La Délégation Sud-Soudanaise en visite en RDC, Signe un accord pour aider le Président Kabila à Prolonger son Dernier Mandat le 19 Décembre

Kuol Manyang Juuk, South Sudan Minister of Defense and Veteran affairs

11 novembre 2016  — Une délégation militaire sud-soudanaise en République démocratique du Congo (RDC) a effectué une visite officielle de trois jours à Kinshasa.

Selon une source très proche et fiable de la presse au sein du cercle de la présidence, la délégation était dirigée par le ministre de la Défense, l’hon. Kuol Manyang Juuk et composé de généraux militaires hautement supérieurs dans l’administration déchirée par la guerre de Salva Kiir.

La source a révélé que la délégation avait négocié les conditions d’un nouvel accord de coopération en matière de sécurité qui devrait être signé sous peu par le ministre et le haut commandement militaire à l’hôtel du Fleuve dans la capitale, Kinshasa, avant que la délégation ne parte pour Juba.

Personne ne connaît les détails exacts de l’accord de coopération et comment le gouvernement Kiir soutiendrait Kabila pour prolonger la limite de son mandat au pouvoir ; Cependant, Juba travaille dur pour saboter l’accord de paix d’août en optant pour une solution militaire au conflit et l’isolement de la direction de SPLM /A-IO.

La source a révélé que la visite n’a pas eu d’impact significatif, car la délégation aurait manqué de convaincre les sociétés civiles, les ONG et la MONUSCO de faire campagne pour la déportation immédiate des forces de l’Opposition armée au Soudan du Sud.

Selon les sources très proches du pouvoir, Kinshasa n’a aucun intérêt politique au Sud-Soudan comme l’Ouganda, le Kenya, l’Éthiopie et le Soudan, mais Juba promet que cela pourrait être un nouveau départ.

L’administration de Kabila souligne que Kinshasa traverse sa propre guerre civile et manque de budgets pour déporter plus de 700 combattants de SPLA-IO, qui ont accompagné Riek Machar en RDC.

Les groupes de la société civile et la MONUSCO ont également exprimé beaucoup de doutes sur l’amnistie alléguée par la délégation, qui aurait été promise à la direction du SPLM /A-IO et les combattants qui avaient été forcés de quitter la capitale en juillet de cette année.

Soutien à Kabila pour prolonger sa limite de durée
La source fiable a dit que l’accord de coopération et de sécurité est censé établir des relations entre la RD Congo et le Sud Soudan en terme de toute crise politique qui peut survenir avant ou au 19 décembre 2016, la date butoir a laquelle Joseph Kabila devrait quitter le pouvoir comme fin de ses termes constitutionnels.

La délégation militaire du Sud-Soudan est d’avis que le président Kabila est encore jeune et qu’il est capable de diriger le pays pour un autre mandat ou deux et que, par conséquent, il devrait modifier la constitution pour prolonger son mandat.

Les deux parties ont signé un accord pour travailler en étroite collaboration afin de protéger et aplanir toute éventualité si l’extension de la limite des mandats de Kabila se déroulait mal.

La liste de la délégation, obtenue par le truchement de Nyamileepedia, les délégués de Manyang étaient principalement ses membres de la tribu Dinka dans les forces armées du Sud-Soudan. Notamment :

1. H.E. Kuol Manyang Juuk (ministre de la Défense).
2. Le lieutenant-général Mangar Buong pour les opérations.
3. Le général de division Kuol Deng Abut (directeur général des relations internationales)
4. Le major général Marial Nuor (chef du service de renseignement militaire)
5. Le Major Général Majak Arop Kuol (Directeur de Division des bases de données pour la sécurité nationale extérieure)
6. Col. Lazarus Lalik Awan (Renseignement militaire)
7. M. Deng Athuai (Directeur du bureau du Ministre de la Défense)
8. M. Arok Bol. (Photographe du ministre)
et
9. M. Peter Anyieth. (Garde du Corps du Ministre)

 

 

SOURCE:

Comments (0)

Leave a comment