résultats

RWANDA

1993-1996, 3 ans

En 1994, l’une de plus grande Tragédie du 20e siècle

SOMALIE

1992-1995, 3 ans

Échec total, l’un des pays avec le plus d’insécurité au Monde

MOZAMBIQUE

1992-1994, 2 ans

Réussite

OUGANDA

1993-1994, 1 an

Réussite

LIBERIA

1993-1997, 4 ans

Réussite

République Centre Africaine (RCA)

1998-2000, 2007 — aujourd’hui

Pays zone de guerre !

Soudan et Soudan du Sud

2005 — aujourd’hui

Pays en situation chaotique

Angola

1989-1997, 11 ans

Échec cuisant

Mali

2013 — aujourd’hui

Instabilité et Terrorisme

République Démocratique du Congo

1998 — aujourd’hui, 20 ans

Insécurité, Massacres, Guerres, Déplacements massifs des populations, Contrebande

En examinant les résultats des interventions militaires des Nations Unies en Afrique depuis 1990, un internaute s’est posé la question de savoir « à quoi servent ces forces sachant que partout où ils ont fait plus de 4 ans c’est la catastrophe totale ? »

Le cas-école de l’Échec a Monusco est en pleine vue dans l’Est de la RD Congo et notamment à Beni. Dans son article intitulé, « La foule en République démocratique du Congo lynche deux militants présumés alors que l’envoyé de l’ONU se rend en visite ».

L’AFP rapporte qu’au Samedi 30 novembre, une foule dans l’est de la RD Congo a lynché deux personnes soupçonnées d’appartenir à une milice accusée d’avoir tué plus de 100 civils le mois dernier.

Les tueries ont eu lieu le jour même où le chef des opérations de maintien de la paix des Nations Unies s’est rendu dans l’est de la RDC où des manifestations anti-Nations Unies avaient éclaté depuis les attaques des milices.

Des munitions ont été trouvées dans les sacs des deux personnes, un homme et une femme en civil, dans la ville de Beni.

La foule de plusieurs dizaines de personnes les avait accusés d’appartenir aux Forces démocratiques alliées, un groupe armé sans lien avec les islamistes ougandais, a déclaré le journaliste.

« Ils n’ont pas d’identité et, lorsque nous avons vérifié leurs bagages, nous avons trouvé des munitions, des vêtements militaires et des pinces à cartouche », avait déclaré Fabrice Muhindo, qui travaille sur le parking où les lynchages ont eu lieu.

NOUS LES AVIONS NEUTRALISÉS

« Ce sont des membres des ADF qui se dirigeaient vers une opération contre la population. Nous les avons neutralisés », a-t-il déclaré à l’AFP.

Le chef de la police de Beni, Jean-Felix Kazingufu, a déclaré à l’AFP que son équipe tentait d’identifier les corps, « et de déterminer comment et par qui ils avaient été tués ».

Jean-Pierre Lacroix, sous-secrétaire général des Nations Unies aux Opérations de paix, s’est rendu à Beni plusieurs jours après qu’une foule ait pris d’assaut une base des Nations Unies dans la ville pour protester contre l’échec présumé des soldats de la paix à mettre fin aux violences perpétrées par les milices.

Au moins sept personnes ont été tuées dans des affrontements lors des manifestations anti-ONU de cette semaine.

La violence de la milice préoccupe l’Est de la République démocratique du Congo depuis des années, mais les attaques les plus récentes sont imputées aux Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé sans lien avec les islamistes ougandais.

Les forces de la RD Congo ont lancé des opérations contre les ADF dans la région agitée de l’est fin octobre. Mais en réponse, les ADF ont procédé à des massacres, dans le but apparent de décourager les civils d’aider les militaires.

HACHE À LA MORT

Vingt-sept autres personnes ont été assassinées mercredi, portant le nombre de personnes tuées dans les violences perpétrées par la milice à 107 depuis le 5 novembre à Beni et dans les environs.

L’Union européenne a également condamné les « attaques lâches » de groupes armés et demandé que les auteurs de tels actes soient traduits en justice.

« Une coopération plus étroite est nécessaire entre les FARDC (forces armées congolaises) et la Monusco pour renforcer les mesures de protection des civils », a déclaré le porte-parole de l’Union européenne dans une déclaration vendredi.

La Monusco, l’une des plus grandes opérations de maintien de la paix des Nations Unies au monde, regroupe aujourd’hui plus de 16 500 militaires et observateurs, 1 300 policiers et au moins 4 000 civils.

Mais la Monusco a eu du mal à progresser dans un vaste pays assiégé par des groupes armés ainsi qu’une épidémie d’Ebola, la pauvreté et une médiocre gouvernance.

En réponse aux critiques d’inaction, la Monusco a déclaré que ses troupes n’étaient pas en mesure de se déployer au combat sans l’approbation du pays hôte et en coordination avec les forces nationales.

La présidence de la RD Congo a annoncé cette semaine des opérations militaires conjointes avec l’ONU pour rétablir la sécurité dans la région de Beni.

Vendredi, un soldat congolais a été lynché à Oicha, à 30 km au nord de Beni, par des civils qui l’avaient pris pour un membre des ADF.

 

SOURCE:

Comments (0)

Leave a comment