URGENT, URGENT: LE SECRET DU RETOUR PRECIPITE DE JOSEPH KABILA DE SON VOYAGE A LA HAVANE AU CUBA

Moise Katumbi, Joseph Kabila, congovox.com

Le tout commence par un message twitter  de Kris Berwouts inoffensif qui dit « en RDC, le clan Kabila prend acte du retour annoncé de Moise Katumbi ». Cependant, le petit message cache la gravité de la situation, car Joseph Kabila avait également suivi l’interview de son archi-ennemi à partir de Cuba là il est parti il y a quelque jours seulement.

Nous avions cru qu’après s’être assuré que Moise Katumbi n’allait pas le succéder que l’atmosphère entre ces deux alliés d’hier allait revenir à la normale. Mais non. La haine de Joseph Kabila contre l’ancien Gouverneur du grand Katanga est non seulement viscérale, mais palpable. Hélas, son départ en catastrophe de La Havane n’est pas passé inaperçue, raflant les poils d’un vieux Katangais résident dans un quartier huppé de Kinshasa.

Le vieux que nous identifions sous le nom d'emprunt de Mastaki pour le protéger, est un Katangais qui avait travaillé avec Moise Tchombé et qui avait été muté du temps de maréchal. Après une série de mutation, son dernier point de chute fut Kinshasa. C’est lui qui nous a alerté que l’avion de Joseph Kabila venait de se poser à l’aéroport international de N’Djili hier vers 23 heures du soir.

Surpris, nous avions lancé notre propre recherche pour nous enquérir de ce retour précipité de Cuba où Joseph Kabila dispose d’une ferme d’une valeur de 150 millions USD. Pourquoi cette précipitation ?

Après recoupement d’autres sources que nous ne pourrions identifiées pour leur propre sécurité, il s’avère que Joseph Kabila est revenu rapidement s’occuper de l’affaire Katumbi, pour qui ce dernier reste une menace présente et dangereuse.

Vautré sur un divan de cuir noir peigné du type italien, le vieux "Mastaki" pimpant ses 82 ans, avait l’air grave et visiblement secoué, qu’il voulait se décharger sur quelqu’un. À peine assis qu’il vociférait dans un swahili lourd et chargé d’un accent Lushois : « ule muntu ata pima ku mumaliza » et se répétant comme si son visiteur ne l’avait pas écouté « ule muntu ata tapima ku mumaliza » traduction, « ce type – entendez Joseph Kabila -- va chercher à l’assassiner ».

Notre fin limier ne savait toujours pas l’objet de cette convocation à la résidence du vieux "Mastaki" et il ajouta : s’il ose attenter à sa vie, « tuta biyalibisha yote mu Katanga ». Traduction, « nous allons tout brulé au Katanga ».

Par son fils ou petit fils, le vieux venait d’apprendre que Joseph Kabila était retourné précipitamment sans terminer sa visite au Cuba pour préparer un comité d’accueil pour Moise Katumbi en RD Congo. Par un comité d’accueil, vous pouvez deviner la sale besogne dont il est question. Un ange noir venait de s'envoler...

Le vieux "Mastaki" voulait transmettre aux Congolais et Katangais en particulier qu’il faudra incinérer tout ce qui appartient à Joseph Kabila dans le grand Katanga s’il osait attenter à la vie du fils du terroir Moise Katumbi à son retour. Il jurait qu'il n'avait jamais vu un seul fils du Katanga si digne, faire si tant de sacrifice et le perdre serait une erreur monumentale et impardonable !

>>>> A LIRE :

Cette mise en garde n’est pas tombée sur de sourdes oreilles et nous demandons à tous nos lecteurs surtout ceux qui connaissent l’ancien gouverneur du Katanga de lui avertir que Joseph Kabila lui prépare un mauvais coup.

Il est facile de prendre ces menaces à la légère, mais ceux qui connaissent le modus opérande de Joseph Kabila savent que le monsieur est un rancunier et le mot pardon ne se trouve pas dans son vernaculaire courant. Il pourrait effectivement tenter quelque chose de malveillant contre son ennemi juré.

Dans notre article du 05/01/2019, nous avions écrit que « malgré son acquittement de deux faux procès, notre rédaction estime qu’il n’est pas encore temps pour Moise Katumbi de retourner au pays. Il devra d’abord, déminer le terrain dans le vrai sens intégral du mot. »

Ceci est donc un deuxième S.O.S à la présidence de la république pour avertir qu’un crime contre Moise Katumbi pourrait sombrer la RD Congo dans un spiral extrêmement dangereux et « mieux vaut prévenir que guérir ».

Il faut compter les 15 millions de Katangais qui ne pourront pas pardonner Felix Tshisekedi et Joseph Kabila et se demanderont pourquoi il a demandé aux exilés de retourner s’il ne maitrisait pas les conditions sécuritaires. Faut-il rappeler que « si vous n’avez pas le Katanga, vous n’avez pas le Congo » car, le chaos va réveiller les anciens démons de la sécession ?

Il n’est pas trop tard pour prendre les mesures qui s’imposent, car le danger est réel, quand bien même Joseph Kabila reste taciturne.

À bon entendeur, salut.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment