Skip to main content
Colonel MAKANIKA, AZARIAS RUBERWA et MOISE NYARUGABO, Combattants Banyamulenge de GUMINO et TWAGINEHO

RDC : «20.000 MILITAIRES FICTIFS» ET «220 MORTS» À KIPUPU !

Les images sont tellement horrifiques qu’on ne peut pas les montrer. A croire que Lucifer lui-même est descendit a KIPUPU pour régler l’affaire. Ou sont donc les leaders banyamulenge pour décrire ce carnage et massacres de congolais ? Voici le moment qu’ AZARIAS RUBERWA et MOISE NYARUGABO devraient dénoncer les actions des combattants Banyamulenge de GUMINO et TWAGINEHO sous la coordination du Colonel MAKANIKA. Ils ciblent la population civile, tuant, incendiant les maisons...un crime contre l'humanité qui tôt ou tard sera juge. Est-ce que leur silence les trahissent ? Les articles du résistant patriote Sé Marcelin Cikwanine sont très révélateurs de ce qui se passe à l’Est de la RD Congo. Aucun mot de compassion ou de condoléances de FELIX TSHISEKEDI en vers les victimes. Terrible… tout risque d’exploser !!!


« Nous recommandons au gouvernement central de faire une déclaration officielle relative aux incursions signalées dans la partie Est et en particulier au Sud-Kivu. Que le gouvernement procède en toute urgence à la vérification des effectifs militaires où près de 20.000 militaires fictifs sont signalés dans l'Est du pays », indiquent 30 députés provinciaux du Sud-Kivu dans une déclaration faite ce 20 juillet 2020 à Bukavu.



Ils dénoncent également le massacre de 220 paysans dans une attaque de la localité de Kipupu, chef lieu de la collectivité d'Itombwe dans le territoire de Mwenga, attaque menée par les milices Banyamulenge contre les populations civiles Babembe et Banyindu. Jusque là je me suis abstenu de me prononcer par rapport cette dernière etaque pour éviter de tomber dans la guerre des chiffres que mènent les parties aux conflits.



Nous sommes dans une région où chaque partie a l'habitude de surévaluer ses pertes et de s'enfermer relativement dans un algorithme de victimisation ignorant la douleur des autres. Comme je dis souvent à nos frères Banyamulenge, ils ne sont pas que des victimes. Ils sont aussi des bourreaux,et le plus souvent des déclencheurs des violences, mais aussi les communautés voisines ne sont pas que des victimes(lien de l'article annexé). Ce que la localité dd Kipupu a connu a été imposé hier, peut-etre à des degrés différents, à certains villages des Banyamulenge :

 

>>>> LIRE AUSSI: MINEMBWE: HALTE À LA VICTIMISATION À OUTRANCE


Ce qui est important à retenir à ce stade est qu'il y a eu attaque contre des cibles non militaires et qu'il y a eu massacre dans la localité de Kipupu. Contrairement à ce que la partie Banyamulenge dit il n'y avait pas à Kipupu les combattants Maï-maï lors de l'attaque. Les combattants Banyamulenge de Gumino et Twagineho sous la coordination du Colonel Makanika ont pris pour cible la population civile, tuant, incendiant les maisons... Ça s'appelle «crimes contre l'humanité » !



Les Maï-maï ne sont intervenus que cinq heures après le début de l'attaque en provenance des villages voisins. Il s'agit sans doute d'un crime contre l'humanité,et je regrette beaucoup que le Colonel Makanika se soit engagé dans une telle voie de criminalité. Il aurait pu capitaliser sa défection des FARDC par un combat se limitant à défendre légitimement sa communauté contre les attaques groupes Maï-maï qui ont déviés le combat de la Résistance (la Résistance congolaise ne doit pas avoir pour vocation d'attaquer les populations civiles sur base des critères éthniques ou tribales ) et surtout des rebellions étrangères soutenues par le Rwanda.



Le Colonel Makanika, plusieurs officiers et soldats qui l'ont rejoint avaient les atouts pour constituer une troisième voix face aux forces éthniques qui s'affrontaient. C'est de cette manière aucun officier patriote doit agir face à l'impuissance de l'armée. Personnellement, j'espérai de lui cette attitude de grandeur qui puisse transcender les appartenances éthniques tout en défendant le pays :

 

>>>> LIRE AUSSI: DÉFECTION DU COLONEL MAKANIKA : ENTRE RÉSISTANCE ET VIOLENCE COMMUNAUTAIRE!


Mais je constate de plus en plus que sa défection de l'armée, celle des autres ainsi que le recrutement des anciens officiers et soldats Banyamulenge qui étaient en exil dans les pays de l'Afrique de l'Est(surtout le Kenya et le Rwanda) ne servent qu'à s'attaquer aux paisibles citoyens. C'est innaceptable ! J'espère tout simplement qu'au moment venu les uns et les autres auront à répondre de leurs actes devant la justice. C'est aussi ça le facteur d'une paix durable et de la réconciliation dans les hauts plateaux.



Je constate aussi depuis un certain moment une tendance générale de la reconfiguration des alliances militaires sur le terrain. Certains groupes rebelles burundais soutenus par le Rwanda ne sont plus en coalition d'objectif avec certains groupes Maï-maï ,et sont de plus en plus proches des forces Banyamulenge. Cette reconfiguration s'inscrirait dans la logique de Kigali d' instrumentaliser le conflit dans les hauts plateaux. La politique Kagamiste de massacrer les Tutsis pour ensuite s'imposer comme leur «sauveur» serait entrain de s'appliquer(lien de l'article annexé) :

 

>>>>> LIRE AUSSI: MASSACRES DES TUTSIS: GRAVES RÉVÉLATIONS LORS D'UN PROCÈS AU RWANDA !

La polarisation de la situation poursuivait cet objectif, avais- je prévenu. La personne qui soutient les rebelles qui tuent les Banyamulenge est la même personne qui avait fait publiquement la publicité de compagne «SaveBanyamulenge» à Kigali. Je n'avais pas cessé de dénoncer l'hypocrisie de la communauté Banyamulenge (hormis quelques individus courageux et «nationalistes» ) de se plaindre d'être exterminé par les rebelles burundais sans dennoncer les responsabilités du Rwanda qui soutient ces rebelles qui en plus sont truffés des éléments des forces spéciales rwandaises.



On n'a pas non plus oublié les interventions des représentants de la communauté Banyamulenge sur la télévision nationale rwandaise(lien de la article annexé ) en vue de préparer l'opinion et le choix de Bernard Maignain, avocat belge du FPR, pour défendre les mêmes victimes du Rwanda dans le conflit des hauts plateaux (lien de l'article annexé) :

 

>>>> LIRE AUSSI RADIO RWANDA:  FORCING POUR SE SERVIR DE LA CAUSE BANYAMULENGE


>>>> LIRE AUSSI: RWANDA-RDC : BERNARD MAINGAIN,L' AVOCAT DU «FPR » POUR DÉFENDRE LES BANYAMULENGE !

Qu'en-est-il alors des «20.000 militaires fictifs» dénoncés par les députés ? Qui sont-ils, d'où viennent-ils et où sont-ils ? Mon article dénonçant l'entrée des troupes rwandaises sur le sol congolais date du fin 2018(lien de l'article annexé ). Il s'agissait à l'époque du 53 ème et 51 ème bataillons commando de l'armée rwandaise, une infiltration qui avait poussé à l'époque le Burundi à envoyer aussi ses troupes à Uvira pour défendre sa frontière. Depuis lors les unités spéciales rwandaises ont traversées la frontière congolaise plus au moins 6 fois,et à chaque fois j'alerte l'opinion et les autorités congolaises :

>>>> LIRE AUSSI:  KIVU,LA POUDRIÈRE QUI RISQUE D'EXPLOSER ET LA DIVERSION ÉLECTORALE

 

>>>> LIRE AUSSI: HONORABLE JUVENAL MUNUBO: LA « BETISE » ENTRÉE DES TROUPES RWANDAISES


La dernière en date, c'est au début de ce mois de juillet 2020. Deux colonnes des militaires d'expression Kinyarwanda en tenue des FARDC avaient traversés la frontière Ruzizi et sont montés dans les hauts plateaux à partir de Luvungi. J'ai, par la même occasion(lien de larticle annexé ) annoncé le fait que les informations à ma disposition font état de la fabrication en grande quantité des tenues de l'armée congolaise au Rwanda. Cette fabrique tourne en plein régime pour mettre à la disposition des forces rwandaises l'équipement nécessaire de déguisement en militaires congolais. Que les députés puissent aujourd'hui constater l'afflux des «militaires fictifs» au Kivu ne peut pas étonner :

 

>>>>> LIRE AUSSI: CARNAGE EN ITURI : NOS MORTS NE SONT PAS LES LEUR !


Au Nord-kivu les unités des militaires rwandais sont déployées en tenue des FARDC dans plusieurs zones de Masisi et Rutchuru depuis le début 2019. Le retrait signalé d'un bataillon qui était là depuis 2019 a été compensé par une nouvelle entrée des militaires en petits groupes. C'était la relève ! S'il est vrai que le nombre des militaires rwandais en tenue des FARDC ne peut pas atteindre ces chiffres de 20.000 il est certain qu'ils sont là , certains en unités homogènes habillés en FARDC avec tous les insignes , d'autres en mixage avec les rebelles, et malheureusement c'est avec l'indifférence/complicité de Kinshasa :

 



Tout ce que nous pouvons dire à notre population est de rester vigilant et mobilisé étant guidée par l'idéologie qui constitue notre bouclier : le maï-maïsme. Ça ne serait pas là première fois que Kinshasa complote avec l'ennemi ou que son indifférence et impuissance exposent nos terres aux menaces extérieures. Si l'unité de ce pays et la survie de notre population dépendaient de Kinshasa ce pays aurait déjà disparu de la carte depuis longtemps car il fut un moment où la souveraineté du Congo fut totalement contrôlé en amont et en aval par des puissances qui veulent notre anéantissement. Mais nous avions triomphé !

Aux membres et acteurs armés des communautés Banyamulenge, Babembe,Bavira, Bafuliiru et Banyindu de prendre conscience de cette guerre d'autodestruction et de la manipulation extérieure afin de mettre fin à l'entr'egorgement et privilégier la paix. Ça suffit !



Sé Marcelin CIKWANINE

22 juillet 2020

Patriote-résistant
[email protected]mail.com

Categories

Add new comment

Filtered HTML

  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.