Affaire de Vaches (suite): Des arrestations en cascade des certains villageois dans le secteur de Bukangalonzo

Joseph Kabila

Dans une série d’articles au mois de juillet, nous avions écrit qu’« au cours de son long règne de 17 ans, il faut savoir qu’au mépris de toute logique économique, Joseph Kabila a importé par avion-cargo du Brésil des milliers de têtes de bétail ainsi que des buffles destinés au croisement du cheptel. C’est un véritable pont aérien que le dictateur amoureux des vaches avait organisé. Pour ce bétail, l’ancien président n’a jamais acquitté le moindre dollar de droits de douane ni d’impôt. Son cheptel s’élève aujourd’hui à plus ou moins 150.000 têtes réparties à travers le pays ! »

Nous avions publié que « dans le Kongo Central, plus de 300 têtes de bétail qui vaquaient librement dans les verts pâturages de l’île de Mateba ont purement et simplement été volées à Joseph Kabila ». Reconverti en gentleman-farmer, ce dernier était inconsolable. Le récit d’Emmanuel Cole dans les paragraphes qui suivent, nous livre la revanche aveugle de Joseph Kabila, dans a quelle il est juge, parti et tortionnaire.

Des arrestations en cascade des certains villageois dans le secteur de Bukangalonzo, province du Kwango  dans l’ex Bandundu  tel que me rapporte un de nos Convoyeurs ayant lui-même vécu.

La cause de ces arrestations est liée au sabotage, selon les infos reçues, de gros bétails de l’ex-président de la RDC, Mr. Joseph Kabila, qui ravageraient les champs de ces villageois.

Tout furieux, Kabila se résout d’envoyer des soldats bien armés jusque dans les villages concernés, traquer, torturer, arrêter et acheminer ceux-ci vers Kingankati pour la justice.

Le sort de ces derniers est incertain jusqu’à ce jour. Que les services compétents du pays se saisissent de cette nouvelle pour mettre fin à cette pratique et libérer ainsi les pauvres villageois n’ayant aucun soutien.

Veuillez partager pour dénoncer et condamner cette nouvelle forme d’esclavage qui ne dit pas son nom. SVP.

Merci et bon dimanche à tous.

Emmanuel Cole de la FBCP.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment