Skip to main content

Enfants Adoptés congolais — Outil de marchandage, dysfonction ou incompétence tout simplement?

Nous sommes dans l’obligation de présenter devant le public congolais, une lettre du Congrès Américain qui trainent dans les bureaux à Kinshasa et que nos fins limiers nous ont procuré. En lisant la lettre en anglais, les choses suivantes frappent tout de suite:

(1) La courtoisie avec la quelle les Sénateurs et Parlementaires américains se sont adressés à leur homologue du parlement Congolais ;

(2) Les deux lois et les critères très sévères qui protègent mieux les enfants en Amérique qu’au Congo ;

(3) L’humilité des hommes aussi puissants que le « Speaker » du Congres, John A. Boehner  qui est la  3eme personnalité en ligne de succession à  la présidence des Etats-Unis  et le Sénateur Mitch McConnell, le « Leader de la Majorité » du Senat.

(4) l’incapacité, la dysfonction ou la prise de ce dossier d’enfant comme outil de marchandage du régime Kabila envers un Gouvernement américain qui lui est très austère ;

(5) Enfin, le manque de réponse jusqu’à ce jour !

C'est incroyable, mais aujourd’hui, nous n’allons pas faire beaucoup de commentaires sur ce dossier des enfants adoptés — Une des fillettes portée à notre attention est anémique (SS) et souffre de l'asthme et a besoin de soins immédiats.

Cependant nous demandons  aux responsables concernés  — Président Kabila, Evariste Boshab et Aubin Minaku — de s’impliquer pour que chacun de ces 422 enfants retrouvent leur famille légale qui leur sera chaleureuse et qui va leur offrir la stabilité et ouvrir des nouvelles opportunités.

Pour ne pas entacher notre crédibilité, nous avons donné ici-bas quelques preuves de l’existence de la dite lettre. Le gouvernement ne pourra pas nous contredire que cette lettre est réelle et qu’aucune réponse n’a été donne aux Américains.

Nous, les soussignés, membres du Congrès des États-Unis (US) envoyons nos salutations à vous et les membres de l’Assemblée Nationale et le Sénat. Nous apprécions la bonne relation entre nos
deux pays, et nous espérons que les Etats-Unis de l’Amérique et la République démocratique du Congo (RDC) vont continuer de travailler ensemble sur les questions d’intérêt mutuel
. Comme d’autres législateurs, nous comprenons et respectons votre engagement à servir aussi les besoins des électeurs que vous avez été élus pour représenter.

Nous comprenons que votre gouvernement a été engagé dans un long processus d’une année pour renforcer les processus de l’adoption internationale de votre pays. Nous partageons votre préoccupation que ce processus soit aussi protecteur des enfants que possible. Dans le même temps, nous reconnaissons combien il est vital pour les enfants vivant sans l’amour et la protection d’une famille d’être placé dans une famille appropriée aussi rapidement que possible. Comme le Parlement considère son ordre du jour pour cette session législative, nous vous demandons que la loi visant à renforcer le processus d’adoption soit une priorité absolue.

Nous sommes préoccupés par le bien-être des centaines d’enfants congolais qui ont été légalement adoptés en vertu de la loi congolaise par les citoyens américains, mais qui sont incapables de quitter la RDC, même si elles possèdent un visa valide pour entrer immédiatement aux États-Unis. Certains de ces enfants sont restés séparés de leurs parents légaux pour plus d’un an d’attente pour cette autorisation de départ définitif avec leurs parents légaux de la RDC. Tragiquement, certains de ces enfants sont morts en attendant la permission de sortir, et d’autres sont très malades et ont besoin d’une attention médicale immédiate. Nous espérons que vous allez concourir avec nous qu’une action rapide est nécessaire pour prévenir d’autres pertes de vies innocentes et la souffrance et la détresse qui continue pour les enfants et leurs parents légaux.

Nous sommes conscients de vos préoccupations au sujet de l’intégrité du processus d’adoption internationale de la RDC, et nous respectons votre devoir de discerner comment protéger les meilleurs intérêts des enfants congolais. Pour cette raison, nous réitérons notre offre du 17 avril, 2014 au Président Kabila et le Premier ministre Ponyo à soutenir les efforts de votre gouvernement pour assurer le suivi sur du bien-être des enfants congolais adoptées par les citoyens américains et à travailler ensemble pour assurer que les adoptions internationales entre nos pays continuent d’être menées dans l’éthique et la transparence.

En tant que législateurs, nous tenons à vous assurer que la loi américaine protège tous les enfants dans notre pays, indépendamment de leur pays de naissance ou de citoyenneté. Par exemple, pour 40 ans, la loi Child Abuse Prevention et Treatment Act (CAPTA) a fourni a nos Etats l’appui pour améliorer les services de protection de l’enfant, en veillant à ce que les communautés soient à mesure de prévenir, évaluer et traiter les cas d’abus et de négligence envers les enfants et que soient rapportés dans une manière cohérente et nous a permis d’assurer une meilleure protection et assistance aux enfants victimes d’abus ou de négligence.

Le Congrès américain a également adopté de nombreuses lois qui interdisent la traite, d’abus sexuels et l’exploitation des enfants aux États-Unis, quel que soit leur pays de naissance. Les lois imposent également des sanctions sévères, allant jusqu’à l’emprisonnement à vie ou de mort pour les personnes reconnues coupables d’avoir commis ces crimes horribles. En ce qui concerne les adoptions internationales, le Congrès a adopté deux lois dans les 15 dernières années, qui ont renforcé nos systèmes internes de la supervision et de la gestion des fournisseurs de services d’adoption internationale. Ces deux lois, la loi sur l’adoption internationale (PL106-279) et la Loi sur l’Accréditation Universelle d’Adoption Internationale (PL 112-276) ensemble exigent que tous les fournisseurs de services d’adoption américains soient accrédités à travers un processus d’examen rigoureux qui les tient à des normes éthiques et de performance élevée. Ces changements ont entraîné une forte baisse du nombre de prestataires de services d’adoption parce que seuls ceux qui sont qualifiés à ces normes élevées sont autorisés d’opérer aux États-Unis

En conclusion, nous demeurons dévoués à veiller à ce que les lois fédérales des États-Unis continuent de protéger tous les enfants contre les abus et la négligence, et de sanctionner de manière appropriée les personnes qui violent ces lois. Nous demandons respectueusement que l’Assemblée nationale congolaise et le Sénat mettent en priorité une législation qui renforce les adoptions internationales des enfants congolais puissent être complété d’une façon honnête et éthique, et que les enfants qui sont actuellement en attente d’être unis avec leurs parents légaux puissent enfin bénéficier d’une vie de sécurité d’une famille permanente et affectueuse.

Sincèrement