Washington jette son soutien « conditionnel » derrière le nouveau leader du Congo — une évaluation

  •  Les récentes réunions de haut niveau entre le président congolais Felix Tshisekedi et les responsables américains montrent la volonté de Washington de travailler avec le nouveau gouvernement en échange de réformes en profondeur et d’efforts visant à démanteler les réseaux de pouvoirs de l’ancien président Joseph Kabila.
  • Tshisekedi, cependant, n’aura que peu de marge de manœuvre en raison de la domination du système Kabila, ainsi que du manque de clarté sur l’ampleur du soutien de Washington au nouveau président.
  • Dans un exercice d’équilibre difficile, Tshisekedi a de grandes chances de se brouiller avec Kabila ou Washington, augmentant ainsi les chances de perdre le pouvoir.

Les États-Unis tournent une nouvelle page avec un géant africain troublé. Le nouveau président congolais Felix Tshisekedi s’est rendu à Washington la semaine dernière, un signe que ses hôtes étaient disposés à rétablir leurs relations après une élection controversée. Le geste a du sens : pour Washington, l’élection de Tshisekedi marque un tournant dans l’histoire de la République démocratique du Congo, un pays important qui possède des ressources minières abondantes, ainsi que de graves problèmes de sécurité et d’économie. Mais malgré les discussions enthousiastes sur le renforcement des liens entre Washington et le nouveau gouvernement, l’éléphant dans la salle reste l’ancien président Joseph Kabila, qui pourrait encore faire échec aux plans de Tshisekedi pour un nouveau Congo.



UNE VUE D’ENSEMBLE

Après deux ans de retard, la République démocratique du Congo a finalement tenu des élections le 30 décembre. À la surprise générale, le candidat de l’opposition, Felix Tshisekedi, a été déclaré vainqueur du scrutin. Mais alors que l’ancien président Joseph Kabila se retire apparemment dans l’ombre, la plus grande question est de savoir si Tshisekedi peut apporter davantage de stabilité et de prospérité à l’un des pays les plus instables du monde.



SUPPORT CONDITIONNEL

À la suite d’une séance entre le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et M. Tshisekedi, le département d’État a déclaré soutenir le « programme de changement » du président congolais, citant les engagements ambitieux, bien que vagues, de l’administration Tshisekedi pour améliorer la sécurité, et renforcer l’engagement du gouvernement congolais en faveur des droits de l’homme. Bien que clairement conditionnée à la réforme, la déclaration de soutien des États-Unis était remarquable en soi, Washington ayant précédemment imposé des sanctions à de hauts responsables de la commission électorale du Congo, l’organe qui a supervisé les élections contestées du pays à la fin de 2018. Dans le document de sanctions, les États-Unis ont accusé les responsables des bureaux de vote de corruption et de « ne pas avoir réussi à faire en sorte que le vote reflète la volonté du peuple congolais ». Washington, par conséquent, s’est trouvé dans une position ambivalente : d’un côté, il a souligné qu’il estimait que l’élection du Congo était erronée — voire même truquée — tout en indiquant sa volonté de collaborer étroitement avec le nouveau gouvernement de Kinshasa, la capitale, dans l’espoir de renforcer la sécurité et les liens économiques.

Pour Tshisekedi, l’engagement du soutien américain est le bienvenu. Depuis son entrée en fonction, il y a trois mois, le président s’est retrouvé coincé presque à chaque tour par la bande de Kabila, qui détient la majorité à l’Assemblée nationale et au Sénat, dirige la grande majorité des provinces, contrôle les services de sécurité et possède un grand nombre de personnes avec un degré de richesse. Par conséquent, le soutien de Washington sera déterminant si Tshisekedi souhaite disposer d’une plus grande marge de manœuvre dans un environnement aussi étouffant.

Dans une telle situation, deux questions immédiates se posent :

Primo, jusqu’où le nouveau président peut-il aller dans son agenda de changement ? La relation entre Tshisekedi et Kabila est probablement très nette, en particulier dans l’industrie minière, où Kabila et ses alliés ont des enjeux énormes, mais le reste de leur relation pourrait être plus fluide. En fait, le Front commun du Congo (FCC) de Kabila a réprimandé Tshisekedi après que ce dernier eut annoncé à Washington qu’il s’efforcerait de « démanteler le système dictatorial en place », soulignant que l’accord de travail entre le titulaire et son prédécesseur ne pourrait être que superficiel.

Secundo, quel poids aura Washington pour faire pencher la balance en faveur de Tshisekedi ? Washington souhaite voir des réformes au Congo, mais on ne sait pas si les États-Unis bénéficieront suffisamment des modifications de la réglementation pour justifier une aide de grande envergure. En fait, les récentes sanctions imposées aux responsables des élections pourraient indiquer que les responsables américains sont disposés à prendre pour cible des personnalités liées à Kabila, mais il est difficile de savoir s’il existe d’autres outils que Washington est prêt à déployer pour accélérer par la force le démantèlement du système de Kabila.

Toutefois, si Washington s’attache à Tshisekedi dans l’espoir de réorganiser le système politique et économique congolais en démantelant le « système dictatorial » et en rationalisant l’environnement réglementaire (en particulier dans le secteur minier), Washington risque d’être déçu. Bien que Tshisekedi ait obtenu la libération de centaines de prisonniers politiques — ce que les autorités américaines ont présenté avec enthousiasme comme preuve de la nouvelle direction prise par le Congo —, cette décision s’inscrivait dans les prérogatives présidentielles du nouveau chef, qui sont très limitées. Par exemple, alors que des informations circulaient selon lesquelles Tshisekedi avait rejeté le choix d’Albert Yuma par Kabila comme Premier ministre (apparemment en raison de la corruption de Yuma à la tête de la Gécamines, la société minière publique), il est toujours obligé de choisir un candidat de la majorité parlementaire, ce qui est détenu par le FCC et, par conséquent, Kabila. Et, pire nouvelle pour Tshisekedi, la coalition de Kabila pourra nommer le prochain président du Sénat, qui sera la deuxième personnalité sur la liste des candidats à la présidence si Tshisekedi venait de chuter subitement. Ce levier, combiné à la domination de Kabila sur le spectre politique, signifie que Tshisekedi devra opérer sous l’autorité de ses pouvoirs étroits s’il veut atteindre l’un de ses objectifs.



UNE POUDRIÈRE ?

Au milieu de ces restrictions sur le pouvoir de Tshisekedi, il pourrait y avoir encore plus de signes de problèmes sur la route, ce qui compliquerait sa capacité à gouverner et la capacité de Washington à obtenir le retour de son soutien pour le nouveau chef. Les rapports suggèrent que des habitants de nombreuses régions du pays pensent que les élections du 30 décembre ont été truquées pour perpétuer le système de Kabila, indépendamment du nouveau visage au sommet de la pyramide. Outre Kabila et sa cabale, Tshisekedi pourrait donc faire face à une résistance majeure des citoyens ordinaires qui refusent d’accepter sa présidence.

Si Washington attache son wagon à Tshisekedi dans l’espoir de refondre le système politique et économique du Congo, il risque d’être déçu.

À terme, Tshisekedi pourrait également faire face à un mécontentement croissant parmi les rangs de son parti, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Bien que certains membres influents du parti aient apparemment accédé à la victoire surprise de Tshisekedi aux élections, ils pourraient déclencher une réaction interne si les réformes et autres signes d’ouverture ne se concrétisent pas dans les mois ou les années à venir. Par exemple, la récente décision de Tshisekedi de nommer Roger Kibelisa, l’ancien chef de la fameuse Agence nationale de renseignement (ANR), en tant que conseiller à la sécurité, a irrité de nombreuses personnalités de l’opposition, qui affirment avoir directement souffert des mains de Kibelisa et de l’ANR. (Kibelisa est d’ailleurs l’un des 14 responsables congolais soumis aux sanctions de l’Union européenne). Si Tshisekedi a confié à Kibelisa le sentiment qu’il a besoin que davantage d’initiés de Kabila travaillent pour lui — dans l’espoir de neutraliser un jour la coterie — ses projets se heurteront alors aux membres de l’UDPS et à d’autres qui abhorrent l’idée d’embrasser des éléments du la vieille garde répressive du pays.

Un avant-goût de cette réaction potentielle s’est produit à la mi-mars à la suite d’allégations de corruption généralisée lors des élections sénatoriales, au cours desquelles les alliés de Kabila ont saisi une énorme majorité à la chambre haute du parlement. Les résultats ont laissé le parti de Tshisekedi faible, même dans sa base traditionnelle de Kinshasa, en agitant les membres de l’UDPS et en l’incitant à manifester. Faisant face à la colère dans les rangs, Tshisekedi a tenté d’empêcher les sénateurs de s’asseoir, invoquant des allégations de corruption généralisée. Mais au bout de quelques jours, Tshisekedi a cédé, alors qu’une enquête avait ostensiblement exonéré l’accusé, soulignant ainsi la volonté du président de céder au statu quo qui l’entourait. Tshisekedi a également montré sa nature malléable dans le cas du secteur minier, où il a continué depuis Kabila à soutenir l’augmentation des taxes sur les sociétés minières étrangères.

Comme Tshisekedi marche sur une corde raide dans sa tentative de rester en ligne avec les attentes onéreuses de son prédécesseur et d’apaiser sa base et Washington, le potentiel qu’il échoue est élevé. Mais, quel que soit le groupe qui attaque Tshisekedi le premier, le nouveau président fait face à un chemin politique difficile parce que l’ancien système se battra pour sa survie à un moment où les nouvelles réformes n’ont même pas encore, pu prendre racine.

 

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment