Réhabilitation des Ex-Combattants M23 : Traitrise, Ignorance, Laisser-faire ? A Quoi Joue Felix Tshisekedi Tshilombo ?

Sultane Makenga (M23), Felix Tshisekedi, Joseph Kabila, M23

La RDC est un pays aux dimensions continentales avec une faune, flore aux allures de paradis et  surtout avec un sous-sol qualifié de scandale géologique ; mais il est fort de constater que sa population ou disons sa classe politique  fait montrer d’une légèreté que l’ancien cardinal Laurent Monsengwo qualifiée de « médiocrité », les empêchant ainsi de conduire avec dextérité la destinée de ce pays vers un avenir radieux.

Stratégie du chaos et du mensonge

Malgré plus de deux décennies, nos dirigeants sont toujours incapables de comprendre ou au mieux cerner la tragédie de l’est du pays, sans en tirer les conséquences nécessaires afin de les protéger contre les griffes de ces différents prédateurs connus et reconnus  par la communauté internationale d’une manière générale et le Rwanda en particulier. Pire encore, ils ne comprennent pas que notre souveraineté n’est pas du tout négociable. D’ailleurs Honoré Nganda et Patrick Mbeko dans leur livre intitulé : Stratégie du chaos et du mensonge disent que l’Elite congolaise ne devrait donc jamais perdre de vue que l’idée de l’internalisation de la cogestion du Congo n’est pas une vue de l’esprit. Elle est à la base d’un consensus historique entre les puissances du nord depuis la naissance même de notre pays.

En effet, un bon nombre de nos frères congolais  croit mordicus que Felix Antoine Tshilombo Tshisekedi est cet homme providentiel qui pourra sortir ce pays du bourbier; et cela tout en ignorant le contenu des engagements secrets qu’il a pris avec le sénateur à vie Joseph Kabila pour l’aider à échapper à la colère populaire et aussi à préserver les intérêts du Rwanda et de l’Ouganda.

Mais aujourd’hui, avec la correspondance du comité exécutif de Mécanisme National de suivi de l’accord-cadre d’Addis-Abeba  datant du 20 novembre 2019 portant pour objet le retrait des mandats d’arrêt contre les ex combattants du mouvement du 23 mars (EX – M23),nous sommes en mesure de dire que notre cher frère président, malgré lui, est entrain  lentement et surement de trahir les idéaux de nos pères de l’indépendance, pire encore le combat du regretté Etienne Tshisekedi dont il est le fils.

Quid des accords cadre d’Addis-Abeba ?

Qu’est ce qui faut comprendre de cet accord-cadre de paix, de  sécurité et de la coopération signé le 24 février 2013 ?

Pour rappel, cet accord a été négocié entre l’Etat congolais et les rebelles du M23 en vue de restaurer la paix à l’Est et permettre une coopération entre états de la sous région.il a été signé à Addis-Abeba, raison pour laquelle il est appelé « accord cadre d’Addis-Abeba »

Aussitôt signé, l’accord a présenté des déséquilibres majeurs et ne laissant pas indiffèrent la majorité d’acteurs politiques et de la société civile. C’est ainsi que Prof Abbé Richard Mugaruka relève ces faiblesses dans la lecture critique et prospective dudit accord-cadre. Il comprend qu’après avoir passé au peigne fin la situation de l’Est, il se dégage un constat amer que l’accord n’a pas suivi et complété l’établissement des responsabilités, l’identification, le dénombrement et la localisation précise des auteurs de crimes dénoncés et la proposition des sanctions. L’accord les passes sous silence ! Il évite ainsi de devoir envisager ou évoquer l’exigence de la justice et de réparation nécessaire à la restauration d’une paix durable, ignore également la part d’exaction et violence dont sont coupables responsables les forces armées régulières et autres forces négatives.

Bref, le rapport évoque un diagnostic superficiel et défectueux, se limitant aux effets et ignorant les causes profondes, pourtant connues et souvent dénoncées par les différents rapports de l’ONU.

De ce fait, le texte désigne la RDC comme propre responsable de la situation d’insécurité et de déstabilisation de l’Est et de toute la sous-région de grands Lac.

Ainsi, la RDC s’est vu imposer unilatéralement par l’accord des réformes institutionnelles relevant de sa souveraineté et correspondants au cahier de charges du M23 et de ces géniteurs rwandais et ougandais qui ne sont même pas de modèles de tolérance, de réconciliation nationale et démocratisation.

Il nous revient en ce jour de nous posons autant de questions pour mieux comprendre les motivations  qui animent certains acteurs à revenir sur l’application de cet accord, six ans après sa signature :

  • Que nous cache cette démarche  à vouloir appliquer un accord resté en veilleuse pendant bien longtemps ?
  • Pourquoi penser à l’intégration de militaires et politiques dans les institutions de la république après l’avènement d’un autre pouvoir établi après élections ?
  • Notre cher frère Président jouit-il d’une certaine naïveté dans l’exécution de cet accord ?

Nouvelle vague d'introduction d’officiers militaires rwandais dans les FARDC ?

Après analyse des enjeux de l’heure , notre rédaction est arrivée à comprendre que le Rwanda, toujours dans ces manœuvres teintées de ruse, cherche à introduire encore une fois de plus une vague d’officiers militaires, de politiques comme si les dernières nouvelles venant de Minembwe et consorts sont venues perturber leur plan d’occupation de l’Est de la RDC. Or il n’est un secret pour personne qu’au début de ce mouvement, comme d’autres bien avant lui, le Rwanda a été son géniteur en s’occupant de la collecte de fonds et de la composition des cadres politiques, voire la nomination de la direction politique du mouvement, leur dictant aussi des revendications à faire prévaloir devant le gouvernement congolais; et cela sous la barbe de notre cher frère président qui, d’ailleurs, ne fait que respecter les prescrits de l’ accord secret signé entre lui et son ami de circonstance Joseph Kabila.

Plus les jours passent, le peuple comprend que notre cher frère Président n’avait  pas mesuré l’ampleur de son acte à aider Kabila à se maintenir politiquement, était d’une gravité extrême pour la survie de cette nation. Car, ses multiples déplacements en  Ouganda et au Rwanda commencent à livrer déjà leurs secrets, le conduisant ainsi vers une haute trahison. Ce qui pousse à croire qu’il est victime tout simplement de ses insuffisances intellectuelle et morale, de ses envies matérielles et souffre du manque de  connaissances de l’histoire de ce pays. Et aussi si ces services ne lui ont jamais fait part : qu’il sache que toutes les guerres de l’Est ont toujours comme objectifs communs l’occupation de cette partie de notre pays et aussi le contrôle de son sous-sol.

Aux temps extraodinaires, des mesures extraodinaires s'imposent

Au regard de tout ce qui précède, nous osons croire qu’il revient finalement au peuple congolais, et surtout à nos frères congolais qui accompagnent notre cher frère Président de penser encore une fois à la nation et non aux considérations subjectives qui n’apporteront  nullement la paix, la cohésion nationale et surtout aiderons notre cher pays à se hisser au rang des nations puissantes.

Que Felix Tshisekedi comprenne que sa démarche actuelle fait perdre beaucoup de temps au pays; et surtout qu’il n’est jamais tard à mieux faire, en mettant de côté l’application d’un accord dont les tenants et les aboutissants vous échappe parce que vous en n’êtes pas négociateur.

Que notre classe politique dont une bonne frange préfère jouir de faveurs venant des capitales occidentales et quelques negro africains(Kagamé et Museveni) pour leur positionnement personnel en lieu et place de l’Etat Congolais.

Que notre peuple dans son ensemble arrête de se faire distraire par ces politiques sans foi, ni lois et surtout sortir de cette léthargie afin de barrer la route une fois pour toute à cette insécurité et surtout à éviter de ne plus de ne plus exister comme nation.

Ce n’est que de cette manière que le sang de nos frères retrouvera une certaine dignité, et aussi l’établissement d’une justice digne pourra enfin reposer leur âme en paix pour l’éternité, cher frère président ! Vous avez certainement peur de Joseph Kabila, mais vous devriez avoir mille fois peur du peuple Congolais.

A bon entendeur, salut !

Comments (0)

Leave a comment