Flash, Flash, Flash — Le Dernier Schéma du Glissement, quelle Honte !

La réalité politique au Congo est très simple et le président Kabila le sait très bien. Primo, Kabila ne peut pas gagner les élections même si la constitution était amendée pour lui permettre de se représenter. Secundo, il se sait honni par la population et que cette dernière se fait violence et se refuse de toute action  pouvant entraver la fin legale de son mandat en espérant le tout premier passage pacifique du pouvoir apress 55 années de l'indépendance de leur pays. Tertio, les Occidentaux l’ont déjà vomi et il ne peut rien espérer d'eux  qui l’avaient mis dans ce fauteuil et qu’il n'a pas hésité de trahir.

Cependant Kabila et ses conseillers ne se reposent pas sur leur laurier et ils vont tenter, comme élucider ici-bas toutes les voies ainsi que les moyens pour lui procurer la seule voie  encore ouverte, le « glissement » du calendrier électorale. Même si ce glissement se fera sur une pente où les grenades sont déjà dégoupillées et prêtes à exploser.

Nous avions promis de rester en éveil sur tout ce qui se passe dans les arcanes du pouvoir de Kinshasa. En dernières minutes, nos fins limiers sont tombés sur les dernières stratégies issues des cerveaux diaboliques des Penseurs de Joseph Kabila. Dans la recherche de ces voies et moyens pouvant permettre au Président Kabila de rester au pouvoir au terme de son mandat qui prendra fin au mois de décembre 2016, celui-ci a clairement fait savoir à son brain-trust qu’il voulait à tout prix rester au pouvoir. Au terme de leur cogitation, ils ont dégagé le schéma suivant :

1. Le Président Kabila va convoquer les deux chambres (Assemblée Nationale et Sénat) pour voter de gré ou de force la loi portant sur la répartition des sièges en prévision de l’organisation des élections locales ;

2. Concomitamment se tiendra un dialogue entre Congolais (le pouvoir et l’opposition qui lui est acquise) qui se prononcera sur un glissement de mandat Présidentiel, Législatif et Sénatorial de trois années ;

3. Légitimé par les trois années supplémentaires qui lui seront accordées d’une manière consensuelle par ce forum, le Président Kabila destituera le Premier Ministre Matata Ponyo et nommera à la place le député dissident de l’UNC BITAKWIRA comme Premier Ministre d’un Gouvernement d’union nationale issue de ce dialogue ;

4. En même temps sera destitué le Président de la CENI, l’abbé Malu Malu  parce qu’il n’accepte pas le schéma de glissement et il sera remplacé par celui qui est pressenti pour son remplacement à savoir, Monseigneur Marigny Bodo (acquis au president Kabila);  

5. Au terme de ce schéma, le Président Kabila aura son mandat supplémentaire de trois années, les Députés et Sénateurs, le leur également ;

6. Ces deux Chambres revigorées vont enfin revoir la Constitution en faisant sauter le verrou sur la limitation des mandats. Ainsi, Kabila aura déroulé avec succès son schéma au mépris des réactions de la Communauté Internationale et du Peuple Congolais.

Il se raconte dans son entourage que l’occident et le Peuple Congolais ne sauront réagir et pour preuve le cas du pouvoir de Président NKURUZIZA au Burundi qui reçoit un soutien politique et matériel accrut de la part du pouvoir du Président Kabila.

Eu égard à ce qui se trame, nous avons l’obligation d’appeler le Peuple congolais à faire échec à cette stratégie en usant de toutes les voient constitutionnelles et en allant même au-delà de la Constitution pour empêcher que ne se réalise cette stratégie machiavélique.

Une fois de plus, nous rappelons aux Députés, Sénateurs et aux Stratèges de Kabila que le peuple connaît toutes leurs adresses et leurs familles. Il serait judicieux de ne pas s’associer à cette entreprise dont l’issue sera, à coup sûr, regrettable pour leurs auteurs et complices.

Quant au Député Bitakwira, il sied de lui rappeler qu'il connait très bien le peuple du sud Kivu dont il est issu. Le peuple pense qu'il est encore du temps pour quitter ce bateau ivre, qui va bientôt couler. S'il veut couler avec, libre à lui. Ses frères du sud Kivu dont il connait le point de vue sur le régime Kabila, ne sauraient lui pardonner au regard de ses divagations.

Au Président Kabila, il y a lieu de lui rappeler que la République Démocratique du Congo n’est pas le Burundi.    Il fait la honte de ce pays, et il en est la honte.

Quels que soient la longueur de la nuit, le jour fini, toujours par apparaître.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment