Le Centre Carter dit que le Congo devrait divulguer la Vente de la Mine de Cuivre, par Franz sauvage et Michael Kavanagh

Le Centre Carter a dit que la République démocratique du Congo devrait respecter sa promesse d'améliorer la transparence dans l'industrie minière en publiant les termes de la vente récente d'un permis de cuivre pour une entreprise Glencore Plc.

La Gécamines, une société minière étatique congolaise et un partenaire d'affaires a vendu  la concession  de cuivre et cobalt  de Kawama  à Mutanda Mining de Glencore en Février sans annoncer l'affaire. Cela a d'abord été confirmée ce mois-ci par Glencore et Fleurette Groupe du milliardaire israélien Dan Gertler, qui détient une participation de 31 pour cent en Mutanda.

Phyllis Cox, responsable du bureau local  pour le Centre d’Atlanta de l’ancien président américain Jimmy Carter, a déclaré dans un communiqué envoyé par courriel vendredi que « Le gouvernement devrait publier les termes de l’accord Kawama et tous les autres contrats des ressources naturelles en cours ». Cela devrait « rassurer le public que cette transaction et celles qui sont similaires sont effectuées d’une manière transparente qui protège l’intérêt public. »

Le Fonds Monétaire International en 2012 avait annulé un programme de prêts 551  000  000 $ à mi-chemin parce que le Congo n’avait pas publié une affaire similaire de la Gécamines, en violantion des conditions de transparence du programme. Le Congo détient de vastes ressources de cuivre, d’or, de diamants et d’étain, mais il est classé par les Nations Unies en tant que le deuxième pays le moins avancé du monde.

En vertu d’un décret du gouvernement du mai 2011, un contrat de transfert des droits aux ressources naturelles du Congo doit être publié dans les 60 jours de sa signature.

Garder Les Promesses

Le Congo devrait respecter sa promesse pour la « transparence totale des recettes revenant aux entreprises publiques, » selon le Centre Carter, qui a un programme de transparence dans l’exploitation minière au Congo.

La Gécamines détient une participation de 30 pour cent en Chabara, la société qui a vendu Kawama. Le reste est détenu par Dino Steel International, une unité de la société congolaise Groupe Bazano []

Mutanda a payé 30 millions de dollars pour Kawama, 10 millions de dollars allant à la Gécamines et le reste à Dino Steel, selon une personne ayant connaissance de la transaction, qui a demandé à ne pas être identifié parce que les détails de l’entente ne sont pas publics.

L’accord de joint-venture de Chabara stipule qu’une simple décision peut être prise par une majorité, alors qu’il nécessite une majorité des trois quarts de passer une décision pour augmenter ou diminuer la participation dans la société, si les statuts sont modifiés ou si il ya une fusion avec une autre compagnie. Selon le contrat, si les « objectifs » de l’entreprise changent, 80 pour cent des électeurs doivent être d’accord.

Les Mineurs Indépendants

Le ministre Congolais des Mines Martin Kabwelulu n’a pas répondu à plusieurs appels téléphonique ou répondu  aux messages texte demandant des commentaires. Le président Albert Yuma de la Gécamines a dit qu’il n’avait « rien à dire » à propos de la vente lorsqu’il fut contacté sur son téléphone portable le vendredi.

Des milliers de mineurs indépendants qui vivotent en creusant des tunnels perfides pour extraire le minerai ont écumé Kawama pendant des années. « Malgré la petite taille de la zone de concession de Kawama, le permis est potentiellement très précieux », a déclaré le Centre Carter.

La Gécamines a vendu en 2011 sa participation dans les deux concessions Mutanda que possédait déjà Gertler — un ami du président congolais Joseph Kabila — sans annoncer les offres. Basées sur des évaluations d’analystes des actifs de Glencore avant son introduction en bourse cette année, les ventes étaient en dessous de la valeur de marché. Lorsque le FMI a découvert que la Gécamines n’avait pas non plus publie le contrat pour la vente à Gertler de sa participation de 25 pour cent dans un projet de cuivre à côté de Mutanda, il annula le programme de prêt.

Transactions Secrètes

Les « cinq derniers cas similaires de sociétés minières appartenant à l’Etat vendant les actifs à une valeur inférieure à celle du marché dans les opérations secrètes impliquant Gertler auraient coûté la RDC plus d’un milliard de dollars », a déclaré le Centre Carter.

L’affaire de l’annulation de prêt est venue s’empiler au-dessus des critiques du panel Africa Progress de l’ancien Secrétaire des Nations Unies Kofi Annan et les militants de la transparence, Global Witness  basé à Londres qui ont appelé que toute voile soit levé sur ces offres.

En ce moment-là, Kabwelulu avait dit que la décision du FMI était « inconsidérée » parce que le gouvernement avait publié toutes les informations que le FMI avait demandé. Gertler a dit qu’il est le plus grand investisseur au Congo et il a aidé le pays à se développer. Fleurette, dans un commentaire envoyé par courriel le vendredi, a nié qu’il avait acquis sa participation dans Mutanda pour une valeur en dessous du marché.

En Février, le FMI avait déclaré qu’il était prêt à prêter autant Congo 1 milliard de dollars après avoir beaucoup appris sur les ventes antérieures dans l’exploitation minière, cependant, le gouvernement congolais n’a pas encore fait une demande officielle.

Comments (0)

Leave a comment