Gagner les cœurs, les esprits, et l’indépendance — comment les États-Unis ont Approché l’Afrique Postcoloniale, par Herman J. Cohen

Ambassadeur Herman Cohen

Il était minuit le 9 Octobre 1962, à Kampala, en Ouganda, l’ancienne colonie britannique à la source du Nil Blanc, sur les rives du lac Victoria. Le stade national Namboole était plein. Katharine Worsley, avait représenté la Couronne britannique et avait présidé à l’abaissement de l’Union Jack et le lever du drapeau rouge, jaune et noir de la République nouvellement indépendante de l’Ouganda. Une délégation de haut niveau de Washington, en vedette, l’administrateur de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), accompagné par un groupe bipartite du Congrès. Comme un très jeune couple des Affaires Etrangères, ma femme et moi avions été ravis d’assister à cette gestation de l’histoire.

Entre 1955 et 1965, 15 colonies Françaises et 10 colonies britanniques en Afrique subsaharienne accédèrent à l’indépendance. À l’époque, je m’étais proposé de me spécialiser dans les affaires africaines dans le Service diplomatique américain parce que j’étais enthousiaste au sujet du défi de faire de la diplomatie vers ces nouvelles entités souveraines. En outre, plusieurs de mes collègues et moi avions été fascinés par une politique américaine que nous considérions étonnamment rationnelle. Après plusieurs débats houleux au sein du Conseil Nationale de Sécurité en 1957, le président américain Dwight D. Eisenhower avait décidé que les États-Unis feraient de son mieux pour garder la Guerre froide hors de l’Afrique. En fait, lors de la dernière réunion du Conseil National de Sécurité sur l’Afrique, Eisenhower avait donné le ton de la sensibilisation de Washington pour les Etats nouvellement indépendants en disant : « Nous devons gagner les cœurs et les esprits. »

Après que chaque nouveau pays africain déclarait son indépendance, les États-Unis établissaient les principaux programmes d’aide bilatérale dans un bref délai. Comme un officier administratif dans l’Ambassade à Kampala, j’étais chargé de trouver des logements pour les 50 nouveaux experts de l’USAID impliquée dans la santé, l’éducation, les infrastructures, l’agriculture, et de l’urbanisme. Ils avaient tous été assignés en tant que conseillers aux différents ministères pour aider à planifier les nouveaux investissements financés par les bailleurs de fonds internationaux. Pour nous tous impliqués dans le processus, ce fut une expérience étourdissante.

Et comme nous dans la communauté diplomatique américaine se concentrait sur les initiatives de développement, les nouveaux chefs d’Etat africain — les pères fondateurs de Nations nouvellement nées, réorientaient leurs luttes pour l’indépendance aux défis de la gouvernance. Et c’était là, dans cette phase précoce de nouvelles relations Etats-Unis-Afrique, que nous avions découvert un grand écart entre leurs priorités et les nôtres : les diplomates américains cherchaient les moyens rapides pour réduire la pauvreté et stimuler la croissance économique durable, tandis que les dirigeants africains étaient concentrés a la sauvegarde de leur la souveraineté fragile des prédateurs internationaux, le maintien de la stabilité interne dans un environnement de jalousies tribales et ethniques, et de veiller à ce que leurs propres familles politiques soient prises en charge.

La première génération de dirigeants africains postcoloniale avait pris des décisions économiques et politiques qui ne pouvaient être plus préjudiciables pour ce que les États-Unis et les autres pays industrialisés occidentaux essayaient de les aider à accomplir.

Dans le secteur économique, les dirigeants africains avaient pris des conseils auprès des conseillers du Parti travailliste britannique et le Parti socialiste français. Cela a conduit à la nationalisation de nombreuses entreprises du secteur privé africaines en vue de relancer le développement. Les nouveaux dirigeants africains avaient pris des milliers de sociétés privées et ont cherché à utiliser ces nouvelles propriétés pour réduire le chômage, généralement aux dépens de la réalisation de bénéfice et la poursuite de la croissance économique. En Ouganda, par exemple, la compagnie aérienne nationale avait trois avions qui avaient servi la région de l’Afrique de l’Est avec fiabilité. Après la nationalisation, la masse salariale a augmenté de 300 à 5000, sans augmentation de business. Partout en Afrique, les entreprises nationalisées ont similairement souffert de l’emploi excédentaire, et donc commença une hémorragie financière. Cela nécessitait des subventions gouvernementales pour maintenir les entreprises en vie, en prenant les ressources des services de santé, l’éducation et l’entretien des infrastructures. Sous peu, de nombreux pays africains en plein essor entaient en face à une spirale économique négative qui s’alimenter de telles mauvaises décisions.

Dans le secteur politique, les pères fondateurs de l’Afrique avaient hérité de systèmes parlementaires français et britanniques avec plusieurs partis politiques et des élections transparentes. Après un premier tour des élections et des débats parlementaires, cependant, beaucoup de ces dirigeants avaient décidé que la démocratie de style occidental n’était pas compatible avec les traditions africaines. La démocratie occidentale, ils ont déterminé, était un adversaire culturel. La démocratie africaine, affirmaient-ils, est basée sur le consensus. Les questions étaient discutées lentement et calmement, et éventuellement le consensus émergeait. Les leaders intellectuels de cette école de pensée politique étaient principalement parmi les leaders anglophones, en particulier Julius Nyerere de Tanzanie, de la Zambie, Kenneth Kaunda, et Kwame Nkrumah du Ghana. Le culte de la création d’un consensus avait finalement donné naissance au parti unique des Etats africains. En 1975, 35 des 41 pays africains avaient réécrit leurs constitutions pour établir le parti du mouvement d’indépendance comme le seul parti politique légalement autorisé.

Ces partis uniques monopolistiques intégraient tout ce dont était requis pour encre un Etat viable : contrôle politique, contrôle de la société civile, des médias et de commandement (et dans certains cas, la religion organisée). Les quelques médias indépendants qui existaient à l’indépendance étaient rapidement passés sous contrôle du gouvernement. Ces nouveaux partis monopolistiques établirent leurs propres mouvements de jeunesse, les mouvements de femmes, les associations d’avocats, chambres de commerce, et pratiquement tous les autres aspects de la société civile. Dans la République du Zaïre (aujourd’hui Congo), le parti avait coopté un pasteur protestant prestigieux pour être le « coordonnateur des affaires religieuses. » Inutile de dire que ces partis politiques avaient agi en tant que gouvernements parallèles en lieu et place des élections qui auraient autrement eu lieu pour déterminer un leadership national et local. Au lieu de cela, ces systèmes ont conduit à une corruption massive et la suppression de voix des membres de l’opposition. Les démocraties embryonnaires qui existaient pendant une courte période de temps après l’indépendance étaient invariablement remplacées par des systèmes autoritaires.

Les processus myopes de prise de décisions utilisées par de nouveaux dictateurs de l’Afrique avaient occasionné la croissance économique négative, inévitable et dévastatrice. Beaucoup, cependant, avaient été en mesure de se cacher derrière la valeur de leurs exportations de produits agricoles et de ressources naturelles. Cependant, en 1975, les produits asiatiques et latino-américains avaient envahi les marchés, plongeant une grande partie de l’Afrique en chute libre économique. Comme la spirale économique négative de l’Afrique se déroulait sur une période de 15 ans, les États-Unis avaient gardé silence. Washington avait une politique qui donnait la primauté à la souveraineté de nations africaines et ne devait pas être critiqué pour leurs politiques, car cela risquerait l’accusation du néocolonialisme. Comme avec la politique d’exclusion de l’Afrique dans la guerre froide, la décision d’éviter de deviner les dirigeants africains avait été prise par l’administration Eisenhower en 1957 sur les conseils de vice-président Richard Nixon, qui avait beaucoup voyagé en Afrique pré indépendante. Ainsi, les agences humanitaires et les responsables gouvernementaux chargés d’aider les nouveaux pays africains dans leurs périodes postcoloniales avaient fini à ne rien dire aux politiques qui avaient commencé à s’effondrer. Cette approche est venue nous hanter et les hanter à la fois. Ironiquement, la première administration américaine qui avait dû faire face à l’échec de cette politique avait été celle du président Nixon, qui avait vu le soutien du Congrès pour aide à l’Afrique commencer à s’effriter. La réponse de Nixon était de passer la plupart d’aide à l’Afrique vers un soutien direct pour les populations pauvres vivant dans les zones rurales dans le cadre d’une politique intitulée Besoins fondamentaux de l’homme.

VACILLANT VERS L’EFFONDREMENT
Vers le milieu des années 1970, les conditions s’étaient détériorées dans la plupart des pays en plein essor de l’Afrique. La Banque mondiale était venue à la rescousse dans le milieu de la décennie pour renflouer les économies africaines en échange de réformes macro-économiques fondamentales. Washington avait fermé les yeux à la catastrophe sociopolitique de l’Afrique dans les années passées, mais ces problèmes étaient devenus trop grands pour ignorer. Grâce aux efforts de la Banque mondiale, la plupart des pays africains sentaient depuis lors, maintenus à flot avec des taux de croissance modestes de trois à six pour cent. Mais à l’exception de l’île Maurice, aucun pays africain n’a atteint un développement économique durable à ce jour. L’Afrique subsaharienne continue à vivre avec le fardeau des premières décisions destructrices de ses pères fondateurs. Plusieurs trillions de dollars de l’aide occidentale au développement avaient échoué de résoudre le problème.

Au cours de ma carrière en tant que spécialiste de l’Afrique dans le service extérieur, j’étais capable d’avoir des conversations intimes avec un grand nombre de dirigeants de la première génération de l’Afrique. Dans mon expérience, la quasi-totalité d’entre eux avait d’autres éléments prioritaires sur leur liste de priorités que l’éducation et le soulèvement de leurs populations de la pauvreté. Avec les exceptions du Président Félix Houphouët-Boigny de la Côte d’Ivoire et le président ougandais Yoweri Musèlent, tous les leaders de première et de deuxième génération de l’Afrique étaient focalisés sur la solidification de leur pouvoir politique et les loyautés tribales.
Houphouët, qui était lui-même un agriculteur, fit en sorte que les producteurs de la Côte d’Ivoire furent bien rémunérés pour leur cacao et le café. Museveni qui avait une éducation universitaire et croyait dans la protection de la propriété privée. Mais même ces deux dirigeants éclairés s’étaient retrouvés parrainant de guerres destructrices par procuration contre leurs voisins afin de provoquer un changement de régime.

En 1990, Houphouët décida que le président Samuel Doe du Libéria, un sergent de l’armée inculte qui avait pris le pouvoir par un coup d’Etat militaire voisin, était une honte pour l’Afrique de l’Ouest. Avec l’aide de collaborateurs zélés comme leader libyen Mouammar Kadhafi et président du Burkina Faso Blaise Compaoré, Houphouët parraina un mouvement rebelle libérien dirigé par un politicien en exil du nom de Charles Taylor. Ce qui était supposé être un rapide coup d’Etat de quatre-vingt-dix jours se transforma en une guerre de Sept Ans d’une grande destruction à partir de laquelle le Libéria n’a toujours pas encore complètement récupéré.

Toujours en 1990, Museveni commencé à craindre la présence des officiers supérieurs de haut niveau de la communauté des réfugiés Tutsis dans son armée qui vivaient en Ouganda depuis 1961. Cette communauté d’environ 250.000 personnes avait fui les pogroms et de nettoyage ethnique dans leur Rwanda natal. La communauté tutsie « étrangère » était généralement détestée par la majorité autochtone ougandaise en raison de sa grande réussite à l’école, les entreprises et les professions libérales. Museveni décida de fournir un soutien militaire et logistique à une insurrection des Tutsi au Rwanda visant à renverser le régime en place afin que les réfugiés puissent rentrer chez eux. Cette insurrection avait conduit directement au génocide rwandais tristement célèbre en Juin de 1994.

Comme les dirigeants africains étaient confrontés à de fortes contraintes politiques de la Banque mondiale concernant leurs politiques économiques nationales, certains changèrent leur focus principal à la politique étrangère, où ils avaient une liberté d’action totale. Le Président Sénégal Léopold Sédar Senghor, par exemple, essaya de jouer un rôle dans les efforts visant à empêcher les nations du Moyen-Orient d’isoler l’Egypte à la suite de son accord de paix avec Israël, négocié par le président des États-Unis Jimmy Carter. Senghor engagea une diplomatie intensive au sein de la Conférence des Nations islamiques, dont le Sénégal était un membre fondateur. Il n’avait eu qu’un succès limité, mais il avait soulevé le profil international de son pays.

Le Président zambien Kenneth Kaunda avait aidé les Etats-Unis à mettre fin à la guerre civile angolaise en 1991, comme l’avait fait le président Robert Mugabe du Zimbabwe dans les efforts de médiation des conflits menée par Washington au Mozambique un an plus tard. Le Président Mobutu Sese Seko, de la nation anciennement connue sous le Zaïre et plus tard, la République démocratique du Congo, m’avait régulièrement demandé de « faire circuler » l’argent pour qu’il puisse gagner l’influence au sein de son voisinage immédiat. Avec une quantité limitée de notre aide, Mobutu était en mesure d’aider à stabiliser la politique, au moins temporairement, dans les Républiques du Tchad et du Togo, et il créa la Communaute des Etats de Pays des Grands Lacs, qui reste actif aujourd’hui.

Dans mes nombreuses conversations avec ces dirigeants, la politique étrangère était presque toujours le sujet principal. En raison des échecs de leurs politiques économiques, mes interlocuteurs dirigeants africains se sentaient plus à l’aise en discutant des problèmes internationaux. En outre, ils voulaient montrer aux grandes puissances qu’elles pourraient tirer un certain poids dans la quête de la stabilité régionale.

Comme les dirigeants africains étaient confrontés à de fortes contraintes politiques de la Banque mondiale concernant leurs politiques économiques nationales, certains changèrent leur focus principal à la politique étrangère, où ils avaient une liberté d’action totale.

EN REDRESSEMENT

Avec la deuxième et la troisième génération de chefs d’Etat africains au pouvoir, les choses avaient quelque peu changé pour le mieux. Beaucoup de pays de la région accueillent maintenant les systèmes démocratiques multipartites, même si la qualité de ces démocraties est fragile. Le nombre de médias libres privés a augmenté. Il ya très peu de pays africains aujourd’hui qui ne possèdent pas les journaux privés, stations de radio, stations de télévision et en concurrence avec les médias gouvernementaux. La Voix de l’Amérique, la British Broadcasting Company, et la Radio France tous diffusent à partir des stations FM locaux. Le secteur privé de l’Afrique fait un retour prudent, grâce en grande partie à l’insistance des États-Unis et de la Banque mondiale. Les Sociétés d’État chinoises ont conclu avec les pays africains des investissements majeurs, principalement dans les secteurs des produits de base, avec un impact mixte. Les efforts de la Chine ont construit les infrastructures utiles, mais ne cherchent pas à renforcer les capacités de gouvernance locale.

Il ya des signes dans certains pays que le développement durable peut prendre forme, pourvu que les réformes supplémentaires soient instituées. Ces nations peuvent réaliser une croissance en veillant à ce que l’état de droit soit maintenu, que l’argent des communautés de la diaspora puisse faire son chemin à la maison grâce à des possibilités d’investissement solides, et que les barrières commerciales transfrontalières soient éliminées. À cet égard, je suis particulièrement optimiste sur la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Sénégal, le Ghana et le Kenya, où l’entreprise privée africaine est en train de montrer confiante.

Le Nigéria, en dépit de son système politique dysfonctionnel, a un pouvoir judiciaire fort et indépendant qui donne aux investisseurs nationaux et étrangers un sentiment de sécurité pour leurs contrats. Au Sénégal, un jeune nouveau chef d’Etat, Macky Sall, concentre son gouvernement sur l’ouverture des opportunités d’investissement pour la communauté d’affaires. Les investisseurs étrangers se ruent sur la Côte d’Ivoire pour profiter de grandes populations francophones de l’Afrique de l’Ouest.

Une génération plus éclairée des dirigeants africains se déplace lentement vers le premier plan par pays. D’autre part, il ya trop de pays à forte potentialité qui sont toujours dans le marasme de la mauvaise gestion et une autorité inefficace. L’Angola, la République démocratique du Congo et l’Afrique du Sud pourraient bénéficier grandement de la réforme économique et politique ; ces nations sont assez grandes pour héberger les initiatives de développement durable, mais ces efforts sont très bas sur les listes prioritaires de leurs dirigeants. Produisant deux millions de barils de pétrole par jour, l’Angola a gaspillé une décennie de prix élevés du pétrole par une mauvaise gestion et la corruption. Il ya très peu à montrer pour toute cette richesse en termes de réduction de la pauvreté. L’Angola a besoin d’une forte dose de transparence et une gestion honnête des revenus. Exactement la même chose est vraie pour la République démocratique du Congo, dont la production de cuivre de 600.000 tonnes par an montre très peu de résultats dans l’amélioration de la santé, l’agriculture et l’éducation. Afrique du Sud est la grosse déception, car elle bénéficie d’une véritable démocratie et dispose d’une base industrielle forte. Malheureusement, le Congrès national africain est tombé dans la corruption et est en train de négliger les besoins en éducation et infrastructure de millions de pauvres citoyens africains en grandes attentes. Ces trois pays devraient être les leaders dans le développement de l’ensemble du continent. Malheureusement, leur avenir est sombre si elles continuent à gouverner avec peu d’égard pour leurs peuples.

Une génération plus éclairée des dirigeants africains se déplace lentement vers le premier plan par pays, en fournissant l’espoir que le continent va continuer à progresser régulièrement et se ranger aux côtés d’autres pays émergents à travers le monde. Malheureusement, en plus de leurs autres problèmes, plusieurs régions de l’Afrique ne peuvent pas échapper au fléau du terrorisme djihadiste qui a rayonné à partir de pays arabes voisins. C’est dans cet aspect que les États-Unis et les pays donateurs en Europe ont payé le prix de leur inhabilité d’intervenir politiquement avec la première génération de leadership.

Bien que l’Afrique peut désormais se targuer de plusieurs histoires de réussite, plusieurs pays de la région ont réussi à se remettre de leurs revers initiaux après le colonialisme, et restent vulnérables au terrorisme. Les déficits d’éducation et de développement observés dans ces pays ont créé des générations de jeunes musulmans privés qui sont devenus sensibles au lavage de cerveau djihadiste.

La région du Sahel est aux prises avec les restes d’extrémistes de la guerre civile algérienne, se faisant appeler Al-Qaïda Islamique au Maghreb (AQIM), qui a déstabilisé les régions pauvres Nord du Mali, le Niger et le Nigeria. Après la fin de la guerre civile algérienne en 2000, AQIM avait une bande hétéroclite d’environ 3.000 combattants qui avaient refusé l’amnistie. Ils se sont soutenus par le commerce de la drogue transsaharienne. Mais quand la Libye s’est effondrée en 2011, ils ont obtenu un nouveau bail sur la vie en cooptant un grand nombre de mercenaires militaires africains qui avaient travaillé pour Kadhafi et avaient fui au Mali, au Niger et au Nigeria. Les services européens et américains de sécurité avaient négligé cette région vulnérable jusque seulement à la débâcle libyenne qui avait rendu les choses très dangereuses.

Sur les rives du lac Tchad, le groupe extrémiste Boko Haram à causé des dommages importants aux populations du Tchad, le Niger et le Nigeria, en recevant le soutien de factions djihadistes dans la région anarchique du sud de la Libye. La Somalie se combat contre la franchise d’Al-Qaïda al Shabab, sans le bénéfice d’un gouvernement central viable. Bien que l’Union africaine dispose de forces militaires en Somalie, et a réduit le contrôle territorial du groupe, il n’a pas encore arrêté ses attaques terroristes au Kenya voisin.

QU’EST-CE QUI VIENT
Les perspectives pour l’avenir de l’Afrique dépendent de leur agilité à surmonter les conséquences des erreurs du début commises par leurs pères fondateurs. Un certain nombre de pays africains sont sur la bonne voie d’émerger comme acteurs importants dans l’économie mondiale, en tant que producteurs et consommateurs. Les gains sur les marchés des produits de base ont donné naissance à une classe moyenne africaine émergente avec du revenu disponible, à tel point que les entreprises américaines telles que la Citibank, la Ford Motor Company, General Electric et Wal-Mart sont en train de pénétrer les marchés de consommation de l’Afrique en pleine expansion.

La politique actuelle des États-Unis avait souligné le soutien à l’investissement privé en Afrique, et a fourni une assistance pratique aux pays africains actuellement en lutte contre le terrorisme. Alors que Washington a l’habitude au niveau national d’être réticent à intervenir dans les affaires africaines, il engage maintenant un dialogue très franc au sujet de la bonne gouvernance avec cette nouvelle génération de leadership. Le président américain Barack Obama a été particulièrement fort dans ce domaine. Obama se sent particulièrement confortable à dire la vérité au pouvoir africain sur la façon dont la corruption et la mauvaise gouvernance sont en train d’usurper les peuples africains. Ce fut le principal message du président lors de ses séances à huis clos avec les chefs d’Etat africains au premier sommet africain tenu à Washington en août 2014, tel que rapporté par les représentants du secteur privé américain qui avaient été invités.

En regardant en arrière au cours des soixante dernières années, les optimistes idéalistes de Washington étaient naïfs de croire que les nouvelles nations africaines étaient prêtes à faire le saut de la dépendance coloniale au développement économique durable et irréversible du jour au lendemain. Tout ce dont ils avaient besoin, selon notre supposition, était des centaines d’hommes et de femmes intelligents grouillant dans leurs pays transmettant connaissances et équipement. Nous avions rapidement appris que les obstacles culturels, géographiques, climatiques, et religieux étaient là pour ralentir les choses. Mais au fil des décennies, des dizaines de milliers de jeunes Africains ont obtenu une formation universitaire dans leur pays et à l’étranger, nous avons appris que les progrès pourraient être atteints que lorsque les Africains prendront possession de leur propre développement. Vers 1990, nous avions stoppé de dire aux dirigeants africains ce dont ils avaient besoin, et à la place nous avons commencé à les écouter nous dire comment ils voulaient développer leurs économies. Les résultats ont été positifs dans un nombre croissant de pays africains.

Washington doit maintenant continuer à encourager les dirigeants performants tout en appliquant une pression morale sur les retardataires riches et corrompus. Lorsque nous regardons la croissance à moyen terme prospective de la population mondiale de sept a neuf milliards, l’Afrique avec ses terres arables sous-développée, rivières, et ses mains-d’œuvres seront nécessaires si ces nations doivent capitaliser leur position de force pour devenir un centre mondial de ressources, moteur de la croissance au niveau national comme au niveau international. Washington et les autres partenaires bailleurs de fonds de l’Afrique n’ont pas le choix, mais de maintenir le cap et de promouvoir la bonne gouvernance dans la mesure du possible.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment