New York Times : Les manifestations contre Kabila au Congo laissent au moins 6 morts

Des policiers anti-émeutes ont tiré des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, dimanche. Crédit Kenny Katombe / Reuters

NAIROBI, Kenya - Au moins six personnes ont été tuées dimanche en République démocratique du Congo lors de manifestations à travers le pays contre des élections retardées - et la continuation de facto de la présidence par Joseph Kabila.

Selon Florence Marchal, une porte-parole de la mission des Nations Unies au Congo, 57 personnes ont été blessées et 111 ont été arrêtées à travers le pays.

Djafari Akida, qui a été témoin des événements dans la capitale, Kinshasa, a déclaré avoir vu cinq corps récupérés par la police à l'église Saint-Gabriel de Yolo, près de l'aéroport, où des soldats de la paix des Nations Unies étaient présents.

Il a également dit que plusieurs fidèles de la paroisse voisine de Saint-Joseph qui avaient essayé de se joindre aux manifestations après la messe du dimanche avaient été abattus par la police. Huit personnes ont été blessées et emmenées dans un centre médical à proximité, a-t-il dit.

C'était la deuxième manifestation en trois semaines contre M. Kabila, dont le deuxième mandat présidentiel a officiellement expiré en décembre 2016. Neuf personnes sont mortes, 98 ont été blessées et près de 200 ont été arrêtées lors de manifestations similaires le 31 décembre, selon Mme Marchal.

Au début de l'année 2017, les dirigeants catholiques ont négocié un accord permettant au président de diriger un gouvernement de transition jusqu'à la fin de l'année, alors qu'il devait démissionner et que des élections devaient avoir lieu.

L'élection n'a jamais eu lieu - un vote est maintenant prévu pour la fin de cette année - et M. Kabila conserve le pouvoir, ce que la plupart des observateurs pensent qu'il va essayer de garder.



Le président Joseph Kabila de la République démocratique du Congo en avril. Son second mandat présidentiel a officiellement pris fin en 2016, mais son gouvernement n'a pas réussi à organiser des élections. Crédit Junior D. Kannah / Agence France-Presse - Getty Images

La semaine dernière, 100 groupes de la société civile ont signé une lettre conjointe pour soutenir la marche, et les dirigeants protestants et musulmans se sont joints à leurs homologues catholiques pour critiquer ouvertement, si voilée, la présidence prolongée de M. Kabila. Dans un sermon à l'occasion de l'anniversaire de la mort du père de M. Kabila, l'ancien président Laurent-Désiré Kabila, une figure religieuse éminente a encadré la critique en termes sportifs.

"J'aime l'athlétisme", a déclaré le révérend François-David Ekofo dans des remarques diffusées en direct à la télévision nationale. "J'aime particulièrement une course — une course de relais, où une personne passe un relais à la deuxième personne, à la troisième personne, à la quatrième personne."

"Dans l'histoire d'un pays, c'est pareil", a-t-il ajouté au service, assisté par la femme et les enfants de M. Kabila, et par des personnalités politiques influentes.

M. Ekofo est ensuite allé plus loin en disant que les lois de la nation n'avaient généralement pas été respectées et qu'il croyait que l'État — incapable de répondre aux besoins fondamentaux de ses citoyens malgré l'abondance des ressources — n'existait plus.

Cheikh Ali Mwinyi N'kuu, le principal dirigeant musulman du pays, a déclaré sur un site d'information local: «Si vous vous êtes engagé envers Dieu et envers les hommes, vous devez savoir comment le respecter».

Le cheikh n'a pas soutenu les manifestations dimanche, mais a déclaré qu'il ne s'y opposerait pas car la Constitution garantit le droit de manifester. "Nous ne pouvons en aucun cas accepter de fouler aux pieds la Constitution si la manifestation est pacifique", a-t-il déclaré.

Les autorités locales n'ont pas autorisé la marche, ouvrant la voie à une répétition de l'impasse de décembre. Clément Bafiba Zomba, le vice-gouverneur de Kinshasa, a déclaré qu'une deuxième manifestation pourrait "déformer" le résultat d'une enquête policière sur le premier. Il a également grogné les organisateurs pour avoir décliné son invitation à discuter de la question, selon une lettre vue par le New York Times.

Un des organisateurs a déclaré que le groupe craignait d'être arrêté s'il acceptait l'invitation; un haut responsable de la police, qui a requis l'anonymat parce que le fonctionnaire n'était pas autorisé à intervenir, a confirmé au New York Times qu'un mandat d'arrêt avait été émis contre cinq organisateurs, dont trois nommés dans la lettre, mais pas été exécuté.