Un juge americain ordonne au Congo de payer les manifestants tabassés 500 000 $

Jacques Miongo

WASHINGTON (CN) - La République démocratique du Congo doit payer plus d'un demi-million de dollars, a jugé un Juge [americain] fédéral, au profit de trois manifestants qui avaient été brutalement attaqués devant un hôtel de Washington, DC, alors qu'ils dénonçaient les violations des droits de l’homme commises par le gouvernement [de la RD Congo].

Le réfugié congolais Jacques Miango avait porté la plainte sous-jacente en 2015 le 6 août 2014, soit une année jour pour jour de son attentat à l'extérieur de l'hôtel Capella  de Georgetown.

Le président de la RDC, Joseph Kabila Kabange, était alors à Washington pour le Sommet des dirigeants américains et africains, et les manifestants s’étaient postés en face de l'hôtel Capella avec des pancartes dénonçant "le viol, la corruption, le génocide, la dictature et les violations des droits de l'homme en RDC. "

Comme détaillé dans une plainte amendée, les forces de sécurité de la RDC avaient commencé à attaquer les manifestants peu après l'arrivée du président Kabange.

Miango aurait eu des dents cassées et une commotion cérébrale, ainsi que des blessures à la colonne vertébrale et au cou. Il avait également déclaré que les forces de sécurité de la RDC avaient fait irruption dans sa voiture garée et avaient confisqué ses biens personnels.

La juge du district américain Amy Berman Jackson a accordé le jugement par défaut à Miongo le 16 janvier, ordonnant à la RDC, à Kabange et à d'autres de payer 562.660,06 dollars. Ce montant est dû à Miongo et à son épouse ainsi qu'aux deux autres manifestants, Matala Kayaya et Ouwo Likutu.

L'avocat George Rose, basé à Baltimore, a remercié le tribunal d'avoir pris le parti de ses clients. "Cette décision et le jugement par défaut réaffirment les espoirs de mes clients dans le système de gouvernement américain", a déclaré Rose dans un courriel, accusant le Département d'Etat américain de ne pas avoir "agi contre la violation flagrante des droits et de la liberté d'expression de mes clients et protester. "

L'ambassade des États-Unis en République démocratique du Congo n'a pas répondu à une demande de commentaire sur le jugement.  Le président Kabange a pris le pouvoir en 2001 après l'assassinat de son père.

 

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment