Le plan secret « Chebeya-2 » — le début de la fin d’un régime autocratique en débandade

Consécutivement à la lettre du regroupement politique G7 et aux conséquences tirées, il s’est tenu une réunion discrète de la Majorité Présidentielle ce jour. Il ressort des confidences d’un des participants, de surcroît, un grand patriote qui ne veut garder sa conscience surchargée et qui ne veut pas porter le poids historique d’avoir participé à une telle messe noire au cours de laquelle, il s’est agi des vies humaines à mettre en danger. Il s’est livré à nos fins limiers. Nous ne pouvons publier son nom pour des raisons sécuritaires. Les conclusions de la réunion sont celles-ci :

1. Il faudrait créer de toutes pièces des dossiers contre tous les acteurs politiques faisant partie du Groupe des G7 afin de les anéantir ;

2. L’argent est débloqué depuis hier pour corrompre tous les Députés afin que d’une part, ils désavouent leurs leaders du G7 et d’autre part qu’ils puissent massivement signer une motion de soutien indéfectible au Président Kabila. Chaque Député reçoit 5000 USD en contrepartie de sa signature. Le Député du PPRD Shadari est chargé de cette opération;

3. A défaut d’anéantir les leaders du G7, un plan d’élimination physique de ces Leaders a été concocté. A ceux-ci a été associé le plan d’élimination physique du Gouverneur du Katanga Moïse Katumbi soupçonné selon, la majorité présidentielle d’avoir piloté la révolte du G7 moyennant une enveloppe de 15 millions de dollars américains. A défaut de l’atteinte physiquement, ils entrevoient de lui créer des dossiers judiciaires pour le « mettre à genoux » suivant leur terme employé.

4. Entrevoir très rapidement la réhabilitation du Général John Numbi, auteur principal du meurtre de Chebeya, pour mettre en action le plan concocté. Il appelle ce plan « Chebeya-2 ». Ce plan comme indiqué au point 3 vise l’élimination physique des Leaders du G7 et du Gouverneur Moïse Katumbi.

Cette attitude dénote du désarroi dans lequel se trouve plongé le camp de la Majorité Présidentielle. Nous assistons à une succession de démissions. Ne sachant plus à quel sein se vouer, ils se battent comme un serpent à qui on vient de couper la tête.

Nous devons nous attendre à une cascade de tueries connaissant le caractère froid du Président Kabila. N’avait -t-il pas été dénoncé dans le massacre de Tingi-Tingi ? Faut-il rappeler à tous ceux qui sont de connivence dans ce plan meurtrier que cette machination sera tout de suite introduite dans la haute sphère des institutions américaines ? Nous savons qui vous êtes et nous vous tenons bien à l'œil  et le bon !

Notons à titre de rappel les noms de ces membres courageux et patriotes du fameux G7:

1. Yves Mobando Yogo (Mouvement social pour le renouveau);
2. Olivier Kamitatu (Alliance pour le renouveau du Congo;
3. José Endundo (Parti démocrate-chrétien);
4. Banza Maloba (Avenir du Congo);
5. Gabriel Kyungu wa Kumwanza (Union nationale des fédéralistes du Congo);
6. Charles Mwando Nsimba (Union nationale des démocrates fédéralistes);
7. Christophe Lutundula (Alliance des démocrates pour le progrès).

La Communauté internationale ainsi que le Peuple Congolais doivent doubler leur vigilance et au besoin maîtriser avant qu’il ne soit trop tard ce Monsieur dont la colère s’apparente à un chien enragé. Les jours qui arrivent nous réserveront autant de surprises. Une fois de plus, nous aurions le mérite d’avoir alerté à temps notre peuple contre ce qui se trame contre ses intérêts.

Il faudrait rappeler à tous ces messieurs que tout a une fin dans ce monde. Nous avons vu dans quelles conditions certains barons du Régime Mobutu se sont éteints. La pilule de l’exil est amère. Encore que ces pays européens soient en mesure d’accorder un asile aux personnes ayant commis des crimes ignobles.

Le procès de Chebeya n’a pas encore tiré ses conclusions. Il y a autant des dossiers liés aux crimes contre l’humanité qui sont rangés dans les tiroirs de la communauté internationale. Il est minuit moins dix minutes pour ce Régime de la tyrannie barbare. Nous y reviendrons, mais nous les avons à l’œil.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment