SOS Xénophobie à Bujumbura (audio) : Qui va sauver les étudiants et autres congolais pourchassés et emprisonnés à Bujumbura ?

Felix Tshisekedi, Pierre Nkurunziza

C’est un vide absolu au sommet de l’État. Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilukamba aurait été évacué d’urgence en Afrique du Sud pour raison de santé. Le chef de l’État nommé est en réunion à New York et descend en lieu et place du ministre de la Santé à Atlanta ou il sera reçu par les hommes d’affaires américains.

Avec son laisser-aller, il n’a surement pas le temps de « fouiner » ses collègues du Burundi et de l’Afrique du Sud pour discuter de la Xénophobie dont les Congolais sont victimes. Le bureau du président est tellement embrouillé dans des affaires nébuleuses qu’on ne saurait pas compter sur personne. Que devient la RD Congo ? Un géant aux pieds d’argile ?

Les deux audio en swahili et en Kirundi sont catégoriques. Les Congolais ont 24 heures pour déguerpir du territoire Burundais. Les mêmes Burundais dont la RD Congo avait accueilli plusieurs vagues de milliers de réfugiés sur son sol et dans ses écoles. Les mêmes Burundais dont le Congo fournit le courant à partir de fils caténaires de l’ancien barrage Force de l’Est, connus sous les noms de Ruzizi I & II.

La vague Xénophobie contre les Congolais connait un effet domino qui a débuté en Angola, suivi du Burundi et l’Afrique du Sud.

Les conséquences de projeter la faiblesse sont souvent immédiates et nombreuses. Les Congolais sont chassés de partout. Quelle est la politique de Kinshasa pour protéger ses citoyens ? Absolument rien ! Une fuite de responsabilité qui coute le sang de ses fils et filles.

Le pouvoir de Kinshasa croupit sous le poids de son illégitimité et ces trames d’évènements risquent de se dérouler jusqu’en 2023. Le chef de l’État nommé n’a pas la capacité de galvaniser les forces intérieures vives pour projeter la force nécessaire au-delà de frontières de la RD Congo. Cela n’avait pas toujours été le cas.

Au cours de la guerre civile à Brazzaville, quand les troupes de Lissouba larguaient de Bombe qui tombait sur les bâtiments de la cite de l’OUA à Kinshasa, mettant en fuite la mère rwandaise de Joseph Kabila. Kabila dépêcha de jeunes Kadogos qui repoussèrent les troupes de Pascal Lissouba  qui avait gagné les élections en 1997. Comme conséquence, le président Dennis Sassou Ngwesso doit son pouvoir a Joseph Kabila, raison pour laquelle on n’a jamais connu de problème de l’autre cote du pool Malebo. Il en va de même quand les troupes congolaises s’étaient battus jusqu’à la porte de Luanda, au Tchad et au Nigeria.

Si l’armée était aussi bien structurée comme Felix Tshisekedi l’avait dit dans son interview de TV5 Monde, Nkurunziza calmerait les tendances xénophobiques de ses concitoyens.

Il est temps que Felix Tshisekedi se réveille, cesse d’être gentille et stoppe ces voyages qu’effectuerait un ministre des affaires étrangères pour s’occuper des problèmes internes et ceux de Congolais persécutés au-delà de ses frontières.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment