Ouragan sur la constitution — les soubresauts du régime de Kabila

by Jean-Marie Mutu / Sep 02, 2015 / 0 comments

Le découpage provincial se trouve dans un cul-de-sac. Les prévisions  météorologiques avancées  initialement s’avèrent contredites par la réalité  sur le terrain.

Hier sur les hauteurs de Binza météo, le météorologue principal avait prévu un temps très calme avec des éclaircis. Pourtant, ce matin il pleut abondamment à Kinshasa et un peu partout au pays au point de frôler des catastrophes. Les canaux d’évacuation des eaux mal curés, les dimensionnements des fossés d’écoulement des eaux mal dimensionnés bref, des marées d’eau observées ci et là.

Comme disait Émile de Girardin, « gouverner, c’est prévoir ». En météorologie, savoir faire de bonne prévision est un atout, car les bonnes prévisions sauvent plusieurs vies. Cependant, en politique, les bonnes prévisions ont de retombées énormes sur le bien être de la population. Par contre le tâtonnement, l’apprentissage sur le tas comme la présidence du régime Kabila l’a démontré a maintes reprises, a des retombées néfastes sur le pays. Tenez la dernière.

Hier on a présenté le découpage de provinces comme une panacée à tous nos maux, mais sur le plan budgétaire et organisationnel, c’est un désastre, un échec cuisant. Il fallait prévoir entre 700 millions et 1 milliard de dollars US, que nous n’avons pas !

Le manque de Jugement et de clairvoyance de Kabila  nous plonge dans le chaos et dysfonctionnement. Rappelez-vous que Kabila et toute sa Légion d’honneur constituée principalement des Aubin Minaku, Evariste Boshab, Lambert Mende, Kin Kiey Mulumba, etc. nous ont calfaté des oreilles avec des sons stridents doublés d’une médiocrité abyssale sur l’opportunité de cette réforme en évoquant sa constitutionnalité ?

Le peuple demandait en silence, où sont les prévisions budgétaires pour  organiser, équiper, construire les infrastructures, former les personnels de ces nouvelles entités ?

Il s’avère aujourd’hui et comme d’habitude, que le peuple Congolais avait raison et  que Kabila a mis la charrue avant les bœufs.  Avec la création des Nouvelles Provinces, il fallait inéluctablement élire de Nouveaux Gouverneurs de Provinces. 

Seulement, les sondages effectués par Kabila et ses acolytes ont démontré qu’ils perdraient tous les Gouvernorats  provinciaux. D’où un virage en trombe en pleine route. Il fallait revoir le processus  pour sauver la mise, même s’il faut une fois de plus torturer et tordre le coup de la constitution ou l’assommer une fois pour toutes.

Selon le nouveau scénario — un coup sous la ceinture, complètement tordu ... —, il faut permettre au Président Kabila de nommer les Gouverneurs de Provinces ! Sans blague !!!

Comme l'aurait dit Monsieur Louis de Funès, il est soit "zinzin", ou sous l’influence de narcotiques. Mais alors, comment va-il  le faire  ou en conformité avec quel article de la Constitution ?  Le président Kabila et ses acolytes s’en foutent pas mal de la Constitutionalité de leur décision.  Mais, attendez,  car ça devient intéressant.

La solution proposée est la suivante : créer une dissension ou encore un conflit ouvert entre d’une part la CENI et le Gouvernement d’autre part. Ce faisant consulter la Cour Constitutionnelle pour avoir son quitus.  En déclarant le conflit ouvert entre, les deux institutions, Kabila pourra se saisir du cas pour exiger le changement des acteurs de la CENI. Ainsi, Malu Malu et sa clique seront dégommés. Echec et mat sur le peuple congolais avec leur Constitution !

Il faut cependant reconnaitre l’audace dans la malveillance pour accoucher un plan aussi diabolique. Un sale coup fourré ! Kabila  pourra s’engouffrer dans cette brèche pour nommer les nouveaux gouverneurs des Provinces  et ainsi, installer  des  guignols  acquis à sa cause

Cependant, la Bible nous dit dans  Genèse 8.22 que « tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l’été et l’hiver, le jour et la nuit ne cesseront point. »  N’est-ce pas ?

Les Congolais trouveront certes du réconfort dans ce passage biblique. Quant aux mauvaises prévisions météorologues, les Congolais devraient se référer aux écrits d’Eric Célérier quand il dit,   « ne croyez pas que l’obscurité ou le brouillard qui vous environne va demeurer éternellement. Au contraire c’est dans ce creuset que la victoire se met en place, même si pendant un temps votre vie ressemble plutôt à une défaite : à vos yeux ! C’est le moment où Dieu travaille de façon cachée dans votre vie. Vous lui avez donné votre vie et les rênes de votre marche avec lui ; alors, faites-lui confiance ! Il sait exactement ce qu’il fait et où il va avec vous ».

Quand on y pense,  il n’avait pas mis toutes les richesses au Congo pour rien aussi; il n’avait pas placé le pays à cheval sur l’équateur  pour rien; Il ne s’était pas tromper pour placer le pays avec des affluents qui se déversent dans le fleuve Congo de part et d’autre de l’équateur par hasard.

Il va manifester sa puissance. Au moment que Congovox accouche ces lignes, le compte en rebours nous indique qu'il reste au régime de Kabila 475 jours, 12 heures, 4 minutes et 38 secondes.

Comments (0)

Leave a comment