Skip to main content
Deux terroristes: Jamil Mukulu (C) et un autre fondateur de l'ADF

RDC - BENI « ILS ONT TUE DES GENS JUSQU'A CE QU'ILS SE SONT FATIGUES 2/2 », (suite) Par Ben Anderson

Une fois membre fondateur de l'ADF, cet homme vit maintenant à Kampala, en Ouganda, où il a récemment pris sa retraite des forces armées du pays, l'UPDF. En tant qu'ancien membre de l'ADF, il a pu assister l'armée. Images de VICE sur HBO.

Le combattant et membre fondateur

À la suite de désaccords avec des factions musulmanes en Ouganda, une émeute avait éclaté en 1991 à la vieille mosquée de Kampala. Après cela, une faction musulmane avait tenté de tuer quatre policiers. C'est à ce moment-là que le gouvernement avait repris la situation en main pour la première fois et environ 118 jeunes ont été arrêtés, dont Jamil Mukulu.

Jamil était l'un des cheikhs qui appartenaient à la secte de la Tabliq, basée principalement dans les mosquées de Nakasero et de William Street, à Kampala. Pendant leur séjour à la prison de Luzira, ils avaient developé la mentalité de prendre des mesures radicales. C'est là que les jeunes avaient commencé une rébellion contre le gouvernement ougandais. Je faisais partie des personnes qui avaient suivi une formation, le premier groupe comptait environ 40 personnes. Le groupe avait été mené par d'anciens militaires que nous avons trouvés dans la prison.

Nous avons passé, puis un autre groupe de plus de 150 personnes, y compris des femmes, ont suivi une formation. C'est à ce moment-là que le gouvernement est allé là-bas et l'a annulé. Plus de 80 personnes ont été tuées. D'autres ont été capturés. Environ 43 survivants, femmes et hommes, ont traversé l’Est du Congo.

« Je faisais partie des personnes qui ont suivi une formation, le premier groupe était composé d'environ 40 personnes. »

C'est à ce moment que l'ADF a commencé à recruter. Quand ils ont eu des bases et un certain soutien du gouvernement congolais vers 1994 et une alliance a été conclue avec la NALU, l'Armée nationale de libération de l'Ouganda.

Je me souviens d'avoir entendu une conversation à propos de la rencontre entre Jamil Mukulu et Oussama Ben Laden au Soudan. Les Soudanais n'étaient pas très favorables à l'ADF auparavant. Ils disaient que nous devions enseigner aux enfants. Ils disaient que nous n’avions pas encore atteint le stade de la lutte. Ils ont dit que ce n'est pas vous qui allez-vous battre mais vos petits-fils. Il faut d’abord environ 50 ans, lorsque les gens sont endoctrinés. Je ne peux pas dire Oussama Ben Laden lui-même, mais lors de cette réunion, il a été dit que nous, l'ADF, étions encore au stade d’enfance. Il fallait encore 30 ans pour atteindre le stade où nous pouvions prendre les armes et combattre quelqu'un.

Donc, pour Jamil Mukulu, il avait décidé que même si je recevais quatre ou cinq pistolets, ces quatre ou cinq pistolets recevraient plus de pistolets, alors nous partirons de là. Et c'est exactement ce qui s'est passé.

Au moment où nous sommes sortis de prison, nous n'avions que deux armes à feu. On faisait des opérations où on surveillait les policiers, marchant seuls; alors il pourrait être touché et l'arme prise.

L’objectif, après l’ingérence du gouvernement ougandais, était de créer un État islamique en Ouganda, où la loi « Sharia » pourrait être en place. Puis, plus tard, lorsque nous recevrons une aide extérieure, l’objectif sera de renverser l’Ouganda, et pas seulement d’obtenir une partie de l’Ouganda.

Selon cet Etat islamique, tout est possible. Surtout quand c'est dans le fond de ton cœur. Tout est possible, même si les musulmans sont minoritaires.

Dans les premiers temps, vers 1996-98, il y avait tellement de djihadistes qui attendaient de rejoindre les rangs de l'ADF, mais nous pensions que les personnes venant de l'extérieur apporteraient des complications. Nous avions des connexions externes, comme le Soudan avec Hassan Turabi. Nous pourrions obtenir un support externe du Soudan, puis de l’Arabie saoudite, puis des relations avec le Kenya. Ils aidaient tous leurs camarades musulmans. Nous pourrions recruter à partir de l'est, du sud et du centre de l'Ouganda. C'était très facile pour nous. Nous pourrions recruter des mosquées. Les gens étaient disposés à se joindre à eux afin de trouver une bonne fin pour pouvoir atteindre le paradis.

C'était à cause de leur foi, de la foi islamique, quand ils savaient que la lutte portait sur la loi « Sharia ». Je pense que chaque musulman, en particulier les radicaux, les djihadistes, cela devient une cause commune  pour tous, peu importe le pays dans lequel vous vous trouvez.

Certains des combattants avaient été entraînés au Pakistan. Je me souviens, c'était 100 dollars pour obtenir un billet, ils pouvaient passer par Nairobi puis au Pakistan, passer trois, quatre mois et ensuite ils revenaient.

«Ce qui me fait mal, ce sont les actes qui ne se faisaient pas de nos jours. Ils sont hors-piste maintenant. »

[Nous pensions que cela pourrait prendre] plus de 50 ans. Nous attendions pour dépenser ça. Cela a changé vers 2000-2001. Les gens mouraient à un rythme élevé. C'est le moment où les forces ougandaises sont entrées au Congo. Nous nous battions contre les ennemis d'Allah. En Islam, quand quelqu'un vous attaque, vous êtes autorisé à vous battre. Vous arrivez directement au paradis quand vous mourrez dans cette cause.

J'ai été capturé dans la province du Nord Kivu au Congo. J'étais en mission lorsque nous avions été interceptés par les forces jointes des Congolais et des UPDF (Forces de défense du peuple ougandais). J'ai été capturé et amené. Après quelques semaines, j'ai été amené en Ouganda, à la base tactique de Kasese. De là, j'ai été amené à Kampala.

C'était difficile pour moi. Je me souviens qu'un de mes camarades avait été capturé puis relâché. Après son retour dans les montagnes, on ne pouvait plus lui faire confiance. Vous pourriez être tué par l'ADF car certains de ces hommes sont venus en tant qu'espions. Donc, je ne pouvais pas retourner dans les montagnes.

Durant les premiers jours après ma capture, j'ai opéré avec l'UPDF. Ils l'ont fait chaque fois qu'ils ont eu un transfuge ou quelqu'un capturé. Je pourrais les aider. Après, j'ai été emmené à l'entraînement militaire jusqu'à récemment quand j'ai pris ma retraite.

Ce qui me fait mal, ce sont les actes qui se font et qui ne se faisaient pas de nos jours. Ils sont hors-piste maintenant. Nous pourrions attaquer quelqu'un qui a un fusil, qui va se battre contre vous, mais pas la population locale. Ce n'étaient pas les objectifs. Maintenant que Jamil Mukulu n'est plus en place, je pense qu'il y a un manque de leadership là-bas. (Tuer des civils) est interdit. C'est interdit.

Pourquoi ne pas vous rendre? C'est ce que je demanderais à quelqu'un si j'en rencontre un. Je ne pense pas qu'il y ait une explication correcte. C'est comme tuer un bébé. Je ne pense pas que vous pouvez expliquer cela.

Pourquoi est-ce que je ne participe plus? Question difficile. Si je n'étais pas capturé, à partir de maintenant je serais là. C'est toujours au fond de mon cœur. Je ne peux pas mentir.

Le casseur de pierre

J'étais avec mes amis et nous sommes allés chercher de l'or. C'est à ce moment-là qu'ils m'ont emprisonné en demandant: « Qui veut mourir ou être soldat? »

J'ai dit: « Je veux être un soldat. » J'avais 15 ans. J'ai terminé mon entraînement et nous sommes restés avec l'officier Mashauri à Ulambo, combattant là depuis 2005. Le policier Mashauri a été touché par une explosion. Un missile s'est fait exploser. Quand il a été décapité, j'ai dit non! Je suis juste un enfant.

Il y avait des enfants là-bas qui étaient nés dans la brousse. Il y en avait tellement. Il y avait beaucoup plus d'enfants congolais que d'Ougandais.

Après six mois de formation, ils m'ont appris à être musulman. Ils nous ont d'abord appris le Coran, puis comment prier. Quand vous êtes musulman, si vous tuez vous devez dire la prière qui dit bismillah (au nom de Dieu) pour être sûr que l’esprit de celui que vous tuez ne vous attaque pas. Ils nous ont appris en utilisant une chèvre comme exemple. Avec la première coupe au couteau, vous devez dire bismillah, alors l'esprit de la chèvre ne vient pas vous retenir et vous déranger.


Un soldat du maintien de paix des Nations Unies vérifie sa mitrailleuse avant de partir en patrouille à Beni, dans l’est du Congo. Des images de VICE sur HBO.

Les FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo) utilisaient des civils pour nous connaître, alors nous avions commencé à tuer des civils parce qu'ils aidaient l'armée. Que pourrions-nous faire? Nous ne pouvons pas avoir des informateurs. Mais nous ne nous attendions pas à tirer des balles sur les Congolais.

J'ai décidé de dire à un soldat que j'allais chercher de la nourriture pour pouvoir m'échapper. Je suis allé sur la route et j'ai voyagé pendant 3 heures à Kokoro. De là, je m’étais rendu a la MONUSCO. J'ai remis mon arme et ils m'ont emmené à Beni. Ils cherchaient des guides pour les guider, pour aider leurs opérations. Alors ils m'ont pris et m'ont donné une arme à feu.

Quand je suis parti la première fois, j'ai eu un peu de soutien. Une ONG m'a donné deux chèvres, une couverture et des fournitures pour être une personne fonctionnelle. J'ai eu une pelle et une hache, un jerrycan, les bases de la vie, juste pour la survie quotidienne. Mon travail actuel consiste à casser des pierres. J'essaie de gagner ma vie, mais quel genre de vie est-ce?

La femme

J'ai été recruté de force. Ils m'ont trouvé à la maison le soir et ils m'ont emmené. J'ai été enlevée avec mon père, mon frère, ma sœur et l'enfant de mon frère. Mon autre oncle avec qui nous avions été arrêtés a été tué. Lorsque nous sommes arrivés, j'ai trouvé des soldats là-bas. Ils ont canné mon père à l'arrivée. Après cela, il a été emprisonné.

La souffrance a commencé immédiatement. L'enseignement qu'ils ont donné était violent. À un certain moment, les gens ont commencé à disparaître. Nous, les femmes, ne savions pas où elles allaient.

La loi de « Sharia » dit qu'un mari est choisie pour une jeune fille. On nous donnait des hommes que nous n'aimions pas. La loi de « Sharia » dit aussi que quatre signes montrent que vous êtes une femme adulte : les seins, lorsque vous avez vos premières règles, lorsque vous développez des poils pubiens sous les aisselles et que vous atteignez l'âge de 15 ans. Lorsque vous obtenez l'un de ces signes, vous êtes adulte et pouvez-vous marier.

J'avais 13 ans quand j'ai été mariée à mon premier mari.

Nous avions remarqué que leurs assassins étaient habillés comme des femmes enceintes, portant une « kitenge ». Le tueur nous trouverait assis, comme nous sommes maintenant, et demandons de l’eau, la nuit. Ensuite, nous entendrions qu'un village entier avait été abattu.

Il y avait du favoritisme. Les Ougandais étaient favorisés par rapport aux autres. Si quelqu'un soulignait le favoritisme, ils se faisaient remarquer et étaient sévèrement punis. J'ai essayé de souligner les anomalies et pour cela j'ai été inscrit pour être tué.

Permettez-moi de vous donner un exemple qui m'a rendu rebelle et intrépide et capable de dire ce que je voulais. Il y avait un groupe de filles qui voulaient s'échapper. Il y avait une fille congolaise dans ce groupe et ils lui ont confié leur intention de s'échapper. Elle n'a pas signalé l'évasion prévue aux commandants. À peu près à cette époque, Jamil Mukulu avait décrété que toute personne ayant l’intention d’échapper ou même de s’échapper; cette personne serait exécutée. Lorsque les évadés avaient été arrêtés, ils ont dit aux commandants qu'elle en avait connaissance. Elle a été convoquée à la haute cour et lorsqu'il avait été établi qu'elle était au courant de l’évasion, elle avait été décapitée parce qu'elle n'avait rien dit.

Les personnes qui ont tenté de s'échapper ont été tuées avec des couteaux. Aucune balle n'a été gâchée pour quiconque qui tentait de s'échapper. J'ai vu deux femmes qui allaient s'échapper. C'était pendant le combat, avec des balles volantes. Il y avait beaucoup de chemins menant à notre camp, mais les deux femmes en ont pris un autre. Quelqu'un les a trouvés sur le mauvais chemin. Ils ont été attrapés et tués avec des haches à main. Ils ont été tués devant nous, dans le camp où nous logions.

Cet incident m'a tellement bouleversé que j'ai arrêté d'écouter et j'ai commencé à m'en plaindre tout le temps. Je leur ai dit qu'ils n'étaient pas justes. Mais au lieu de s'attaquer à leurs erreurs, ils ont tué des gens. Ce jour-là, ils ont décapité six enfants.

Six femmes ont fait la grève. Nous avons été regroupés en trois catégories; le dangereux, le mauvais et le bon. J'étais dans la catégorie dangereuse, car j'incitais les jeunes femmes. Ils ont décidé de m'emprisonner. J'ai été emprisonné pendant un an. Certains membres ont fait valoir que je devrais recevoir 700 coups de fouet jusqu'à ma mort. D'autres ont suggéré que je sois emprisonné à vie. D'autres ont dit que je devais être exécuté.

« Si les ADF voulaient, ils pourraient créer n'importe quoi, un Etat islamique, ou si un Etat est trop grand, un secteur. »

Pendant que j'étais emprisonné, les enfants que j'avais enseignés ont commencé à protester en mon nom. "Libérez Madame", scandaient-ils, "Elle va mourir en prison." Jamil Mukulu a entendu les chants des autres prisonniers et a ordonné que je sois emmené dans la brousse et exécuté. En tant qu'Ougandais, je ne pouvais pas être exécuté en public, je devais être conduit dans la forêt. Les bourreaux qu'il a choisis étaient dans mon groupe de dissidents, mais il ne savait pas. Ils savaient que mes inquiétudes concernant la brutalité étaient sincères.

Patel, Feza, Kasibante, Musana et Masereka. Masereka et Musana étaient les hommes chargés de couper le cou des gens. Ils tenaient une houe, un couteau, une corde et un jerrycan. Ils m'ont escorté avec l'ordre de me décapiter au milieu de la forêt. Ils ont commencé une réunion en demandant: "Pourquoi devrions-nous tuer notre sœur?" Ils m'ont donné des instructions pour aller à la mosquée de Kamango et chercher Winnie, qui avait également échappé à l'exécution. J'ai suivi mon compagnon de captivité, un Congolais, et nous nous sommes échappés en RDC.