Quand la Radio Télévision Nationale du Congo se transforme en Radio Télévision Mille Collines

 

« Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort ! » avait dit Patrick Henry dans un discours qu’il prononça à l’église St John à Richmond, en Virginie dans la Convention de Virginie en 1775. La courte version, « vivre libre ou mourir » est la devise officielle de l’État américain du New Hampshire, adoptée par cet Etat américain en 1945. Cette notion de liberté échappe hélas, à Kabila et son entourage.

Les bévues se multiplient de telle manière que quand bien même, on a beau essayé de rester à l’écart de la politique du Congo, la situation est telle qu’elle vous attire dedans avec force. Et la plupart de fois pour de problèmes que les autres pays avaient dépassés de décennies ou voir de siècle déjà.

Tenez ces dernières déclarations de paix et de guerre de Joseph Kabila. N’est-ce pas que c’est irresponsable et révoltant qu’un chef d’Etat d’un pays digne prononce une telle déclaration de guerre tout simplement par ce qu’un groupe de citoyens libres et nationalistes ne se sont pas mis d’accord avec sa façon rétrograde de pensée ? N’est-ce pas que dans le monde civilisé, on peut accepter de ne pas se mettre d’accord sans se faire violence ?

Dans un autre pays, dans un autre continent, un autre gouverneur du plus grand Etat des Etats-Unis, la Californie, qui aimait également porter les chapeaux de cowboy avant l’ex-Gouverneur Moise Katumbi Tchapwe, était un démocrate libéral à vie, mais son point de vue changea. Il devint un conservateur en 1962 et choisit le Parti Républicain. En 1964, le discours de Reagan, « Un temps pour choisir », pour soutenir la campagne du candidat Barry Golwater, le fit remarquer lui a valu une attention nationale en tant que nouveau porte-parole de conservateurs. Si ça vous rappelle également le « Troisième Faux Penalty », vous n’avez pas tort. Mais est-ce que les démocrates lui avaient insulté à la longueur de la journée où le menacer de mort ? Négatif. Est-il resté un citoyen américain libre de ses moyens et son opinion ? Affirmatif.

Un membre d’un parti politique situe toute son action généralement dans un contexte donné et sur base de certains idéaux. Sa fidélité et sa loyauté n’est pas en une personne, mais à sa patrie tout d’abord et ensuite à ses idéaux, les valeurs et principes auxquels ils croient. Un membre doit également respecter les promesses faites à son électorat.

Cependant, un membre peut être amené à prendre position qui est contraire aux intérêts de son Parti. Parce que dans la démocratie, on ne peut pas toujours avoir 100 % de ce qu’on veut. Il y a toujours ce donner et recevoir jusqu’à atteindre un compromis. Quand on veut 100 % comme Joseph Kabila, vous savez tout de suite quel type de président vous avez : un dictateur !

Même les plus grands idéologues politiques de l’histoire des Partis politiques sont arrivés à changer de discours aussitôt que le contrat qui le liait aux Partis politiques était rompu. Dernièrement, avec le contrat nucléaire Iranien, le Sénateur Chuck Schumer a voté contre la validation de cet accord alors qu’il est aligné pour succéder le leader de démocrate au Sénat. Sa décision était radicalement opposée au chef de son parti, le président Obama qui veut à tout prix lister cet accord comme un accomplissement majeur en relation internationale durant ses deux mandats. Personne ne l’a menacé de mort et aucune chaine de télévision n’a consacré des émissions entières pour le menacer et l’insulter pour autant.

Il faut être, je m’excuse d’utiliser ce mot, imbécile pour croire que la politique est linéaire qu’on ne change pas d’avis, ou qu’on n’épouse pas d’autres opinions et qu’on n’ait pas le droit de changer ses idées. Commettre une erreur est pardonnable, mais persévérer dans l’erreur est diabolique dit-on.

N’est-ce pas qu’il y ait un dicton qui renseigne que mieux vaut tard que jamais ? Au sein du Parti PPRD, les cadres semblent être liés à celui-ci par une alliance mystique. C’est comme un petit groupe clanique du genre Ku Klux Klan. Il ne leur manque que de cagoule blanche et de croix brulées pour aller lyncher les leaders de G7 et l’ex-Gouverneur Moise Katumbi. Aucune indépendance d’esprit n’est tolérée. Toute remise en cause de politique de ce Parti est un sacrilège. En fait, les Ku Klux Klan se cachaient le visage. Mais le PPRD insulte et menace à la Télévision Nationale s’il vous plait, quelle honte ? Quelle leçon en démocratie croient-ils qu’ils laissent aux enfants qui regardent également la télévision ?

La pensée unique a élu domicile dans ce Parti politique aux allures politico-mystiques. La libre pensée qui est à la base de tout développement est bannie ! On pouvait être taxée de non adhérente à certains idéaux s’il y en avait. Mais à notre connaissance, il n’y en a pas. La seule idéologie permise est la soumission aveugle à la Personne de son Autorité morale dont la personnalité est inviolable. Pas même un petit livre verre ou livre rouge si vous savez à quoi je fais allusion. Le Kadogo d’hier qui se croit de plus en plus un petit dieu à qui on doit la vie.

La dérive a atteint son comble  quand la chaîne Nationale de Télévision (RTNC) se transforme en radio du PPRD qui distille à longueur des journées des insultes en l’encontre de ce digne fils du Pays qu’est Moïse Katumba Tchapwe. Les lignes se brouillent et on ne distingue plus de différence entre la Chaine nationale et la triste Radio de Mille Collines au Rwanda. Allez-y comprendre quelque chose !

Le seul péché de l’ex-Gouverneur Moise Katumbi Tchapwe est d’avoir compris ce que l’honorable Vital Kamehere avait compris avant lui. Le ridicule frôle son comble quand on passe en boucle des déclarations qu’il avait faites juste après le départ de Vital Kamehre du Parti. Curieusement, le concerne, l’Honorable Vital Kamerhe, n’en fait pas écho, reste en diapason avec son frere Congolais et se maintient au-dessus de la mêlée. C’est ça etre homme d’Etat !

Par contre, dans ce cafouillage où la RTNC est transformée en Radio de Milles Collines, un personnage se distingue, bien entendu dans la médiocrité. Si seulement le ridicule pouvait tuer... Hier illustre inconnu, venu à la surface politique grâce à Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, Muyej se fait remarquer — mes escuses encore — par des sorties idiotes et bêtes dans la presse avec un argumentaire propre aux flibustiers. Chose grave, son mentor Kabila ne réalise même pas qu’il est jugé en fonction de ces genres de personnages au raisonnement bas et incohérent. Manque de sens critique de la part du président Joseph Kabila et qu’il devrait terminer ce cirque ? Affirmatif.

Richard Muyej, le fou du Roi Joseph Kabila, pense qu’il donne une forte argumentation, alors qu’il amuse la galerie qui se moque de lui sous cape. A ce jour, il n’ya vraiment plus de différence entre la Radio Mille Collines et la RTNC.

Chaque matin, nous avons droit à une tranche d’injures contre Moïse Katumbi. Nous comprenons aisément que le commanditaire principal n’ait pas la culture de nos ancêtres. Ayant grandi dans les montagnes de Fizi, Joseph Kabila n’a pas notre culture, ne parle pas comme nous et on comprend qu’arriviste qu’il est, qu’il soit gauche en voulant transplanter quelques cultures acquises au Rwanda et la Tanzanie ici au Congo. Son bagage culturel reste difficile de s’en débarrasser.

Un autre chantre de Joseph Kabila s’appelle Omari India. Ce monsieur, n’est apparu au grand public qu’à la faveur de l’arrivée de l’AFDL, que Mzée Laurent Désiré Kabila appelle, « conglomérat d’aventuriers et d’opportunités ». Ce chantre, version Charles Blé Goudé de Kabila peut se permettre de traiter l’ex-Gouverneur Moïse de tous les noms, mais rassure-toi que tes paroles sont enregistrées et que la CPI s’en régalera.

On reconnait a moise d’avoir rénové des hôpitaux, construire des écoles, jeter le deuxième pont le plus long du pays, créer et distribuer du courant, construire des églises, donner son salaire aux endicapés, etc. Bref, il a des réalisations et curriculum vitae de mille personnes en lui même. Maintenant qu’est-ce que cet énergumène d’Omari India a-t-il accompli dans la vie ? N’est-ce pas là, le cas-école d’un crapaud qui voulait se faire gongler comme une vache ?

Et dire que ce curieux personnage ne peut même pas prononcer une phrase française entière sans y laisser quelques coquilles peut se permettre de tels écarts de Langage. Heureusement que les oiseaux de même plumage volent ensemble. L’échantillon des intervenants dans ce ballet d’injures reflète amplement la bassesse et le niveau de raisonnement de bas niveau de leur maître à penser.

Une chaîne de télévision nationale ne peut sous aucun prétexte être à la solde d’une personne, soit-elle Chef de l’Etat, pour insulter tout Citoyen qui prend sa liberté politique vis-à-vis de son parti, le PPRD. Nous rappelons à ces messieurs que ce langage de la haine est un délit qui les amènera tout droit vers la CPI.

Le Feu Sakombi Inongo en avait appris à ses dépens. A qui le prochain tour ? Nous y reviendrons. Le Peuple Congolais qui salue, qui aime et qui respecte la décision politique courageuse de Monsieur Moïse Katumbi lui demande de ne pas répondre à ces attaques de bas étages.

Il faut beaucoup de patience, persévérance et pour nous les chrétiens, beaucoup de foi pour vaincre les forces du mal que représente Joseph Kabila et son entourage. Les obstacles vont se dresser devant lui, tous les membres de l’opposition et autres congolais qui voudraient se démarquer de Joseph Kabila.

Qu’il reste calme et qu’il se consacre à la réflexion  pour le bonheur et l’avenir de ce peuple qui fonde beaucoup d’espoir sur sa candidature à la magistrature suprême de ce pays aux multiples potentialités. Notre peuple, surtout ceux sont qui sont resté dans l’arrière-pays, vivent encore comme au temps moyenâgeux. La civilisation les a contournés. Il faut ensemble les libérer ce peuple. Que les meilleurs de Congolais se soulèvent comme un seul homme pour relever ce défi.

A très bientôt.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment