Volteface et Tour de Force ? Félix Tshisekedi se Prononce Pour un Tribunal International Spécial pour les Auteurs des Crimes Passés au Congo

Felix Tshisekedi

On croise les doigts et l’on se garde d’y croire et ni de reconnaitre publiquement le courage de l’adhésion de Felix à la première demande et aspiration du peuple congolais : Celle de l’instauration d’un État de droit en RD Congo. La raison est simple.

Félix Tshisekedi est connu de faire de grande déclaration à l’étranger et de faire volteface aussitôt qu’il retourne au pays. Nous espérons que l’heure pour remettre les pendules à l’heure et renforcer l’état de droit en RD Congo est arrivée. Il n’a réellement pas à « fouiner » dans le passé, car à travers le monde, il y a des institutions spécialisées pour cela. Les auteurs de crimes comme les charniers de Maluku, les tueries au Kananga, Beni, Butembo, l’avion de civil bombardé à Kindu, les femmes enterrées vivantes à Kasika, les massacres de Tingi-Tingi, les assassins de Rossy Mukendi doivent tous, se justifier devant un tribunal spécialisé. S’il ne change pas quand il va se rencontrer avec Joseph Kabila à la N’Sele, alors ce sera son tout premier tour de force. Nous vous livrons ici-bas, in verbatim, l’interview de Felix Tshisekedi :

JOURNALISTE : Felix Tshisekedi, le président de la République démocratique du Congo est en déplacement à paris Sadia Mandjo et Nicolas Germain l’ont rencontré ce mercredi. Ils ont évoqué avec lui ses relations avec le FCC, le parti de l’ancien président joseph Kabila et il lui ils ont demandé des précisions sur le tribunal spécial qu’il souhaite pour les auteurs de crimes au Congo notamment les crimes de guerre écoutez sa réponse.

FELIX TSHISEKEDI : on va laisser aux spécialistes le soin de [la mettre en place] de le mettre en place. L’idée derrière et de renforcer l’état de droit en République démocratique du Congo de telle sorte que nos concitoyens sachent qu’il n’y aura plus de citoyens au-dessus de la loi. Et que tous les crimes seront sanctionnés au Congo et pas ailleurs et par les Congolais.

NICOLAS GERMAIN : vous pensez qu’un tribunal spécial c’est ce qu’il faut comme il y en a eu par exemple en Sierra Leone dans notre pays.

FELIX TSHISEKEDI : oui le spécial pour les crimes spécialement commis avec lui démocratique du Congo, mais ce sera épisodique. Pour le reste, c’est la justice que nous voulons renforcer et donc par la justice, l’état droit.

NICOLAS GERMAIN : Parce que certains Congolais disque certains qui ont commis des crimes pendant la deuxième guerre du Congo sont encore dans des postes de pouvoir aujourd’hui.

FELIX TSHISEKEDI : oui c’est possible, mais bon ce n’est pas moi, président de la République de commencer à les rechercher, ni de faire la loi à la place de la justice. Donc nous laisserons à l’institution justice le soin de le faire.

NICOLAS GERMAIN : par rapport aux troubles dans l’est du pays, quelle est votre idée de travailler avec les vos partenaires le Rwanda et l’Ouganda. Qu’elle est le projet ?

FELIX TSHISEKEDI : l’idée est de ramener la paix. Moi je suis allé immédiatement après mon investiture vers ces pays frères pour leur dire écoutez peu importe ce qui s’est passé avant aujourd’hui tournons-nous vers l’avenir. Nos peuples ont besoin d’un mieux-être. Nos pays ont besoin d’intégration et nous avons besoin d’échanger entre nous pour accroître notre économie, renforcer nos capacités, échanger nos expériences. Je crois que le message est passé. Aujourd’hui les relations sont très bonnes avec nos voisins, tous nos voisins. Et je m’en réjouis.

NICOLAS GERMAIN : quelles sont vos relations avec les alliés de Joseph Kabila en ce moment ?

FELIX TSHISEKEDI : lesquels  allies, je n’ai pas compris ?

NICOLAS GERMAIN :    Le FCC

FELIX TSHISEKEDI : d’accord, oui, mais nous sommes en, en alliance, en coalition comme on dit. Ça se passe bien, mais évidemment il y a des hauts et des bas parce qu’il ne faut pas l’oublier, nous étions il y a encore très peu de temps des belligérants. Donc aujourd’hui, le peuple congolais a décidé de nous mettre ensemble par les résultats des élections. Nous sommes obligés de composer pour la République démocratique du Congo et sereinement dans l’intérêt de notre peuple. Donc moi je reste très optimiste quant à l’avenir de notre coalition. Bon, mais en même temps ces soubresauts ne peuvent qu’arriver. Ils sont inhérents à toute organisation, c’est normal.

Categories: 

Comments (0)

Leave a comment