RD Congo : La Haute Trahison de l’UDPS

Etienne Tshiskedi et Felix Tshisekedi

Les Lampions sont en train de s’éteindre au Centre Interdiocésain. Les soi-disant Professionnels de la Politique Congolaise mettent la dernière touche sur ce qu’il est désormais appelé les Accords de la Saint-Sylvestre qui s'apparente au Coup d'Etat de la Saint-Sylvestre de triste mémoire.

Les échos qui nous y parviennent ne sont pas rassurants. Partis en union autour d’un idéal commun aux fins de consacrer le caractère inclusif de ces assises, le Rassemblement et le Front mené par le MLC y compris les Luchas et Filimbi semblent en sortir déchiquetés.

La relegitimisation de Kabila

A l’entame de ces Négociations, Le Rassemblement et leurs Alliés avaient toutes les cartes en mains. Joseph Kabila et ses Alliés avaient un genou par terre. Il venait de perdre sa légalité et sa légitimité à travers la fin de son mandat constitutionnel. Joseph Kabila était dans des cordes, comme les diraient les adeptes du noble art, la Boxe. Il était KO debout.

Il ne fallait plus qu’accélérer les coups en alternant des crochets et uppercuts sans oublier des droites foudroyantes. Mais hélas, autour du ring se trouvait un New Bundini, cfr l’ami du défunt Muhamed Ali. Ce dernier avait comme rôle principal d’exciter davantage son ami Muhamed Ali en lui rappelant sa grandeur et ses hauts faits sans oublier les faiblesses de son adversaire. Il jouait parfaitement le rôle de Sankara de Kunta auprès du Musicien Congolais Werra Son.

Primature à tout Prix

Le même appât, entendez la Primature, jouant son rôle, Joseph Kabila poussé dans les cordes a développé un instinct de survie. Il a provoqué un blocage pour obliger les Evêques à négocier directement avec lui. Il en a profité pour les menacer d’organiser un Référendum Constitutionnel en cas d’échec des négociations sous leur égide.

Le Rassemblement  de l’Opposition  a mordu à l’hameçon. L’UDPS a réussi à décrocher la Primature y compris la présidence du Comité de suivi au mépris  des autres points importants liés aux mesures de décrispation et d’ouverture de l’espace politique.

Sur sept cas emblématiques présentés par le Rassemblement et Alliés, quatre ont été décantés, mais les trois autres à savoir, le cas de Me Muyambo, Diomi Ndongala et Moïse Katumbi seront soumis à la sanction d’une Commission des Magistrats qui fonctionnera ce faisant sous la houlette d’Alexis Tambwe Mwamba, Ministre de la Justice.

La CENI échappe à la cure de désintoxication. Il appartiendra à chacune de ses composantes de changer ses délégués.  Le Parlement, le Sénat y compris les Assemblées Provinciales restent en place sous sa configuration actuelle dominée par des Partisans du PPRD, le Parti Politique de Joseph Kabila. Joseph Kabila reste en Place jusque vers 2018, car les élections devront être organisées au plus tard au mois de décembre 2017. Le temps d’élire un nouveau Président de la République et de l’installer. Il aura totalisé deux années supplémentaires à la tête de ce Pays.

L’Erreur Fatale de l’UDPS

Devant ces incongruités l’UDPS a perdu toute lucidité. Ils ont lâché leurs alliés, dont Moïse Katumbi, Me Muyambo et Eugene Diomi Ndongala.  Seule la Primature les intéresse. Cette obsession ayant été de tout le temps le tendon d’Achille de l’opposition a servi une fois de plus à Joseph Kabila pour s’en saisir afin d’imploser l’opposition réunie au sein du Rassemblement.

Ils ont hypothéqué tous les acquis de la lutte du Peuple Congolais. Comment expliquer qu’un Chef de l’Etat qui a terminé son mandat constitutionnel puisse imposer ses vues et positions à la postérité politique de ce Pays, chose inadmissible.

Ils sont tous revenus sur la table de négociations pour satisfaire à une et une seule condition : Le Caractère inclusif de ces accords. L’objectif fixé, à savoir l’inclusivité, n’a pas été atteint.

Les Refus Justifiés de ne Pas Signer cet Accord

Dans le décor actuel, l’opposition issue des accords du 18 octobre vient de déclarer qu’elle ne signera pas ces Accords. Le MLC de Jean Pierre Bemba a claqué la porte du centre Interdiocésain donc ne signera pas ces Accords. Les Luchas ont quitté ces travaux et ils ne signeront pas.

Le G7 prévoit de ne pas signer s’il n’est pas clairement repris dans les accords que « les trois cas emblématiques doivent être décantés par la commission des Hauts Magistrats avant la signature des Accords ».

Il n’y a que l’UPDS qui prévoit de les signer après avoir obtenu la Primature pour le Fils Tshisekedi et la Présidence du Comité de suivi pour le Père Tshisekedi. Une boulimie familiale ? Vous l’avez devinée.

Qui a trahi ?

That's the question. Ca s’appelle très haute trahison de la part de la fille aînée de l’Opposition Politique Congolaise (l’UDPS). Nous sommes en pleine application des Accords négociés à IBIZA (Espagne).

Pour la petite histoire, ces accords étaient négociés par Kalev Mutond (Directeur général de l’ANR) ; Tambwe Mwamba Alexis (ministre de la Justice) ; She Okitundu Leonard (Sénateur) ; et Néhémie Mwilanya Wilondja (Directeur de Cabinet du Président sortant Kabila) ;

Du côté de l’UDPS, on notait Jean-Joseph Mukendi (Chef de la délégation) ; Mavungu Bruno; Ruben Mikindo (Représentant de la Fédération du Nord Kivu de l’Udps — il n’avait pas de passeport et un passeport diplomatique lui fut délivré par le Ministère des Affaires Étrangères — sur intervention de Kalev afin d’effectuer ce déplacement), David Mukeba; Peters Kazadi ; Lisanga Bonganga ; Samy Badibanga (son rôle était d’assurer le contact permanent avec Félix Tshisekedi  qui était resté pour dissimulation au Pays ).

Au terme de ces négociations, sommes toutes secrètes, les deux partis avaient dégagés d’une manière consensuelle,  une identité autour des points suivants :

  • Acceptation par l’UDPS d’un « Glissement Technique » à travers une prorogation des trois années de mandats de Joseph Kabila à la tête du pays ;
  • Une acceptation de la Primature par l’UDPS, laquelle fonction devrait être assurée par Félix Tshisekedi ;
  • Un partage équitable à raison de 50 % de postes ministérielles pendant les trois années ;
  • La refonte totale de la composition actuelle de la CENI et le rassemblement par d’autres délégués.

Dès lors, il est aisé de comprendre que nous sommes en face de transposition de ces accords dans un environnement beaucoup plus élargi qui se trouvent être les négociations de centres interdiocésains.

Actes Isolés de Bravoure

Point n’est besoin de rappeler a nos lecteurs et peuple Congolais, l’obsession maladive qui habite la famille Tshisekedi d’occuper le poste de Premier Ministre et chef de Gouvernement, depuis de lustres. Le feu Marechal Mobutu en savait quelque chose. Paix à son âme.

C’est ici qu’il faut saluer l’acte de bravoure pose par le MLC et les LUCHA en refusant de cautionner des accords négocier sur les dos du peuple congolais.

Que Faire Devant cet Etat de Choses ?

Le Peuple Congolais est pris en témoin. Quant au G7 et les autres, il leur faudra mettre très rapidement une autre alternative au point qui consiste a fédérer dans l’immédiat toutes les forces politiques qui ont refusé de signer ces accords à savoir le MLC, le Front Uni, le G7, LUCHA, FILIMBI ainsi que tous ceux de signataires des accords du 18 octobre qui estiment nécessaire de bloquer dans l’immédiat cette machination pouvant être lancé au mépris des aspirations profondes du peuple Congolais.

En politique dit-on, les alliances se font et se défont au regard des intérêts des uns et des autres. Ici, tous ces acteurs politiques devront impérativement répondre à l’appel pressant de la mère patrie qui est danger et dont l’avenir est en péril.

En définitive tout esprit bien avisé doit s’abstenir d’apposer sa signature au bas de ces accords. Agir autrement équivaudrait à une haute trahison.

Nous y reviendrons. 

 

Comments (0)

Leave a comment