Les Etats-Unis Doivent Aider la République Démocratique du Congo à Atteindre la Hauteur de son Nom, par Rich Galen

by editeur / Jun 17, 2015 / 0 comments

Lorsque la plupart d’entre nous entendent le nom « Congo », nous allons soit en mode « manque d’intérêt  », ou pensons à des films politiquement incorrects, que nous avions regardés comme enfants.

Cependant, les décideurs politiques à Washington devraient voir la République démocratique du Congo (RDC) comme une occasion unique et importante pour promouvoir la démocratie, les possibilités économiques et la stabilité sur le continent africain. Mais il y a des signes que l’actuel président pourrait avoir d’autres plans.

La RDC est un grand pays de 77 millions de personnes qui chevauche l’équateur et pourraient avoir les dépôts de minerais les plus riches en Afrique ou même dans le monde. Le problème auquel font face les Congolais est une série d’élections qui sont programmés pour octobre avec les élections locales et provinciales, et l’élection présidentielle qui est prévue d’être tenue en 2016.

Quand je dis « programmé » qui se tiendra, c'est là que réside le conte.

Si les choses vont bien, les élections auraient signifié que les années de tumulte politique et de despotisme ont vraiment pris fin. Le Congo est devenu indépendant de la Belgique en 1960. Après l’instabilité initiale, le colonel Joseph Mobutu (un peu d’humour rare dans le World Factbook de la CIA) « saisit le pouvoir et se proclamma président dans le coup d’Etat de novembre 1965. Il changea ensuite son nom — à Mobutu Sese Seko (le nom complet de Mobutu Sese Seko Nkuku [Wendo] wa za Banga qui est traduit comme « le guerrier tout-conquérant, qui va de triomphe en triomphe) — ainsi que celle du pays — au Zaïre. » Après 32 ans au pouvoir, Mobutu fut renversé par une rébellion soutenue par deux de ses voisins, le Rwanda et l’Ouganda.

Depuis 2002, le président du Congo a été Joseph Kabila, le fils de l’homme qui prit le pouvoir après la chute de Mobutu et changea le nom de retour à la République démocratique du Congo et fut ensuite assassiné par un garde du corps.

Selon la constitution du pays, les termes de Kabila sont limités par la constitution et il ne peut pas se présenter aux élections pour un troisième mandat en tant que président. Cependant il utilise les troubles persistants comme une excuse pour retarder les élections de 2016 et rester au pouvoir. Les forces de sécurité de l’Etat ont pris des mesures énergiques contre les manifestants.

La RDC présente aux États-Unis une occasion importante de promouvoir la démocratie et la primauté du droit en Afrique. Les gouvernements légitimes qui ont le soutien du peuple peuvent être un rempart contre l’instabilité et des perturbations économiques que les terroristes et les extrémistes sont aptes à exploiter.

Les transitions pacifiques peuvent marcher en Afrique. En avril de cette année, le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, fut défait dans sa candidature à la réélection. Il appela immédiatement le vainqueur de l’élection, Muhammadu Buhari, concéda et le félicita.

Ce fut un geste de manière inhabituelle dans la politique africaine qui conduisit le président américain Barack Obama pour appeler le président congolais Kabila pour assurer qu’il n’a pas manqué d’importer d’établissement de l’état de droit, et la primauté d’une constitution nationale écrite et mise en œuvre.

Kabila a permis la préparation des élections locales de procéder cet automne avec une refonte complète des fichiers électoraux nationaux. Avec le découpage controversé de provinces de la RDC, il semble être en train de démanteler la base électorale de rivaux potentiels pour la présidence.

Contrairement à la Chine, qui est en train de faire des percées économiques en RDC et d’autres pays africains, les Etats-Unis ont une histoire longue et sont fiers de promouvoir la démocratie dans le monde entier. Comme résultat de l’influence des États-Unis, au Moyen-Orient, les femmes peuvent voter dans les pays islamiques comme le Qatar, Oman et Bahreïn. Avec la dissolution de l’Union soviétique, les États-Unis ont envoyé des groupes de responsables politiques républicains et démocrates en Europe de l’Est pour aider à établir les partis politiques et les institutions démocratiques. En Amérique centrale et du Sud et dans la plupart de l’Asie les élections libres et justes sont, si pas entièrement établies, un objectif réaliste.

L’administration Obama tente de conduire la RDC dans la bonne direction. Le Secrétaire d’Etat John Kerry a promis 30 millions $ pour aider un processus électoral transparent et lisse. Ça pourrait demandait beaucoup plus. Un engagement solide des États-Unis pourrait aider à accroître le soutien de l’Union européenne et les agences internationales et ainsi priver Kabila de l’excuse que le pays n’est tout simplement pas prêt pour une élection libre, juste et ouverte pour la présidence.

Un Congo politiquement stable serait beaucoup plus attrayant pour les investissements de l’extérieur en particulier dans le secteur minier [cuivre, le cobalt, l’or, les diamants, le coltan, le zinc, l’étain et le tungstène] et l’agriculture [café, sucre, huile de palme, le caoutchouc, le thé, le coton, le cacao et les produits du bois]. Les États-Unis peuvent jouer un rôle indispensable en aidant la République démocratique du Congo d’assumer sa juste place en tant que puissance politique et économique du premier plan sur le continent africain.

Galen est un stratège politique de longue date qui a une vaste expérience à aider à développer les processus démocratiques à l’étranger. Il est également l’éditeur de Mullings.com

Comments (0)

Leave a comment