RDC: FREDDY MULONGO S’ATTARDE SUR LA PROBITE MORALE DE NOEL TSHIANI,CANDIDAT PRESIDENTIEL, QU’IL CONSIDERE PRO-PAUL KAGAME

Noel Tshiani

Dans ce petit message « assassin » ici-bas, un prétendant en quête de la publicité gratuite, veut tirer profit de l’engouement massif vers le mouvement « Ensemble» de l'ancien gouverneur du Katanga, Moise Katumbi.

« Cher Olivier Kamitatu! Je viens par la présente demander copie du projet de société de Moise Katumbi pour des besoins de vérification. D’après mes sources, je crains un plagiât de ma vision de développement de la RDC. Meilleures salutations, Dr Noël K. Tshiani M » (1)

Si cela semble rigolo, nos lecteurs du Sud-Kivu, Nord Kivu et Kasaï n’ont pas trouvé la blague de l’homme de Ngandajika de bon gout. Pas du tout !

A titre de rappel, il avait proposé un plan Marshall de 800 milliards de dollars. Dans notre opinion, c'est un bon gâteau dans le ciel fantaisiste quand on connait l’impossibilité de réunir un montant aussi colossal et surtout qu’il n’a aucune crédibilité après avoir été lui-même suspendu par la Banque Mondiale et le jugement d'une Cour de Circuit de Justice Americaine.

Il a surement droit et nous l'encourageons de se porter candidat mais il devrait savoir que son passé et ses relations avec le Rwanda seront examiné à la loupe car les congolais en ont marre des aventuriers et des vassaux de Kagame...

En attendant que Noel Tshiani produise le  « copyright » de son projet de société qui ne coute que $50 à 100$, nous publions son message twitter et l'article de Freddy Mulongo in extenso, pour que nos lecteurs soient informés et jugent d'eux memes sur sa crédibilité et celle de Freddy Mulongo qui conclut:

« [Noël] est un menteur et un manipulateur. Soit il a menti à la cour dans son témoignage concernant l'existence du mariage et sa participation à celui-ci, soit il a menti à la Banque mondiale, à l'Internal Revenue Service et aux autorités de l'immigration.

(…). Le 1er mai 2014, la Cour de circuit a déclaré Tshiani coupable d'outrage et a imposé une peine avec sursis et une amende. (…) Le 2 mai 2014, la Cour de circuit a rendu une ordonnance d’outrage amendé, concluant que M. Tshiani avait commis un outrage au Tribunal de circuit pour avoir violé une ordonnance du tribunal rendue par le juge Robert Greenberg le 4 février 2014, obligeant Tshiani à quitter la Propriété. » (…)

Collabo et suppôt du Rwanda, Noël Tshiani "Mutakalisé" par l'avocat de Roger Bongos au palais de justice à Paris! (2)

Noël Tshiani suppôt du Rwanda

Palais de justice de Paris, le Kadogoïsme de Noël Tshiani a été mis en exergue par l'avocat de Roger Bongos. En effet, c'est avec un AK-47, c'est-à-dire une kalachnikov que Noël Tshiani a menacé Marie-Louise Tshiani, son ex-épouse, la mère de ses enfants. Or pour les Congolais, la Kalachnikov signifie viols des femmes par la soldatesque rwandaise sur le sol et territoire congolais. La Kalachnikov signifie aussi l'arrivée au Congo de l'imposteur Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale auNoël Tshiani, en 1997 comme Kadogo, avec ses bottes de jardinier.

Lorsqu'on a des casseroles qui sont retentissantes, que le concert porte haut et loin les sons de casseroles: on ne menace jamais personne surtout pas un ou des journalistes. Prétentieux surtout ambitieux, Noël Tshiani s'arroge le droit d'intimider et de menacer des journalistes.

Noël Tshiani et Louise Mushikiwabo, bras droit de Paul Kagame, Hitler Africain

L'homme de Ngandajika a largement échoué dans sa mission orchestrée par ses mentors et financiers rwandais: s'approcher du journaliste Roger Bongos et l'assassiner. Depuis qu'il a été découvert, Nöel Tshiani joue à la meilleure tactique: attaquer Roger Bongos en justice pour mieux contribuer à le précariser. Le suppôt du Rwanda réclame 50.000 $ au journaliste Roger Bongos pour diffamation. La moitié de la somme que Noël Tshiani devra débourser pour sa candidature à la présidence de la République. Rien n'est encore enclencher pour des élections hypothétiques en République démocratique du Congo.

Noël Tshiani adoubé par Paul Kagame du Rwanda

Vendredi 16 février, il est 10h au palais de justice de Paris. L'avocat de Roger Bongos est déjà là. On voit un avocat faire les 100 pas devant la 17è chambre correctionnelle, son téléphone accroché à son oreille. Maître n'est pas content. La veille, il a découvert les conclusions du conseil de Roger Bongos. Le juge président donne la parole en premier à l'avocat du fuyard Noël Tshiani qui explique pourquoi son client absent se sent diffamé. Lorsque le juge donne la parole au conseil de Roger Bongos, un habitué de la 17è chambre, c'est d'ailleurs qui avait mis KO débout Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" ! Le jeune avocat pénaliste explique que la France n'était pas en guerre, il n'y a pas eu irruption volcanique et que le jugement en toute urgence de son client ne se justifier pas. En tant que journaliste et lanceur d'alerte, Roger Bongos a pleinement le droit d'informer la communauté congolaise sur la probité morale d'un prétendu candidat président de la République, sans candidature.